[HEN - 489 ] Tu te souviens, de notre liberté ? | Elfi & Howahkan
Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Elfi
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t125-elfi-skaldehttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t122-elfi-skalde
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 20Sexe : FemmeAnimal totem : LoupMonnaie : 104 izrilsInventaire : ► Armure Ruvaak
► Arc Ruvaak

Lun 19 Aoû - 16:32
Tu te souviens...
Après avoir tenté de te faire lâcher prise, de t’aveugler en te lançant de l’eau dessus, tu parviens enfin à la faire chuter, te retrouvant entraîné, bien évidemment, avec elle. La tête désormais sous l’eau, tu remontes en rejetant tes cheveux en arrière et te met à rire. Qu’il était agréable de pouvoir ainsi s’amuser ! Cela te semble si lointain et pourtant, si proche aussi. Tu ris de plaisir, de bonheur aussi, lançant un petit regard amusé, provocateur vers la Skalde.

Évidemment et je l’ai eu !

Tu lui tires la langue et lui lance une nouvelle giclée d’eau avant de retourner au bord. Désormais trempé jusqu’aux os, vous aviez plutôt intérêt à vous sécher un minimum avant de retourner auprès des autres, au risque de subir un interrogatoire et pas sûr qu’ils apprécient le fait que vous vous soyez éclipsé pour vous amuser de la sorte.

Fiouf, ça fait du bien mine de rien, une petite baignade après être resté tant de temps sous le soleil !

Sans la moindre pudeur - les Skaldes en possèdent-ils seulement ? - tu retires ta tunique pour l’essorer et la faire sécher un minimum sur une branche, au soleil. Attrapant tes cheveux, tu les serres dans tes mains afin d’en retirer le plus d’eau possible, les laissant retomber jusqu’à tes épaules, quelques gouttes perlant le long de ton dos nu. Désormais débarrassé de tes vêtements, dont la sensation du cuir mouillé collé à ta peau était des plus désagréables, tu te laisses toi même choir au soleil avant de permettre à ton corps de sécher. Qu’il est bon de ne rien faire parfois, même s’il ne va pas falloir que vous vous absentez trop longtemps, du moins, que vous retourniez auprès du groupe avant qu’ils ne se décident à rentrer au camp. En même temps, qu’est-ce que vous risquez ? Si vous revenez avec des paniers pleins, cela vous sauvera des réprimandes, non ?

Ahh… Dire qu’il va falloir bientôt y retourner. Je me sens fatigué d’un coup…

Étalé sur le ventre, dans l’herbe, tu fais balancer tes jambes d’avant en arrière, comme le ferait une enfant. Au final, tu ressembles à un enfant en cet instant, mais est-ce mal ? Tant que tes tâches ne sont pas délaissés...
Code by N3M0
Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Jeu 22 Aoû - 11:20


Lézard & soleil
Elle avait trouvé la rivière fraîche, aux premiers abords. Lorsque son pied nu avait frôlé la surface limpide du cours d’eau, elle avait perçu la température, plus basse qu’elle ne l’aurait cru à cette saison. Elle n’avait pourtant pas hésité une seconde à l’y enfoncer jusque la cheville. Désormais immergée jusqu’au cou, la fraîcheur de l’eau lui paraissait tout à fait supportable. Howahkan après tout avait toujours et tout particulièrement été attirée par les étendues marines. Les profondeurs la fascinaient, de même que cette sensation, lorsqu’elle nageait, d’une liberté acquise, d’un monde entier à portée de main. Flotter, c’était comme voler. Elle pouvait aller où bon lui semblait, droite, gauche, en haut ou bien en bas, elle n’était limitée pas aucune pesanteur, bridée par aucun obstacle, et partout où elle se dirigeait, il y avait de nouveaux trésors sur lesquels s’émerveiller.
Un petit cours d’eau tel que celui-ci apporte bien moins qu’une mer aux flots déchaînés, la werarn le sait. Ici, ses pieds touchent le fond, et la mousse lui chatouille la voûte plantaire. Si elle immerge sa tête, elle ne verra que des pierres, des petits poissons, des algues tantôt vertes, tantôt brune et parfois, des tétards. Les merveilles ici sont moindres, en plus d’être connues de n’importe qui. Mais il demeure cette sensation, la fraîcheur de la source et le courant qui, contre les rochers, s’écrase, en un brouhaha mélodieux. Howahkan aime nager, et contrairement à sa coéquipière d’infortune - et malgré qu’il serait judicieux qu’elle imite son comportement - elle n’avait aucune envie d’en sortir.

À quelques mètres, elle voit Elfi s’étendre au soleil, presque nue, sans pudeur, pour offrir au ciel l’offrande de perles d’eau à happer. Son corps a changé, il a grandit, murit, il s’est étoffé de courbes délectables. Tantôt dessiné de traits délicats, tantôt de galbes parfois doux, parfois généreux. Certaines femmes ont besoin d’atours pour s’embellir, de longues tuniques pour masquer les défauts, du cuir pour affiner. Mais la brune quant à elle n’a besoin de rien, sinon peut-être de bronzer un peu, car la louve demeure bien pâle. Howahkan, c’est tout l’inverse. Un épiderme hâlé, sans être non plus trop foncé, qui ne demande que quelques rayons disparates pour brunir encore davantage.

- Hm .. Attendons encore un peu avant d'y aller, tu veux ?

La guerrière sourit toute seule, après tout elle a toujours été une pousse-aux-vices.
Elle finit par détourner le regard de son amie. Elle nage, sur place. Ses bras doucement bougent pour lui assurer un équilibre incertain tandis qu’elle se penche en arrière, fait remonter ses jambes encore couvertes de cuir. Les yeux tournés vers le ciel, elle n’entend plus rien, car le bruit sous la surface est étouffé, comme avalé par le courant. Elle profite de ce répit, en rien mérité mais bien-sûr, tout à fait bienvenue, bercée par son élément. Ainsi distraite, elle ne perçoit aucune approche, ni animale, ni humaine. Et pourtant il y a un homme qui arrive, plus discret encore qu’un Taryx, et qui, bientôt, vient grogner sa désapprobation à trouver les deux fugueuses à lézarder. Un homme qui, par chance, connait bien chacune des deux femmes, puisqu’il est le frère aîné de l’une d’elle.
Mais surprendre pour surprendre n’est pas quelque chose qui l’amuse. Salish n’est pas aussi taquin que sa cadette, il est au contraire, l’aîné responsable, l’aîné rabat-joie. Pour se faire remarquer de la plus petite, celle-là qui s’est allongée dans l’herbe, il préfère à une toux discrète mais significative une flèche tirée depuis sa position, à quelques mètre, et qui s’enfonce à deux centimètres de son nez.



Tahn Celhán

Elfi
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t125-elfi-skaldehttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t122-elfi-skalde
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 20Sexe : FemmeAnimal totem : LoupMonnaie : 104 izrilsInventaire : ► Armure Ruvaak
► Arc Ruvaak

Dim 25 Aoû - 16:09
Tu te souviens...
Tu es bien là, allongé sur le sol, le vent caressant tes courbes, t’offrant de délicieux frisson. Tu te sens libre, en cet instant, et tu ne cherches même pas à rappeler la Werarn à l’ordre, toi même tu as envie d’en profiter encore un peu. Tandis que tu te contentes de sécher, bronzer au soleil, ton amie barbotte toujours dans l’eau, tel un poisson. Comment lui en vouloir ? La sensation de l’eau est si bonne, tout comme celle du soleil réchauffant la peau. Tu profites simplement de ce calme, du bruit de l’eau brasser doucement par la Skalde, de son léger courant ainsi que du chant des oiseaux environnant. Tu aurais pu t’endormir là, tu aurais pu… Mais ce ne fut pas le cas…

Un bruit attire ton attention, des pas, pas ceux d’un animal, pas ceux de Howakhan non plus que tu n’as pas entendu sortir de l’eau, alors qui ? Des ennuies ? Ce fut bel et bien le cas mais avant même que tu n’ai le temps d’ouvrir les yeux et de te redresser, le bruit d’une flèche sifflant dans ta direction te force à ne pas bouger et le bruit de la tête de la flèche s’enfonçant dans la terre, juste à côté de ton oreille, te fit enfin ouvrir les yeux. Un coup d’oeil vers le projectile qui aurait pu t’atteindre - mais ce ne fut pas le cas, celui qui l’a tiré sait ce qu’il fait -. Tu te redresses, la silhouette d’un homme que tu connais suffisamment pour ne pas t’affoler plus que cela, le frère de Howakhan, Salish.

T’aurais pu aussi te contenter de grogner pour te signaler, ça aurait eu un meilleur effet.

Si ton frère n’est pas du genre tendre lorsqu’il s’agit de te réprimander face à tes multiples bêtises, le frère de la Werarn est bien pire et être attrapé par lui ne t’enchante nullement. Désormais assise, tu attrapes la flèche que tu retires du sol en prenant garde à ne pas la casser. Chaque flèche est précieuse, après tout, mieux vaut en prendre soin tant qu’elles sont encore en état de pouvoir être utilisé. Tu t’approches de l’homme et lui tend la flèche, nonchalante, toujours à demi-nu, nullement gêné d’être ainsi devant un homme, tu te détournes ensuite pour aller vérifier l’état de tes vêtements avant de les enfiler à nouveau. Maintenant que le rabat-joie de service est présent, les deux Skaldes n’auront d’autres choix que de rejoindre le groupe, à moins qu’il ne veuille d’abord les noyer d’un sermon qu’elles auront probablement entendu des dizaines ou centaines de fois.
Code by N3M0
Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Lun 26 Aoû - 22:55


Enfants

Howahkan n'entendit pas de suite son frère aîné s'approcher d'elles. L'eau dans laquelle elle s'était immergée anesthésiait ses sens, émoussait son ouïe. Les bruits qui, d'ordinaire, lui seraient parvenus sans la moindre difficulté se noyaient désormais dans les flots, se confondaient avec le fracas de l'eau dans les rochers. Quelques pas, une brindille brisée ou le sifflement mortel d'une flèche, elle ne remarqua rien. Toutefois, elle sentit une présence. Du mouvement sur la berge. Presque imperceptible. Une silhouette lui masqua la lumière bienfaitrice d'une étoile en fusion à des milliers d'années lumières, et elle eu la sensation d'être observée. Alors la werarn souleva de lourdes paupières sur deux pépites céruléennes et elle les tourna vers la rive.
Le soleil qui avait frappé de rayons brûlants ses paupières closes rendit sa vue pigmentées de myriades de points sombres, désagréables sans être handicapant. Un instant, elle ne vit que des ombres, une silhouette imposante ainsi que la courbe d'un arc.

Howahkan se redressa. D'une position allongée, elle passa accroupie dans l'eau. Sur ses mollets, elle ne perçu ni les algues mouvantes ni la curiosité de quelques minuscules poissons. Le cuir lui, amoindrissait sa taction.
Elle n'eut pas à demander l'identité de l'inoportun. Bien que ce dernier se fut positionné à contre jour vis à vis d'elle, elle le reconnu instantanément. Grand, musclé, les cheveux portés longs et d'un noir d'encre, elle devinait que Salish disposait de sa tête des mauvais jours. Pour quiconque, la même tête que d'ordinaire, mais pour elle qui le connaissait depuis plus de vingt ans, il y avait une grande différence. Une étincelle dans le regard ainsi qu'un froncement de sourcils imperceptible.

- Vous aviez mieux à faire il me semble ?

En parfaite insolente, sa cadette esquissa un large sourire, moqueur et clairement suffisant. Familière de ce genre de remontrance, elle prenait, lorsqu'elles venaient de lui, un malin plaisir à les dénigrer.

- Je t'assure qu'il n'y a rien de mieux que ça ♥

Ses bras se mouvaient délicatement sous la surface, loin d'être pris de la moindre impulsion qui puisse s'accompagner d'un contact avec le grand air. Face à Salish, Howahkan n'avait aucune envie de se presser, car jouer avec sa patience avait toujours été un plaisir dont elle se délectait. Un plaisir qu'elle ne s'autorisait qu'avec lui, car il était, en dépit des apparences, celui qui lui tenait le moins rigueur ses frasques habituelles. Le seul avec qui elle pouvait encore s'amuser en vérité.

- Ne veux-tu pas nous rejoindre ?

Elle devina l'agacement de son frère. Autour de lui, la louve s'affairait pour se rhabiller, vraissemblablement déjà convaincue de retourner à ses obligations. Howahkan semblait seule sur ce coup là, et son aîné s'en rendit compte.

- Dépêches toi avant que d'autres que moi ne s'en rendent compte. Vous allez finir par être de corvée pendant des semaines.

Elle grimaça, d'un rictus de dégoût singulier qui, jadis, tirait des rires à cet homme devenu bien trop raide. Mais elle fini par se redresser. Sur des deux pieds, au milieu de la rivière, elle dégoulinait et pour sa part, n'aurait certainement pas l'occasion de se sécher. Un inconvénient aussi imprévu que désagréable, car bien qu'elle affectionnait tout particulièrement de se baigner, elle appréciait peu de devoir garder des vêtements humides. Tant pis pour elle.

Le mécontentement de Elfi quant à l'arrivée de son frère se montrait cependant compréhensible. Il semblait - car la brune ne découvrait la flèche qu'à l'instant - qu'il ai fait preuve d'imagination, autant qu'un peu de peur. Après tout, c'est de cette manière que rentrent les plus marquantes leçons n'est-ce pas ?
Salish reprit la flèche sans un sourire, la rangea sans un merci, puis il fit demi tour pour repartir d'où il était venu, laissant planer uniquement la menace de quelques remontrances plus coriaces que celles qu'il n'avait que sous entendues.
Une fois le garçon tourné, Howahkan tira la langue, en parfaite enfant puérile, mais elle sortit de l'eau malgré tout. En témoignaient ses pas lourds et ses ébrouements.

- Pfff .... Rabat joie.

Tahn Celhán

Elfi
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t125-elfi-skaldehttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t122-elfi-skalde
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 20Sexe : FemmeAnimal totem : LoupMonnaie : 104 izrilsInventaire : ► Armure Ruvaak
► Arc Ruvaak

Mer 28 Aoû - 14:33
Tu te souviens...
Si en temps normal tu es bien moins à cran de te faire attraper en pleine faute, recevoir ainsi une flèche à quelques centimètres à peine de ta tête t’a mis de mauvais poil et c’est à coup de regard assassin que tu regardes celui qui est la cause de ton irritation tout en remettant ta tunique, pratiquement séché, en place. Howakhan finit par se rendre compte de la présence de son frère, mais n’ayant été menacé d’aucune autre manière que par des mots, elle se contente de faire son cinéma habituel, à savoir, taquiner son frère, comme tu l’aurais également fait avant de te prendre plus grosse remontrance une fois seule, en tête à tête avec lui.

Tu la laisses gérer son frère, t’adossant contre le tronc d’un arbre, sans chercher à partir pour rejoindre les autres, tu les observes, bras croisés sur ta poitrine, et à ses “menaces”, tu imites, plus ou moins de façon caricaturé, l’homme qui se fait tout de même passer pour le gentil, et peut-être n’a-t-il pas tort, s’il ne s’agissait pas du grand frère de la Werarn, nul doute que les remontrances auraient été pire que celle-ci. Dans tous les cas, lorsqu’il vous tourne le dos pour repartir, tu lui tires la langue, comme l’a fait ton aîné d’ailleurs, puis lâche un soupir en te décollant de l’écorce de l’arbre.


Comme tu dis, on est pas gâté avec nos frères !

Tous les deux rabat-joies, ils semblent malgré tout assez similaire et si ton grand frère finit toujours par te pardonner, ou lâcher l’affaire, tu ne sais pas ce qu’il en est de celui de ton amie, si avec le temps il est devenu plus souple, ou si à l’inverse, il est devenu plus ferme. Nul doute en tout cas que l’un comme l’autre tiennent à leur insupportable petites soeurs rebelles.

Il va falloir y retourner du coup…

Tu lâches un soupir, ce retour à la réalité ne te plaisant pas plus que cela.

Je vais t’aider à remplir ton panier, au moins tu te feras moins taper sur les doigts s’il est plein.

Le tient l’étant déjà, puis tu es celle qui l’a entraîné jusqu’à cette rivière donc il est tout à fait normal que tu l’aides pour lui éviter de sévère remontrance, et comme la mentionné Salish, éviter des corvées bien moins plaisante. Tu te redresses une fois avoir récupéré ton panier sur le sol puis te tourne vers la jeune femme et lui offre un radieu sourire.

On y va ?
Code by N3M0
Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Mer 4 Sep - 18:17


Obligations

Il va falloir y retourner du coup…

Howahkan opina imperceptiblement, l'idée l'enchantait guère. La pause qu'elles s'étaient octroyée, loin d'être justifiée, ne lui semblait en rien suffisante. Elle n'aurait pas refusé une heure ou deux supplémentaires, minimum, à barboter dans l'eau et profiter du soleil qui caressait son visage. Il semblait n'y avoir jamais d'occasions de se reposer ici, exception faite des jours de célébrations ainsi que des soirées, toutes libérées, mais ... la jeune skalde en souhaitait toujours davantage. Eternelle insatisfaite, elle l'était oui, et elle s'en plaisait bien. En vérité, elle peinait même à comprendre que certains - beaucoup ? - puissent se contenter de ce qu'ils avaient sans jamais chercher à en obtenir davantage. Ca revenait à faire une croix sur ses ambitions, cesser de convoiter c'était comme cesser de rêver, que restait-il alors ? Des enfants à s'occuper ? Un clan à nourrir ? Vivre pour autrui sans jamais songer à soi, elle trouvait ça cruel, ne décelait aucune beauté dans la dévotion. Ou était-elle simplement d'un égoïsme certain, elle qui néanmoins, n'hésitait pas à céder tout ce qu'elle avait à disposition pour en faire profiter d'autres ? Elle n'aurait su trancher.

La werarn s'extirpa de son bain. Ses bottes étaient sèches, laissées sur la rive, mais son pantalon de cuir dégoulinait d'une eau encore fraîche. De même que sa tunique, que ses cheveux. Alourdies par l'eau, ses mèches brunes semblaient plus longues, tombaient en cascade dans son dos. Elle engonça ses pieds dans ses chaussures, se redressa. La rivière lui manquait déjà, et ce fut à contrecoeur qu'elle repris le chemin des plaines où, encore à demi rempli - soyons optimiste - son panier devait l'attendre. À moins qu'un quelconque opportuniste ne se soit servi pour amoindrir sa propre tâche, action peu respectable selon elle. Howahkan n'était pas du genre flemmarde, elle dépréciait certaines tâches, mettait parfois le double du temps pour en effectuer une tant ça l'ennuyait, mais jamais elle n'aurait profité du travail d'autrui en s'en appropriant les fruits, ce n'était pas correct. Alors bien-sûr, elle allait reprendre son office - avec touuute la bonne volonté du monde cela va de soit -, ceci dit ... Elle nallait pas refuser un peu d'aide.

- Je vais t’aider à remplir ton panier, au moins tu te feras moins taper sur les doigts s’il est plein.

- Merci, c'est gentil.

Elle esquissa un sourire, comme toujours.
Dans les plaines, le soleil semblait taper plus fort, ceux qui depuis plusieurs heures s'acharnaient à la tâche transpiraient à force d'exposition. Discrètement, elle reprit sa place, sans véritablement se soucier de quelques regards désapprobateur, et comme plus tôt, recommença un automatisme qui n'avait rien d'exaltant. Refermer ses doigts sur la fine tige qui reliait le fruit au plant, le déchirer, veiller à ne pas écraser le dit fruit, le mettre dans le panier, recommencer. Et ainsi de suite, jusqu'en fin de matinée.

Tahn Celhán

Afficher le résumé
Informations générales
Contenu sponsorisé

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum