Le Deal du moment : -45%
Chaussure Nike Shox TL pour Homme à -39%
Voir le deal
94 €

HENTEN -352 H L'erreur de calcul [ft Howhkan]
Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Mer 7 Aoû - 13:56

L'erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse


C'était un jour bénin, sur une semaine normale. La mission d'éclairage était prévue depuis deux bonnes semaines déjà, l'on voulait de braves werarn pour s'aventurer et tenter de repérer les environs enchevêtrés des Acéréïdes. En effet la flore et la faune quasiment intactes en cette région regorgent de ressources qui valaient la peine d'être rapportées. Mais le clan Skalde est très protecteurs de ses ressources humaines avant toutes choses. Cela faisait longtemps que personne n'y avait mit les pieds, et une petite expédition pour y glaner quelques ressources n'en valait pas la peine si l'on perdait trop d'individus au passage. On envoya donc un duo faire un repérage des lieux afin de donner une décision finale.

Cette mission n'était pas une mince affaire, et l'endroit n'était pas non plus des plus proches. Cela faisait des jours que Sarel tentait de convaincre ses pairs de la laisser y aller. En effet, étant interdite de chasse, toutes les occasions pour sortir sont bonnes. Elle finit par avoir à l'usure l'apprenti, le maître d'armes et la personne qui fut désignée au départ pour partir avec la werarn Howahkan, dont la débrouillardise en matière de survie ne faisait aucuns doutes tant il ressortait du miracle que cette dernière soit toujours en vie. Elle n'eut qu'à insister sur le fait que le guerrier préposé avait déjà beaucoup de tâches à assumer et qu'il ne pouvait les délaisser pour une mission aussi longue.

Afin d'avoir de l'air pendant au moins quatre jours, on finit par accepter que Sarel parte dans cette mission. Le petit détail malheureux étant que pour la première fois depuis 25 ans, on réussit à mettre Sarel et Howahkan dans la même équipe. C'est au moment des derniers préparatifs que le clan réalisait son erreur. Au moins, les dégâts ne seraient pas dans l'enceinte du clan, mais les verra t on revenir ? On leur avait prodigué quelques rations afin de mener le voyage à bien. Elles devraient en revanche se nourrir sur place, mais dans une flore aussi luxuriante la chose ne serait pas difficile. Il fut néanmoins rappelé aux intéressées quelques plantes à absolument éviter.

Durant la marche Sarel laissait pendre son masque derrière elle via la lanière de son épaulière, concentrée sur la distance qui leur restait à parcourir. Lors des camps de fortunes elle s'assurait d'allumer le feu et laissait le soin de l’abri à sa coéquipière. En effet, il semblait que les plans trop compliqué de Sarel sur ce que devait ou pas être un abri étaient largement plus simple face à la bonne pratique d'Howahkan. Lors des nuits Sarel se cantonnait à l'espace qui lui était donné, en cas de nuit en espace ouvert elles se relayaient puis repartaient en marche.

Chaque matin cependant, Sarel effectuait une série de mouvements pour entretenir sa mémoire corporelle. Elle avait mit en place ces exercices pour toujours être prête lors de ses représentations. Cela ressemblait à une courte danse décrivant des arcs de cercles et des coups dans les principaux axes de directions.

Il ne restait plus que quatre à cinq kilomètres avant de pénétrer dans les méandres des Acéréïdes, Tout en mâchonnant son bâton de réglisse, Sarel s'adressa à Howakahn en ces termes :

- Faut avouer que ça a du style. L'avantage c'est qu'on aura de l'ombre là bas et lança un regard malicieux à sa partenaire, La première arrivée mange le dernier morceau de viande !

En effet il ne restait plus qu'un morceau de viande séchée dans leurs sacs et Sarel comptait bien y donner un coup de mâchoire. Elle s'élança aussitôt espérant prendre de l'avance grâce à la surprise, quatre ou cinq kilomètres en endurance, ça vous faisait les jambes et le souffle !

Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Ven 9 Aoû - 12:09



Inventaire

Armure commune | Masque | Trident



Compétition

Le temps était au beau fixe. Comme depuis un mois déjà, le soleil tapait fort et longtemps. Le matin, il extirpait les deux jeunes femmes du sommeil parfois même avant cinq heures, et le soir il persistait presque jusque minuit. Les journées se trouvaient d’une longueur par trop souvent éreintante à cette saison, car tant qu’il faisait jour, les Skaldes avaient pour habitude de travailler, par un moyen ou par un autre. Chasse, récolte, confection ou apprentissage. Il y avait  toujours de quoi s’occuper, même si certaines activités se voyaient plus exaltantes que d’autres. Là d’ailleurs se trouvaient avantages et inconvénients de cette saison. La werarn avait tout loisir de parcourir les Marches une -longue- journée durant pour chasser, besogne somme toute des plus passionnantes, tout comme elle pouvait se retrouver chargée de la corvée - car oui ce n’était rien de plus pour elle - des récoltes. Et dans cette situation, où elle était penchée sur la terre à tirer sur des patates de l’aube au coucher, elle jugeait henten comme une saison … atroce. La pire de toutes. Alors quel ne fut pas son enthousiasme lorsqu’on accepta qu’elle puisse être de l’expédition qui devait les mener jusqu’aux Acereïdes ! Une semaine d’exploration, de traque et de survie, le rêve. Et comble du bonheur ? Ce vieux ronchon de Mathus se voyait remplacé par l’illustre coyote : Sarel Mange-Morts.

En vérité, et en dépit de ce pseudonyme peu flatteur, Howahkan n’avait absolument rien à lui reprocher. Les membres de la tribu ne pouvaient pas en dire autant, mais après tout, il ne leur en fallait pas beaucoup pour prendre un individu en grippe. Quelques escapades innocentes ou des propos tout à la fois pertinent et dérangeants, et voilà que l’on avait sur le front la marque des pestiférés. Symbole qui leur fit perdre, durant un temps et parfois même encore actuellement, respect et considération. Traitées comme des enfants turbulents en qui il semblait impossible d’avoir la moindre confiance, on les reléguaient aux charges les plus ennuyantes, sous prétexte de pouvoir les surveiller, elle-même avait toujours interprété ces choix comme une façon de la punir.
La brune avait rarement pu côtoyer son aînée. Elle entendait parler d’elle, souvent, car bien que les Skaldes n’aient aucun mal à se contenter des gestes pour communiquer, aucun n’avait de difficulté à céder à quelques commentaires aussi bien sentis qu’élogieux. On contait les frasques de la danseuse comme l’on critiquait ses paroles, par le biais d’un vocabulaire riche et étoffé de bon nombre d’adjectifs, comme trop longtemps on avait reproché, à voix basse, à Howahkan comme à Elfi de fuguer pour satisfaire quelques désirs dangereux. Mais outre les rumeurs, jamais elles n’avaient véritablement pu se lier d’amitié. Car il était certains que les deux jeunes femmes se seraient entendues à coup sûr. Ces quelques jours de voyage le prouvaient par ailleurs. L’ambiance était bon enfant, d’aucuns diraient beaucoup trop. Elles avançaient d’un bon rythme mais manquaient d’être ralenties par la moindre curiosité, la moindre farce. Parfois prises d’inspiration, elles discutaient toute la nuit, à leurs dépens car le lendemain il pouvait être plus ardu de se montrer tout à fait vigilants. Mais Howahkan avait une bonne étoile, un Atmâ qui semblait l’avoir dans ses bonnes grâces, elle avait toujours eu une chance incroyable. Il ne leur était rien arrivé. Et bien-sûr, lorsque sa partenaire lui proposa une course longue de presque cinq kilomètres, elle n’hésita pas.

La surprise lui fit perdre un avantage minime, car elle ne céda pas à la moindre réflexion. N’importe qui aurait au moins eu la pertinence d’esprit de réfléchir aux conséquences de pareille course au milieu de la forêt, les dangers étaient aussi innombrables que insoupçonnés. Là derrière un tronc, au milieu des lianes ou dans les airs. Mais bien-sûr, elle n’en fit rien, et réagit à l’instant en se lança derrière la rouquine.
Sa stratégie fut différente que celle de Sarel cependant. La fille au Börr d’Eris était familière des longues chasses, l’endurance était une qualité non négligeable, et se précipiter représentait le meilleur moyen de perdre une piste car la fatigue vous saisissait parfois bien plus vite. Alors la plus jeune choisit un rythme “ modéré “, bien que ce terme puisse être tout à fait relatif. À l’autre bout du monde, sans qu’elle ne le soupçonne, ce qu’elle considère comme étant une allure acceptable pouvait représenter une vitesse intenable pour une majeure partie de la population. Ce ne sera que plus tard, en voyant sous ses pieds la terre se couvrir d’un manteau de mousse et l’horizon se charger de teintes ocre, violines et indigo qu’elle accélérera, cherchant alors à dépasser sa coéquipière.

Il y eu l’esprit de compétition, bien sûr. L’envie de gagner, de vaincre, de se surmonter, mais également l’adrénaline, qui parcourait ses veines, décuplait sa force, ses sens. Sa perception qui s’aiguisait pour repérer la moindre branche, la moindre racine, tout obstacle qui puisse la ralentir. Son souffle qui se fit plus profond, plus rapide, et le sang qui affluait dans ses jambes pour lui permettre une meilleur irrigation, l’apport plus conséquent d’oxygène et de nutriments. Entre ses doigts, sa lance tenue fermement, et dans son dos son sac qui bringeballait en tous sens. Ce matin là, elle avait attaché ses cheveux en une tresse lâche, une initiative qu’elle remerciait désormais car ils auraient pu la déranger. Et son masque qui reposait sur sa tête. Mais à l’instant de dépasser la coyote, elle changea d’idée, et elle se jeta sur elle, purement et simplement. Toutes deux roulèrent à terres, et ce fut à qui aurait le dessus, car qui aurait le dessus pourrait repartir de plus belle. Elles n’étaient plus très loin désormais, un ruisseau à dépasser à quelques trois cents mètres et la victoire assurée.

Tahn Celhán

Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Ven 9 Aoû - 13:13

L'erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

Et elle courrait aussi vite qu'elle le put. Sarel n'avait pas l'expérience de l'endurance, hormis dans ses spectacles. Elle savait bien sûr qu'il faudrait se ralentir, mais l'expérience lui fit défaut. En effet, Sarel était plus habituée à courir à toute vitesse, en fuyant son poursuivant, plutôt qu'à viser la longue durée. Elle avait beau le savoir, la mémoire corporelle la fit courir à toute allure. Les minutes passèrent et on entendait son souffle s’appesantir, Sarel entendait les bruits de pas de son adversaire s'approcher à une allure constante, mais plus rapide que la sienne.
Poussant ses forces, elle tenta de garder la distance mais cela ne rallongea son destin que de quelques secondes.

Elle jetait un œil derrière elle, arboré d'un énorme sourire, pour évaluer la distance qui les séparaient. Elle du s'y reprendre à plusieurs fois, car ses brefs coups d’œils ne lui suffisaient pas pour juger la situation, bien sûr, dans un endroit comme celui-ci il fallait faire attention où l'on met les pieds. L'avantage qu'avait Sarel dans les forêts restait sa dextérité et sa souplesse pour marque les pas entre les racines et autres flores encombrantes.
Chaque fois que sa tête se retournait vers Howahkan, Sarel voyait de plus en plus de détails sur le visage de la jeune femme. La détermination ainsi que l'étrange espièglerie dont elle faisait preuve présageait d'une idée fort malicieuse derrière la tête. Sarel n'eut pas le temps de réagir que sa partenaire de route s'élança sur elle tel le Börr d’Eris vous chargerait.

Le choc fit s'échapper de ses poumons l'air restant dans un hoquet de surprise et de choc. Le roulé-boulé qui s'en suivit ne se fit pas sans bleus. Sarel en perdit sa lance, il était évident qu'elle ne faisait pas le poids à mains nues contre Howahkan, mais ce n'était pas une raison pour ne pas essayer. Malgré la douleur, Sarel réussit à se saisir du poignet gauche de son assaillante. Elle tenta de lui faire une clé de bras mais elle ne réussit guerre, manquant de force et surtout distraite par la prise de jambes qu'elle ne réalisa que trop tard.

Sarel laissa s'échapper un rire franc alors qu'elle se vit piégée. Elle tentait néanmoins, contractant ses abdos de toutes ses forces de se relever contre Howahkan. Elle croisa ses yeux et lui lança un regard de défi malgré son évidente situation. Levant son autre bras, elle enserra la nuque de la werarn avec autant de force qu'elle le pu. Si elle n'arrivait pas à avoir le dessus et s'échapper, elle s'assurerait pour que son adversaire ne puisse pas se défaire d'elle aussi facilement. Sarel s'amusait et si elle n'avait pas été aussi essoufflée, son rire aurait paru moins haletant qu'il ne le fut.

Elles étaient tombées non loin d'une rivière, symbole de la ligne d'arrivée mais aussi du début de leur mission réelle. Les rais de lumières se raréfiaient au fur et à mesure que l'on regardait vers l'intérieur des Acéréïdes, cela étant la température était tropicale. Il faudrait un temps certain à la coyote pour se remettre de ses pitreries avec la ravissante Howahkan.

Dans le comble de la provocation, au court moment ou Sarel arrivait encore à tenir la tête d'Howahkan contre son épaule, la coyote lui envoya :

- On a peur de perdre alors on triche ?

Pour être honnête, la coyote elle même aurait saisi l'occasion que la Börr d'Eris ne s'était pas privée de prendre en première. Il aurait été trop tentant de plaquer au sol cette fière werarn en pleine victoire. Mais l'issue aurait peut être été différente, compte tenu de leurs aptitudes respectives.

Si Sarel n'avait pas autant poussé sa chance, si elle n'affichait pas un sourire aussi provocateur et si elle n'était pas aussi prétentieuse, le sort lui aurait peut être été plus clément pour ce qui va suivre.
Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Dim 11 Aoû - 21:33



Inventaire

Armure commune | Masque | Trident



Tricherie ou fourberie ?


Elle avait bien failli la réussir, cette clef de bras. Howahkan avait sentit son poignet se tordre dans son dos, son épaule malmenée d’un geste qu’elle aurait pourtant dû prévoir, qu’elle avait même entraperçue. Mais dans la précipitation, elle avait fait preuve de négligence, et avait alors manqué de se retrouver dans une situation fâcheuse. Ses muscles par de trop longues heures entraînés avaient néanmoins une mémoire semblait-il presque infaillible, et alors son corps s’était mut sans attendre l’aval d’une conscience distraite. Ses jambes refermées sur celles de la coyotte et celle-ci davantage tordue d’un rire que véritablement combattante, Howahkan reprit le dessus en quelques instants. Et sur son propre visage bientôt, ce fut un sourire tout aussi sincère qui vint étendre ses lippes malicieuses, amusé et fier. La brune aimait jouer, et plus que tout, elle aimait vaincre. Qu’importait que ses méthodes puissent être tout à fait légales ou non …. Sa concurrente et coéquipière d’infortune était plutôt mal placée pour s’en plaindre. Celle-ci avait sur le dos une réputation certaine et bien plus certifiée que celle de la werarn, réputation de femme rusée sans être tout à fait sournoise - tout à fait car bien des Skaldes en douteraient - qui n’aurait alors aucun scrupule à céder à quelques alternatives pas véritablement acceptées, mais pas non plus prohibées pour vaincre. Pour tout avouer, il s’agissait là d’une qualité que la plus jeune admirait secrètement. Combien de fois s’était-elle maudite de ne pas avoir fait preuve de plus d’esprit pour se sortir de situations complexes, de plus d’audace ?

- Pourquoi parler de triche ? Tu te considères déjà hors jeu ?

Howahkan ne comprit qu’une fois ses propos prononcés dans quelle situation elle était désormais, et la surprise la figea un instant. À la place du sourire malin qui flottait sur ses lèvres persista brièvement la figure du doute. Mange Mort était forte, à sa manière, et la brune avait la sensation de l’avoir sous estimé. Laissée dupée par une apparente position de force, elle n’avait pas pris conscience du bras qui s’était refermé sur sa nuque et qui désormais, limitait ses mouvements. En réalité, toutes deux étaient hors jeu, à moins qu’elle ne parvienne à se dégager de là.
La jeune femme tira sur sa nuque pour se défaire de la poigne de son aînée, mais elle ne parvint qu’à souffler, grogner. Et sous son corps, elle entendant, ressentait même, la seconde se moquer d’un rire qui faisaient encore tressauter sa cage thoracique. Loin de se laisser abattre, elle changea de stratégie. Elle relâcha sa prise sur les bras de Sarel et choisit d’occuper ses mains en la chatouillant à quelques endroits stratégiques. Il ne restait plus qu’à prier pour que celle-ci se montra un tant soit peu sensible, auquel cas elle lui aurait simplement permit de prendre le dessus. Car, en dépit d’abdominaux dessinés, Howahkan ne pourrait rester gainée, en équilibre et penchée en avant, plus de quelques dizaines de secondes. Et encore.

Tahn Celhán

Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Mer 14 Aoû - 12:31

L'erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse


La réponse de Howahkan résonnait dans sa tête. Sarel savait qu'elle ne gagnerait pas sur la distance, elle devait trouver une moyen de s'extirper de l'emprise de la prédatrice avant de faire une fuite en avant et tenter de gagner ce morceau de viande. Parce que, soyons honnêtes, elle le voulait quand même !

Howahkan tenait un point, la coyote se sentait déjà défaite, à moins de ruse elle n'arriverai pas à défaire ses jambes. Elle s'arrangeait pour qu'elle ne puisse pas s'enfuir, mais elle était bloquée également. Sarel cherchait des yeux un moyen de s'en sortir, sa joue frottait contre le sol, imprimant quelque poussière. Autour d'elle diverses plantes lui offrait des possibilités moindres, rien de bien probant. Elle sentait Howahkan se débattre et se contenta de serrer un peu plus, mais Sarel sentait déjà son adversaire se défaire de son emprise. Entre grognements et efforts elle finit par utiliser une ruse. Qui a dit que Mangemort était la seule à pouvoir s'en affubler ?

L'absurde la prit par surprise mais tout autant que ses côtes. Sarel poussa un : "NON !" sous la visible fierté du méfait. La coyote se tordait sous les mains d'Howahkan et éraflait le sol de ses affaires. Son masque au dos l'empêchant de réellement rouler sur le côté. En cet instant, au sol, sa parure la gênait, que comble.

Ses mains agrippèrent les bras d'Howahkan tentant désespérément d'écarter ses mains de son corps. Malheureusement pour elle, il est plus facile de pousser vers le sol que vers le ciel. Sarel mettait deux fois plus d'effort que sa partenaire de jeu à repousser ses bras. Tout en poussant des cris implorant implorant pitié, sans néanmoins le dire à haute voix, Sarel se faisait anguille et réussi à extirper son corps vers l'arrière. Elle eut un rapide aperçu des yeux espiègles d'Howahkan, fière d'elle, une peau raffinée et un regard perçant. Si Sarel n'était pas occupée à s'enfuir, on aurait presque pu dire qu'elle était en train de la contempler, sa chevelure faisant office de cadre.

Ses hanches étaient piégées, tressautant à cause de l'attaque perfide de cette satanée partenaire !
Alors qu'elle se tenait en appuie sur ses mains en arrière, tentant tant bien que mal de se relever Sarel se figea. L'espace d'un instant elle senti une présence derrière elle. Jetant un rapide coup d'oeil elle fit volte face mais ne trouva rien. Pourtant, elle était sûre d'avoir eut la sensation que quelque chose était proche.

Son instinct avait vu juste, alors qu'elle s'apprêtait à répondre :
- Moi qui comptait sur l-"

Un craquement à environ 200 mètres de là fit un bruit si clair que cela coupa instantanément Sarel dans sa phrase, elle réussi à se relever presque d'un coup. Certainement parcequ'Howahkan l'avait laissé, elle aussi alerte d'un potentiel danger. Sans chercher à comprendre, Sarel mit son masque et reprit sa lance en garde, signe que sa partenaire ne comprendrait que trop bien, cherchant dans les environs ce qui avait pu causer ce fracas. Elle sentait une présence mais ne pouvait la voir. Une partie d'elle était déçue de ne pas avoir pu continuer des chamailleries qu'elle n'osait s'avouer plus plaisante qu'elles n'auraient dues, mais généralement l'approche d'un danger en terrain inconnu vous coupe l'envie d'être distrait. Sarel manquait légèrement d'endurance et on pouvait l'entendre reprendre progressivement sa respiration, bien que cette dernière soit comme suspendue à cause de son état d'alerte.

Ses yeux vertes cherchaient, scrutaient, sans ne rien trouver. Sarel avait horreur de ça, cela veut dire qu'elle 'n’avait pas été vigilante, que quoi que ce soit avait l'avantage sur elle, qu'elle manquait d'une longueur d'avance et que la surprise pouvait être déplaisante.
Elle espérait en son fort intérieur qu'il ne s'agisse que d'une branche morte d'un arbre trop imposant, mais aucuns signe de cela dans ce qu'elle "scannait".


Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Ven 16 Aoû - 10:31



Inventaire

Armure commune | Masque | Trident



Proie ou Prédateur ?

Sa stratégie fut payante. Howahkan n'osa le croire tant que, sous ses mains, la coyote ne se tortilla pas, après tout jamais toutes deux ne furent dans une situation similaire et la plus jeune ne pouvait que soupçonner une sensibilité, par simplse statistiques, plutôt que de l'affirmer. Mais très vite, Sarel se tordit sous les chatouilles, prises d'éclats soudains qui vinrent même lui tirer des larmes tandis que, maladroitement, elle se débattait pour échapper à la malice du Börr d'Eris. Sur le visage de cette dernière s'étendait un large sourire, malin et fier. La joie de son acolyte, bien que provoquée plutôt que naturelle, était communicative et Howahkan avait cette faculté, davantage malédiction que bénédiction, de boire les émotions des autres. Une empathie parfois poussée à son paroxysme qui l'aidait autant qu'elle l'handicapait. À l'instant, elle s'en réjouissait plutôt, et bientôt ce furent ses propres rires qui fusèrent sous la sylve épaisse de la frontière des Acereïdes.

Son inattention était certaine. Toute occupée à réduire à néant la combativité de Mange-Mort, la werarn peinait à prêter attention à ce qui se jouait autour d'elle. Elle ne remarqua aucun mouvement, après tout le vent souvent fouettaient les feuilles qui ondulaient sous son joug. Mais le bruit lui parvint, distinctement car net et précis, et il la stoppa soudainement. D'un seul corps, les deux femmes se redressèrent, car face à un potentiel danger elle n'hésita pas une seconde à relâcher la danseuse. À son tour elle abaissa sur son visage le masque représentatif de son animal totem. Le sien, contrairement à d'autres, était principalement composé de métal, bien que la carcasse soit en os. Sur son front, la corne acéré menaçait tandis que sur sa mâchoire, pendaient les sangles ambre et grenat dérobées sur le cadavre d'un de ses congénères. Son trident en main, elle se plaça dos contre dos avec sa coéquipière, car d'autres bruits lui vinrent de la rive opposée.

Deux ennemis ? Plus ? Quel poids ? Quelle taille ? Quelle espèce ? Howahkan était davantage spécialisée dans le combat brut que dans une quelconque stratégie, d'autant plus qu'elle disposait de trop nombreuses lacunes pour pouvoir déterminer sans erreur, et sans visuelle, quelle bête leur tournait autour.

Sa perception s’affûta. Son souffle ralentit, de même que ses battements de coeur. Le temps ainsi que les entraînement lui avaient appris à maîtriser son corps, d'en faire une arme plutôt qu'un fardeau. Dans les Wenuas, d'être handicapé par sa propre peur était le meilleur moyen de perdre la vie.
Elle inspira profondément, et tourna la tête à droite lorsque, des broussailles, surgit un mignon Elys à Coiffe. Mignon mais véritable teigne, elle le savait. Un rongeur ingrat et toxique, qui pourrait bien les embêter au pire moment. Car un elys n'est pas assez lourd pour faire craquer une branche ..

Le rongeur approcha, plus curieux que craintif. Il fit quelques pas dans la direction des deux combattantes, puis bondit vers elles. Fauché au vol, il fini sa course dans la gueule d'un grand félin moucheté de noir. Un chasseur qui, semblait-il, traquait un écureuil iridescent plutôt que deux Skaldes étrangères à son territoire. Howahkan referma sa prise sur son arme, certaine que la jaguar changerait de cible d'ici peu. Et celui-ci tourna la tête vers elles. De sa gueule pendait, inerte, la queue touffue de sa proie, mais sa mâchoire était figée. Il ne mâchait pas, et fixait, de ses deux pépites d'or, börr et coyote. Menace ? Pas menace ? Que représentaient-elles, toutes deux, à pointer sur lui en tout et pour tout quatre pointes acérées ?
Le félin referma la mâchoire. D'un coup de dent vif, il coupa la queue de l'animal, séparant la glande toxique du reste du corps comestible, donna un ou deux coups de crocs, puis avala. Et enfin, il fit un pas vers le duo intriguant.

Howahkan ne le quittait pas des yeux. Elle chercha, dans le moindre de ses mouvements, le signe d'une attaque imminente. Un muscle qui se tend, un grognement symbolique ou une impatience à lui faire fouetter l'air de sa queue. Sur le qui-vive, elle demeurait attentive au moindre signe.

Tahn Celhán

Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Ven 16 Aoû - 12:30

L'erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

La menace vit le jour à un endroit bien plus proche que Sarel l'escomptait. Et elle était aussi de très petite taille. Contrairement à sa partenaire, mange-mort n'avait pas autant suivit les indications avant de partir, elle s'était plus concentrée sur les dangers de la flore plutôt que de la faune. Quand l'Elys à coiffe s'était approché tout curieux, elle s'était méfié par principe, mais, si la vraie menace ne s'était pas montrée elle aurait certainement essayé de faire ami-ami avec l'une des espèce toxiques de ces lieux.

Surgit de l'ombre un félin tacheté au regard étrange. Il ne fit qu'une bouchée de l'intrus et se figea face aux Skaldes. Sarel senti Howahkan se crisper contre elle ce qui l'enjoint à faire de même. Une fois son repas terminé le prédateur approcha d'un pas feutrer vers ce qui était peut être ses futures proies.

Tous étaient tendus et silencieux, jaugeant du regard et des sens qui serait le premier à déclencher les hostilités. Et c'était là le piège, Sarel essayait avec peine de paraître détendue en espérant que le fauve les copie, mais bien sûr sans succès. Sa lance était trop serrée entre ses mains pour que cela ne soit crédible même pour le prédateur. Il commença à feuler, n'osant s'approcher il préféra décrire quelques pas de côté en gardant la même distance. Mange-mort se méfiait des fauves en général, c'était notamment suite à sa rencontre avec l'un d'eux que son funeste surnom avait vu le jour.
Elle voulait dire quelque chose à sa coéquipière mais parler risquait de déclencher la rupture du statut quo. son pieds gauche glissait très lentement sur le côté, elle préparait quelque chose et elle espérait que la Börr d'Eris comprenne. Le pari était risqué, Sarel pourrait tout aussi bien les mener à leur pertes.

Sarel se souvenait d'une chose concernant la faune, dans bien plus souvent de cas qu'on ne voudrait le penser, la peur est souvent chez l'autre. Si on ne peut pas résoudre les choses pacifiquement, il faut intimider. Elles avaient l'avantage de porter leurs masques de bataille ce qui ajouterait du panache à son idée. La bête grogna plus fermement lorsqu'elle sentait Sarel se mouvoir et cette dernière prit autant de place qu'elle le pu avec son corps, prenant une posture guerrière la lance brandie sur le côté elle poussa le cri le plus guerrier qu'elle pu. De sa main libre elle enjoigna sa partenaire à faire de même en la posant sur son épaule.

Le fauve eut un tressautement de surprise et rugit puissamment en réponse. Malgré son intimidation, elle se força et continua encore, espérant que le taux de menace qu'elles représentaient seraient ni trop haut ni trop bas pour leur cible. Trop bas et le fauve bondirait pensant qu'il a gagné la "joute verbale" et pourrait se servir. Trop haut et il y avait une chance qu'il fuit ou bien qu'il se montre trop prudent et veuille les éliminer par crainte et non par faim. Elle espérait le surprendre et lui faire lâcher prise mais sarel n'était pas sûre de sa diversion, autant que possible elle essayait de gagner du temps et d'éviter la confrontation. D'autant que cette bête lui était inconnue.

A peine étaient-elles entrée dans la zone que leur mission prenait déjà forme. De mémoire, ce fauve n'était absolument pas enregistré.

Tahn Celhán

Démiurge
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateur
Informations généralesGroupe : VagabondAge : Sexe : ♀♂Monnaie : Inventaire : - La toute puissance ♥️Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/vbg5.jpg
DémiurgeAdmin

Lun 19 Aoû - 14:41
Le membre 'Howahkan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Intensité' :
HENTEN -352 H L'erreur de calcul [ft Howhkan] Oi4g
Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Mar 20 Aoû - 9:19


Inventaire
Armure commune | Masque | Trident



Proie ou Prédateur ?


Howahkan ne mit pas longtemps à déterminer l'objectif recherché par sa coéquipière à jouer pareille comédie. Son masque de coyote baissé pour couvrir son visage, elle remplaçait le délicat de ses traits par le morbide d'un crâne figé de canidé. Menacé d'une lame acérée, d'une bête bipède à la gueule inconnue, ainsi que de hurlements tout autant étrangers, la créature eu une hésitation, elle grogna, fit un pas de côté.
La brune alors imita le comportement de Mange Mort. Son trident bien en main, elle tacha de se faire plus imposante. Elle avait l'avantage de disposer d'un masque assez large, de cornes, de breloques, qui lui faisaient comme une coiffe. Le Börr d'Eris, ainsi que le coyote, n'approchaient jamais de ces territoires, trop plein d'arbres, de liane, d'eau et de pénombre. Tous deux leur préférait de grandes étendues, la chaleur plutôt que l'humidité, espace et liberté. Par ici, c'était trop étriqué. Le félin alors ne leur connaissait rien, et c'était pour elles un avantage, du moins le croyait-elle.

Toutefois, lorsque Howahkan suivit sa coéquipière, elle vit devant elle la créature trahir non pas la peur, mais plutôt une méfiance dangereuse. Sur son dos, son pelage se hérissa, les poils noirs et ocre se recourbèrent, dans la même optique d'intimider ses assaillants. Ses babines à leur tour se relevèrent pour dévoiler le tranchants de crocs aiguisés. Ses pattes, dans la terre, imprimèrent l'empreinte de ses griffes que la plus jeune estima tout aussi affûtées, des griffes toutes sorties. Le félin, semblait-il, eu tôt fait de passer de la surprise à la menace, bien qu'il ne semblait pas encore tout à fait hostile. Il tournait en rond autour d'elles, lent, le pas mesuré, tachant de se faire plus gros, de grogner plus fort. Puis, après quelques secondes ainsi à se jauger, à s'estimer, il céda à une audace ambitieuse qui le convainquit de changer ses appuis pour bondir.

Elle perçu ce mouvement, une chance certainement sinon quoi la créature aurait eu le temps de mener ses plans à bien. La Börr se fit plus vive, et elle bondit avant que le gros félin n'eut l'occasion de faire de même. Elle bondit devant lui, poussa un hurlement pas moins valeureux que ceux émis par Sarel et menaça la bête de son trident. Bête qui si tôt devancée, et confrontée de si près et contre sa volonté à l'étrange créature habillée, couina et fila la queue entre les pattes, jaugeant qu'il ne valait mieux ne pas s'attarder.
Un instant, Howahkan resta ainsi figée, accroupie, sa lance à trois dents pointée vers les buissons. Méfiante et suspecte, elle gardait l'oreille tendue, peut-être que la bête reviendrait ? Peut-être serait-elle accompagnée ? Elle soupçonnait le comportement de leur opposant justifié par une jeunesse certaine, mais il n'en était certainement pas de même pour le reste de sa famille, encore moins s'il vivait en meute.

Ainsi s'égrenèrent une trentaine de secondes. De très, très longues secondes. Puis, certaine que plus rien autour, du moins plus aucun imposant matou, ne se dissimulait, elle se redressa.

- On ferait mieux de continuer ..

Tahn Celhán

Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Mer 21 Aoû - 16:43

L’erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

La bête se montrait de plus en plus menaçante et Sarel cru bien vite qu'il faudrait bientôt qu'elles se battent pour leurs vies. Howahkan l'avait suivit dans son audace et elle fit un jeu de scène digne des plus intimidants jeux d'ombres. Sa coiffe ajoutait à sa taille et présence, les larges cornes du Börr d'Eris, qui avaient certainement été retaillées pour tenir sur le masque, jouaient dans l'air. Le fauve prit ces cornes comme un prédateur naturel et sembla s'y soumettre.

Une fois la bête partie Sarel souffla un bon coup et eut un léger rire. Elle baissa sa garde peut être à tort et s'approcha de sa partenaire qui elle resta quelques instants sur le qui-vive.

- Et ben ! C'était moins une !

Son rire se termina sur un soupir comme ceux d'après une bonne blague. Elle s'avança à côté d'Howahkan les joues rosies par la récente situation. Le jeune Skalde suivait ses leçons à la perfection et ne se détendit que lorsque toutes traces de menaces avaient disparues. Elle intima la coyote au calme et lui fit signe de continuer la route tout en le déclarant. En fouillant dans son petit sac de voyage, Sarel en ressorti le morceau de viande séchée et le tendit à la Börr d'Eris.

- Tiens, tu l'as bien mérité.

Mange-mort se remit en route, elle préféra cependant garder son masque sur la tête. Bien qu'elle semblait légère et détendue, une partie d'elle l'appela à la raison, ou à la paranoïa dépendamment des points de vues.
Elles s'approchèrent des bois et étaient prêtes à s'y enfoncer. Sarel se contenta de mâcher un bâton de réglisse, il lui en restait un petit bout, elle n'en aurait pas pour le retour et cette pensée l'attrista. La coyote n'était pas prompte à l'addiction, mais la réglisse restait tout de même son pêcher mignon.

Ses yeux se tournèrent vers les hauteurs, les entrelacs des branches brouillant les rares rayons de soleil qui s'aventuraient ici bas. Sur leurs flancs des bassins roses parsemaient des sentiers tracés par la faune, tandis que la flore s'étendait à perte de vue dans des espèces les plus variées. Une étrange lueur filtrait au loin à travers les troncs, la coyote fut si distraite qu'elle fit deux pas en avant, s'appuyant sur un arbre assez massif tout en tournant sa tête sur le côté pour essayer d'y voir plus clair. Son regard quitta le fantôme de lumière pour se rediriger vers Howahkan. Comme pour demander son approbation ou pour voir si elle ne perdait pas la raison et s'assurer qu'elle aussi voyait la même chose.

Sarel ignorait ce qui faisait une telle lueur, mais cela avait un certain charme et l'atmosphère semblait relaxante et sans dangers imminents. Peut être avaient elles trouvés un havre de paix ? Mange-mort avait même cessé de mâchonner son bout de réglisse tant la contemplation la narguait du coin de l'oeil.

L'air était chargé d'odeurs presque enivrantes, à tel point que les couleurs semblaient plus vraies que natures. Tout était absolument surréel et pourtant la nature était connue pour être tout aussi étonnante que fabuleuse. Un Skalde le sait, et il faut avouer que leur rites nomades étaient aussi mu du goût de la découverte.
Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Jeu 22 Aoû - 13:42


Inventaire
Armure commune | Masque | Trident



Beauté dangereuse

Ni l'une ni l'autre n'avait gagné. Pas véritablement du moins, car bien que Howahkan fut celle qui, en dernier, eu le dessus, aucune ne passa la rivière avant l'autre. Un petit cours d'eau pourtant, large d'à peine deux mètres, profond de quelques trente centimètres, qu'il aurait été aisé de traverser. Un filet limpide pour faire barboter les grenouilles, pour faire nager les enfants. Du moins aurait-il été idéal pour les mioches, sur le principe, car jamais aucun Skalde ne songera ne serait-ce qu'une seconde à emmener sa progéniture si près des Acereïdes. La région réputée trop dangereuse et que ce fut concernant sa faune ou sa flore, il était rare que quiconque, de manière générale, ne s'approche. Elles-même par ailleurs avaient pour ordre de ne pas trop s'enfoncer dans les terres luxuriantes du nord de Sil Naleim, car elles pourraient perdre leur chemin, se perdre elle-même, sans parler des menaces extérieures. Manger ou être mangé, un vieux crédo.
Tout ceci pour dire que la brune ne s'attendait aucunement à telle reconnaissance de la part de sa coéquipière, ne serait-ce que parce qu'elle n'avait pas été seule à faire fuir la bête. L'idée de Sarel relevait du pur génie, jamais elle n'y aurait pensé, c'était elle qui méritait d'être félicité. Howahkan, à défaut d'avoir l'avantage de l'esprit - attention, n'allez pas croire à une débilité certaine - disposait de l'audace, ainsi que d'un masque plus imposant. L'avantage d'être une forte tête peut-être ? Au moins ceci leur avait servi, et c'étaient leurs talents combinés qui, en somme, leur avait permis de vaincre. Toutes deux semblaient faire une bonne équipe, une fois leur sérieux recouvré.

La plus jeune accepta le morceau de viande séché. Elle y enfonça les crocs, déchira la chair, et tendit la moitié restante à Mange Mort, sans un mot qui puisse justifié ce partage. Les pieds dans l'eau, puis au milieu de la végétation. La flore ici était plus épaisse, tellement diversifiée qu'ignare comme elle l'était, elle soupçonnait le danger dans le moindre pétale. Immense ou ineffable, elle n'osait pas trop approcher, car une vois dans son esprit ne cessait de lui gueuler qu'elle n'était pas dans son élément, et qu'ici, elle n'était maître de rien. On disait qu'elle pourrait même ne plus être maître d'elle-même.

Mais c'était beau, elle ne pouvait le nier. Partout où la lumière s'infiltrait, de nouveaux trésors se dévoilaient. Des myriades de couleurs irisés, des brins d'herbe flamboyants et des roses plus grosses qu'un étalon. Dans les hauteurs, elle percevait un mouvement certain, la vivacité de chimpanzés à pattes jaunes, parfois c'était la queue ébouriffé d'un Elys qu'elle devinait entre deux feuilles d'un grenat éclatant. Et puis son oeil fut attiré par les bassins, sans surprise. Son attrait pour l'eau la reprit soudainement, elle fut prise d'un besoin presque primaire de plonger tête la première dans ceux-là. Mais Sarel voulut voir la lumière, une lumière qu'elle n'était même pas sûre d'avoir perçu tant son regard ne cessait d'être attiré par les flaques qui, plus loin, traçaient un chemin coloré jusqu'au plus profond de la jungle.
Howahkan opina, bien qu'elle restait sur une défensive inexplicable. Cet endroit, et l'influence qu'il exerçait sur ses sens la poussait à refréner une curiosité naturelle, une curiosité que les Atmâ savent d'une force incommensurable.

- On a qu'à aller voir, mais évitons de trop s'éloigner pour le moment ...

Elle laissa Sarel prendre les devants. Non pas dans l'idée que ainsi, c'est elle qui ferait face à une potentielle mauvaise surprise, mais plutôt parce qu'elle devait être mieux placée pour trouver, approximation, l'origine de sa curiosité.
Quelques mètres, et déjà, le décor changeait. Lentement, quelques couleurs, quelques plantes. Les rayons du soleil, plutôt que d'exploiter les couleurs de pétales et baies qui servaient de filtre à ses rayons frappait parfois au coeur d'un plant sombre, d'un plan avide de lumière, qui buvait alors tout. L'endroit se fit plus sombre alors qu'elle approchait de ce qui semblait être un carcasse de métal. Bouffée par la rouille, bouffée par les plantes.
Initialement, Howahkan songea qu'un Caîne ai pu se perdre, approcher de la frontière entre forêt et jungle, mais elle ne décelait, dans les décombres, ni patte ni queue. Elle approcha pour tirer sur de larges racines, pour enlever la mousse, espérant ainsi dévoiler un peu plus que quelques centimètres de tôle tordue.


Tahn Celhán

Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Sam 21 Sep - 11:14

L’erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

Sarel était si heureuse d'avoir entreprit ce voyage qu'une fois arrivée à destination elle eut une impression douce amère. Douce car la voilà arrivée aux Arcéïdes, un endroit quasi mythique au sein des Skaldes. Elle pourrait y découvrir toutes sortes de choses à n'en pas douter ... Une partie d'elle pensa même à entreprendre une fugue, on pourra prétendre qu'elle s'est perdue et qu'on ne la retrouverait pas. Sa raison lui rappela ses chances de survies et la communauté qu'elle laisserait derrière elle alors qu'elle s'y était accoutumé et avait besoin d'un public pour que son métier prenne sens. Cette idée était cependant présente, une totale liberté, loin des restriction de son peuple et proche de toute charmant danger qu'elle écarta pour l'instant. Amère, parce qu'arriver à cet endroit signifiait bientôt la fin de leur mission. Elles qui n'étaient pourtant qu'à la demi du voyage, Mange-mort voyait déjà le chemin du retour, beaucoup moins plaisant que celui de l'aller.

Ses pensées furent cependant diffuses, elles ressemblaient plus à des ressentis qu'un véritable dialogue interne. Complètement distraite par tous ses sens, Sarel n'arrivait pas à mettre de l'ordre dans ses priorités.
Sa vue était brouillée par tant de flores de couleurs et de formes qu'elle était totalement obnubilée par tout ce qui se passait autour d'elle. Elle sentait le goût de l'air chargé en diverses odeurs florales sur les commissures de ses lèvres lorsque sa langue y passa pour récolter de la salive. Il y avait dans ce trop plein de saveurs une sensualité qui chauffait tout son corps, Mange-mort se sentait détendue, détachée, sa garde s'abaissait à mesure qu'elle prenait soin de se rapprocher de cette lueur. La curiosité prenait le dessus et il lui aurait fallu tout son être pour y résister, mais elle ne le désirait pas. Pour son propre bien, il eut fallut bien des fois qu'elle n'ait pas une soif insatiable de savoir. Ce qui lui valait les remarques et regards réprobateurs de ses pairs en général lui vaudrait ici bien plus cher si elle ne se reprenait pas. Pour l'instant, aucuns dangers à l'horizon, mais dans les Arcéïdes, cela ressemblait plus à l'oeil du cyclone qu'à du calme et Howahkan le savait à en juger par sa légère tension.

Notre chère coyote en avait même oublié le morceau de viande que sa coéquipière lui concéda tout à l'heure. Elle l'avait stocké dans sa poche de ceinture sans vraiment y penser tant son attention fut prise par le décor. Ses yeux verts firent un retour auprès de la Skalde brune, et elle perçu dans ses yeux une vigilance qui la fit presque rire.
N'en ressorti qu'un "Tchh !"d'affection autant que de désapprobation.

Après quelques sautillements entre les racines et les bassins roses dont Sarel, malgré son état, se rappela qu'il fallait éviter pour une raison dont elle ne se souvenait pas particulièrement à ce moment précis ; l'origine de la lueur se fit plus claire. Presque dense, changeline et saccadée.

C'est en s'approchant, et en s'enfonçant dans la brume ambiante, que Howahkan découvrit lentement les restes d'une carcasse faite de métal. Un léger bruit saccadé de machine faisait encore écho, à l’unisson avec la lumière bleue qui sortait de son .. Oeil ? Il était assez difficile de reconnaître une tête tant celle ci était endommagée. A première vue, la lunette semblait encore fonctionnel, comme en témoignait la lumière, mais en bien mauvais état. Quelques saccades et la lumière ne se révéla plus. Un silence de mort s'installa, et on ne revit plus jamais la lueur.
Sarel lança un regard interrogateur à sa partenaire puis, dans un reniflement, entreprit de bouger la carcasse. En effet elle semblait reposer sur une structure faite de racines, roches et une autre matière ressemblant à du métal dont la couleur était fort délavée. Avec un peu d'effort, tout ce que réussi à faire Sarel fut du bruit et décapiter maladroitement la carcasse.

Les débris roulèrent tant bien que mal jusqu'à ce que les environs bloquent leurs chutes par quelques circonvolutions florales. Renonçant à l'ouvrage, Sarel se tourna vers Howhkan :

"C'est quand même bizarre non ? Aussi loin de tout ..."

Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Ven 4 Oct - 11:31


Bestiaire

Elle était encore vivante. La lueur qui pulsait en était la preuve, un faible éclat azuré qui s'immisçait entre deux racines, étouffé par la mousse qui avait pris la souveraineté de sa carcasse. Incroyable. Vivante, puis bientôt morte, incompréhensible.
Howahkan laissa retomber le végétal qu’elle avait encore dans la main, ce pied qui d’ordinaire, s’enfonçait dans la terre pour permettre à la plante parente d’y puiser quelques minéraux nutritifs qui, vraisemblablement, avait préféré aux riches souterrains le cadavre d’une machine désormais vidée de toutes ses forces.
La brune s’accroupit, retira encore quelques morceaux de l’écume impériale qui tentait d’avaler l’exosquelette dans l’espoir d’y voir un peu plus clair.

Avec Sarel, elles en rétirèrent de nombreux morceaux. La tête avec.
Le crâne de métal roula dans l’herbe, jusqu’à se stopper contre une irrégularité végétale. Elle la suivit des yeux, une bien petite tête.
La werarn se redressa, la saisit entre ses doigts pour l’observer. Elle la mis face à elle, plongea le bleu de ses yeux dans les ténèbres des siens.
Il y avait la lunette. Deux, en vérité, assombries par l’obscurité d’une vie éteinte. L’un des deux verres brisé, et au dessus, deux pointes triangulaires, comme des oreilles. Des oreilles. Aucune machine connue n’avait d’oreilles. Les sourcils de la skalde ne firent que se froncer davantage. Elle retourna le crâne de l’étrange créature de sorte à voir son cou tranché, les fils qui pendaient lamentablement. Une paupière fermée, l’oeil plissée, elle chercha à voir à l’intérieur si rien ne s’y cachait, mais les fils étaient connectés à un cerveau inaccessible. Elle se retourna vers sa coéquipière, incapable de trancher.
L’animal lui était inconnu - et les Atmâ en soient témoins, elle aimait étudier les machines.

Elle lui tendit la tête, perplexe.

- Tu en as déjà vu ?

Tout était incompréhensible. La présence même de la créature dans les Acereïdes - les Skaldes partaient sur le principe qu’ils n’étaient pas ou peu foulés par les machines car trop humides -, qu’elle fut encore en vie à leurs arrivée alors que, en trahissait la quantité de végétation qui la recouvrait, elle devait gésir là depuis quelques .. années ? De même que son espèce, de manière générale, qui n’avait rien de connue.

Howahkan détailla la belle Mange-mort pendant qu’elle cédait à un second examen méthodique, en quête d’une réponse. À y réfléchir, la tête ressemblait, un peu, au félin qui les avait attaquées un peu plus tôt aux abords du territoire. Un cousin ?
Prise d’inspiration, la brune s’en retourna vers le cadavre, du moins le reste de ce dernier, et de nouveau, elle entreprit de le libérer de sa prison sylvestre. Une tâche ardue, les racines s'emmêlent autour de sa cage thoracique, autour de ses pattes tant et si bien que sans ses yeux pour trahir sa présence, jamais elles n’auraient su ce qu’il se dissimulait sous la flore. Ne souhaitant pas s’acharner à tirer, au risque de démembrer la bête, elle se tourna, une enième fois, vers sa coéquipière d’infortune.

- Dis .. Tu n’aurais pas un silex ?


Tahn Celhán

Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Sam 5 Oct - 12:27

L’erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

Howahkan inspectait la tête comme s'il s'agissait d'un trésor. Sa partenaire la trouvait marrante mais elle comprenait l'intérêt qu'elle portait à l'inconnu. ce qui restait de la tête était déplorable, mais il y avait quand même quelques pièces d'intérêts. Pièces sur lesquelles Howahkan semblait quelque peu dubitative. L'animal ressemblait à celui qu'elles avaient croisé plus tôt, mais en métal et beaucoup plus vieux. C'était à ne rien y comprendre car : comment un être vivant pouvait tenir aussi longtemps sans bouger et sans aucune forme d'énergie ?

Sarel commençait à regarder les arbres comme s'ils étaient plus vivants qu'elle ne l'avait considéré. Bien sûr, la végétation est vivante, mais elle ne leur prêtait pas une conscience spécifique, les atmâs les habitait la plupart du temps. Atmâs ou pas, elle commençait à raisonner par l'absurde, si une chose semblait impossible, autant partir sur la totale fantaisie. Les arbres mangeaient le métal ?
Sa tête se mut de désapprobation quant à ses pensées. Après tout, il était connu que les machines vivaient différemment. Si cette dernière avait pu vivre plus longtemps, sachant qu'on ne lui connaissait pas d'espèce, peut être cette énergie jusqu'à la fin faisait partie de ses caractéristiques ?

Visiblement, Sarel se posait beaucoup trop de questions, sur des détails qui ne devaient pas compter pour l'instant. Ou pas ? quoi qu'il en soit, elle fut interrompue dans ses pensées par sa partenaire dans le crime.
Mange-mort ne lui offrit pour réponse que des épaules en l'air l'air hagard. Si elle en avait vu ? Pour le peu d'escapades qu'on lui accordait, la majeure partie des machines qu'elle avait vue étaient celles qu'on lui ramenait. Elle faisait souvent la demande de carcasse quand une telle chasse se profilait, elle avait besoin d'ornement et avait apprit à démonter à force de pratique. Mais elle ne comprenait pas tout à fait les mécanismes de ces créatures, du moins pas tout à fait, parce qu'elle n'avait que trop rarement l'occasion de les voir en vie.

Comme elles allaient passer un certain temps ici, du moins c'est ce que Sarel pensait, elle s'assit sur une grand racine et fouilla ses poches pour manger ce fameux bout de viande qui avait quelques particules de tissus sur lui à présent. Mais peu lui importait, c'était un snack ni plus ni moins MAIS un snack qui constituait le dernier morceau de viande. Elle regardait les environs et pour l'instant rien d'inquiétant. Des petites créatures non hostiles voire dociles se baladaient dans les feuillages des arbres. Certaines, intriguées par les deux nouveaux individus Skaldes.

Sarel vit La Boör d'Eris s'en prendre aux racines et s'enquit de venir l'aider. A elles deux elles réussirent à dégager une partie des racines et des branches, mais l'arbre s'attachait précieusement à cette carcasse et il serait difficile d'en pousser davantage sans une opération chirurgicale.

- Dis .. Tu n’aurais pas un silex ?

- Euh .. si .. Non. Attends.

Prise au dépourvu, Sarel s'était perdue dans les yeux Howahkan, elle comptait couper les racines avec un silex ? Il était bien entendu hors de question de brûler l'arbre mais ... Fouillant hâtivement dans ses poches Sarel n'en ressortit que des babioles sans intérêts pour la tâche.
Par dépit, Sarel lui présenta la pointe de sa lance gravée.

- C'est pour ... Les racines ?

Sarel hôcha quelque peu la tête en direction de l'objet de leurs peines. Tout en tendant la lance elle lui opina un : " Fais y attention hein ...". Mange-mort se pencha pour ramasser la tête décapitée. Elle lui jeta un oeil suspect puis tenta de la secouer légèrement. Et on ne pu entendre que les cliquetis des petits morceaux qui se détachaient encore. Elle eut un petit rire contenu et interpella Howahkan.

- Hey Howahkan ! positionnant la tête devant la sienne tout en faisant bouger le reste de la mâchoire, Roaaaaar !"

Elle mimait d'un air moqueur le cri de la bête tout en riant. Mais cela fut de courte durée car son doigt, en voulant mieux tenir la tête avait pressé une sorte de tout petit bouton à l'intérieur de la gueule, en dessous du museau, qui fit rugir la bête pour de vrai, mais le son s'éteint bien vite. Comme un résidu de batterie ... Dans la gueule ? Le son vibrait dans ses mains.

La surprise fit lâcher Sarel qui eut un cri tout à fait guerrier (absolument pas) et en perdit l’équilibre. Elle fit un roulé-boulé pour se redresser bien vite en contrebas le souffle haletant regardant la tête tomber, inerte.
La faune s'était un peu enfui sous l'effet de la surprise et un silence presque gênant s'était installé.
Successivement, Sarel regardait la tête puis Howahkan avec un air d'incompréhension puis de honte lorsqu'elle comprit qu'il n'y avait rien de dangereux.

Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Jeu 10 Oct - 20:33


Vous avez dit " guerrière " ?

Elle avait regardé la rouquine farfouiller dans ses poches avec patience, mais ses doigts fourmillaient, impatients. Sa curiosité la rendait fébrile, et malgré ses paumes rougies, elle n'avait qu'une envie : libérer la carcasse faite de câbles et de tôles pour en reconstituer l'aspect. Car ainsi couverte, protégée d'un lourd manteau de verdure comme les Skaldes le faisaient de fourrures, la machine demeurait invisible. Désormais, Howahkan avait à l'esprit le crâne de la bête, évidemment puisqu'elle l'avait eu entre les mains et inspectée sous tous les angles, par association d'idées elle devinait déjà l'apparence qu'aurait le reste de son corps, ceci dit elle voulait en avoir le coeur net. Et le silex se faisait attendre.

Par dépit, elle finit par accepter la lance de sa coéquipière. Elle ferait, après tout, très bien l'affaire.
Saisissant fermement la lance au plus près de la lame, la brune se remit en tête de couper chacune des racines qui s'enroulait autour de l'étrange créature. Les liens étaient solides, elle dut consacrer plusieurs dizaines de secondes à limer chacune des entraves pour pouvoir ne serait-ce que libérer son buste, puis l'une de ses pattes. Ca semblait ne jamais pouvoir finir, et déjà à son front vinrent perler une sueur provoquée par ses efforts.
La végétation qui les entourait, plus dense encore que dans les bois Sil Naleim, masquait la progression du soleil dans le ciel. Bientôt, l'astre disparaîtrait derrière les reliefs, les deux jeunes femmes seraient plongées dans une pénombre dangereuse. Il ne serait pas une bonne idée de rester dans ces bois une fois la nuit tombée, mais la werarn était trop concentrée pour s'en préoccuper. Elle avait froncé les sourcils en un tic automatique, conséquence de sa concentration comme de ses efforts. Parfois, elle s'arrêtait le temps de glisser une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille.

Elle tourna la tête vers Sarel lorsque celle-ci l'interpella, darda sur la danseuse le bleu glacial de son regard. Sa comédie lui tira un large sourire, un soufflement nasal mais le grognement qui s'échappa de la gorge inerte de la machine la raidit soudainement. Ses lèvres s'étaient brièvement figées, le temps d'une seconde, et puis elles s'étirent de nouveau, plus largement encore alors qu'elle était prise d'un éclat de rire incontrôlable.
Si le soudain sursaut de vie de l'inanimée chef mécanique l'avait un instant surprise, Howahkan n'avait pas eu aussi peur que Sarel. La courageuse Mange Mort, toute emplie d'ardeur qu'elle était, s'était montrée sous son véritable jour lorsqu'entre ses mains, le crâne avait reprit vie. Virile et guerrière, son cri avait fendu l'air, strident, tandis qu'elle avait sensiblement pâli.
La brune avait vu ses yeux, l'horreur qui momentanément avait figé la douceur de ses traits ainsi que son sursaut alors qu'elle jetait au loin l'instigateur de sa frayeur.
Et c'était hilarant.

La werarn en avait fait tomber la lance. Prise d'un fou rire inaltérable, Howahkan ne put réprimer ni sa voix, ni les larmes qui bientôt, vinrent masquer sa vue d'un voile humide tant la vision qu'elle avait eu de sa coéquipière l'avait prise au dépourvue.

- Ahah .. Tu aurais vu ta tête .. !

Il lui fallu bien cinq minutes pour reprendre le contrôle de son corps. Elle en avait mal aux abdominaux et la gorge sèche. Une lapée d'eau ou deux n'aurait pas été de refus, mais elle se contenta de détailler son accompagnatrice bredouille. Elle manqua de rire encore une fois.

-Ce n'était que la machine ! .. Au moins maintenant, on est certaines qu'il s'agit d'un félin !



Tahn Celhán

Afficher le résumé
Informations générales
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum