Le Deal du moment : -14%
Climatiseur réversible mobile (chaud et froid) ...
Voir le deal
299.99 €

HENTEN -352 H L'erreur de calcul [ft Howhkan]
Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Dim 3 Nov - 18:37

L’erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

Après le "léger" instant de panique, Sarel se retrouva penaude face au rire à gorge déployée de sa coéquipière. Nerveusement elle marmonna un :

" Oui ben ça va ... ça arrive à tout le monde ... "

Quelques instants après, elle se relaxa et eut un petit rire accompagnateur, il était vrai qu'elle avait du être suffisamment secouée pour être ridicule. S'approchant d'Howahkan elle reprit sa lance pour se tenir presque fièrement à ses côtés, bombant le torse malgré tout très fière de sa blague. Bien que la tournure se fit à ses dépends, il fallait reconnaître que ça avait eut le don de détendre l'atmosphère.
Au moins, elle aurait vu la Borr d'Eris sous un jour moins alerte, plus spontané.

Inspirant par le nez, Sarel ajouta :

- Félin ?! Un fauve oui !

Un petit sourire complice accompagna sa réplique avant de reprendre le peu de sérieux qui lui restait :

- Je propose de trouver un abri, on ne va pas réussir à dégager ça en un jour c'est certain.

Un embrun de déjà vu chargeait l'air, les lieux semblaient moins hospitaliers qu'elle ne l'avait perçue de prime abord. Les petits bassins roses parsemaient les alentours et hormis les arbres en hauteur, rien ne semblait vraiment propice, du moins dans cet endroit précis. La nuit n'allait pas tomber de suite, mais les heures passent vite quand on prends le temps de s'installer.
De sa lance, Sarel pointa une direction où elle pensait deviner une sorte de clairière au bout, tout au bout de ce qui était visible. Une fine lumière au loin décrivant un disque. Si l'on plissait les yeux la lumière semblait danser alors qu'un cervidé passait devant. S'arrêtant pour boire puis s'enfuyant tout aussi vite. Un Elohan peut être ?

Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Mer 13 Nov - 14:34


Dessin
Howahkan ne comprenait pas que Sarel n'ai jamais rejoint ni les compteurs, ni les Augures, tous deux doués pour compter des récits. Elle avait un talent fou, qu'il se soit agit d'incarner un illustre inconnu passé ou de se contenter de communiquer son histoire. Elle maîtrisait tout aussi bien la répartie que la comédie, pouvait semblait-il sans mal imiter qui que ce fut, quittes à même dissimuler son identité, son tempérament propre sous celui d'un hère qu'elle choisissait de laisser s'exprimer au travers elle.

La werarn arqua un sourcil lorsque la demoiselle reprit son jeu. Ses deux genoux encore enfoncés dans la mousse, de fait contrainte de lever le menton pour regarder sa coéquipière, elle rejoignit celle-ci, prête à la défier sur son territoire.

- Moi qui pensait qu'il en aurait fallu davantage pour te faire peur, je suis déçue.

La mine boudeuse, l'air déçue, la brune détourna les yeux, les laissa tout naturellement se porter sur la carcasse inerte. Il n'avait pas fallu longtemps pour que déjà, la luminosité ambiante décline, accompagnant l'astre derrière les monts pour une nuit un peu plus longue que la précédente. Les ombres qui, depuis le début de l'après midi, s'étendaient sur la clairière avaient bientôt fini de les posséder, mais elles auraient encore plusieurs heures avant que la nuit ne tombe. Ce constat, énoncé dans les propos de la coyote, lui fit prendre conscience de leur situation.
Elle avaient gâché une partie de l'après midi à essayer d'exhiber un cadavre pour satisfaire une curiosité qui ne relevait pas de leur mission. Howahkan ne culpabilisait pas, loin de là, mais pourraient-elles concilier, dans le temps imparti, cette attention portée à des ruines et leurs objectifs à atteindre ?

Elle opina, se redressa.

- Autant faire ça maintenant, dans le noir on sera bien embêtées. Et puis il faudrait qu'on trouve de quoi manger. Ce félin elle jeta un bref coup d'oeil à Mange-Morts .. fauve, ne devra pas s'enfuir pendant la nuit.

Restait, toutefois, à se souvenir comment venir. Une clairière, des arbres, des arbres et encore des arbres. Facile non ?
La brune regarda autour d'elle, chercha un repère visuel, un signe distinctif. Il semblait que tout autour d'elle avait changé, comme si la flore muait au fur et à mesure que le soleil s'effaçait. Il serait impossible de retrouver sa route dans de telles conditions.
Elle reprit son trident, enfoncé dans la mousse, puis elle avança vers l'un des arbres. Ses pas ne faisaient aucun bruit, ses bottes s'enfonçaient dans la mousse délicatement. Elle tailla dans l'écorce une croix, qu'elle escomptait assez visible pour être perçue du loin, puis une fois son oeuvre achevée, s'adressa à la rouquine.

- On peut y aller. Il faudra juste en faire d'autres sur le chemin.


Tahn Celhán

Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Lun 18 Nov - 9:08

L’erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

Après une petite pique ou deux, les deux femmes reprirent leur sérieux. Cette mission venait à peine de commencer et les voilà déjà dispersées. Howahkan confirma les dires de Sarel en insistant notamment sur la "lumière" du jour qui ne filtrerait bientôt plus l'endroit. La rousse eut un sourire complice avec sa partenaire à l'évocation du fauve puis, en repositionnant sa lance comme un bâton de marche, s'enquit de resserrer ses lanières afin de reprendre la marche.

Howahkan avait entreprit de marquer les arbres pour retrouver leur chemin une fois le repos arrivé. Sarel quant à elle veillait aux alentours, faisant de ci de là quelques petits amas de pierre pour se rappeler des endroits qu'elle jugeait dangereux ou à éviter. Elle en fit notamment hein lorsqu'elles passèrent devant ce qui semblait être un grand lac vert pomme. L'odeur n'y était pas nauséabonde, mais il y avait quelque chose dans ce lac qui ne lui inspirait pas confiance, elle préféra ne pas trop rester ici.
Bien entendu c'était sans compter la curiosité de sa partenaire, c'était aussi sans s'en rendre compte que Sarel avait maintenant les deux pieds dedans.

Elle qui pensait être prudente, elle venait de s'apercevoir que tout ce qu'elle pensait avoir fait n'était qu'illusion dans sa tête et qu'elle n'avait aucune idée d'où et quand elle se trouvait. De mémoire elle cherchait une clairière, elle était avec cette charmante brunette et ... Et c'est là que ça se gâte, elle ne s'en souvenait plus.
Qu'avait elle bien pu faire entre temps ?!

Sarel ne prit pas le temps de se questionner plus longtemps et s'en alla très vite du lac, un peu bruyamment même. Ses jambes mouillées lui rappelèrent l'échec cuisant (ou devrais-je dire mouillé ?) de sa négligence. A en juger par la lumière ambiante elle n'avait eut qu'une absence de courte durée. Un quart d'heure environ. Mais ce quart d'heure ou peut être même ces vingts minutes, avaient été suffisantes pour perdre la trace de sa compagnie de route. Nerveusement les cheveux de Sarel se tournaient de gauche à droite au fur et à mesure que ses yeux en firent autant, tentant désespérément de retrouver la Borr d'Eris quelque part derrière un arbre ou derrière ce feuillage dense. Elle ne devait pas être si loin non ?

* Voyons Sarel, que fait un Skalde lorsqu'il est perdu ? *

Tout en essayant de se secouer les jambes pour en enlever le maximum "d'eau", Mange-mort se saisit de quelques feuillages jugé innoffensifs. Elle ne s'aventura pas à se saisir des espèces qu'elle ne connaissait pas, mais cela réduisait drastiquement ses projets. Elle n'avait pas de quoi faire un feu, mais elle pouvait marquer son chemin.
Elle pensait crier mais avertir le potentiel danger n'était pas une solution. Problème, le pistage n'était pas le fort de Sarel. Cependant, elle savait que c'était celui de sa partenaire, il fallait donc l'aider.

A chaque fois qu'elle avançait d'un pas, Sarel laissait tomber quelques bruns d'herbes et de feuilles, laissant ainsi une trace visible pour Howahkan.
Seule ici, Sarel entreprit de continuer sa route vers la clairière qu'elle reconnaissait, mais la première fois qu'elle l'avait vu, elle n'était pas aussi près, et pas de cet angle. Si sa mémoire était exacte, l'Elohan qu'elle avait cru voir s'était enfui du lac qu'elle venait de quitter. C'en était perturbant.

Ses yeux verts tentaient d'inspecter chaque écorce d'arbre mais sans succès, aucune marque ne lui apparaissait. Howahkan n'était pas passée par là. La raison pour laquelle Sarel ne marquait pas les arbres de la même manière était qu'elle risquait de brouiller les traces et elles ne pourraient alors plus revoir cette intrigante machine.

Sarel décrivait des demi cercles de deux-cent mètres environs, tentant de trianguler sa dernière position, et d'en indiquer son centre à Howahkan si elle passait d'aventure par ici.
Elle se mit à attendre, si par malheur elle ne la retrouvait pas, Sarel devrait passer au plan B et commencer à se construire un abris avant de reprendre les recherches le lendemain, en espérant ne pas devoir en arriver là, bien qu'elles avaient un endroit marqué, mais il faudrait d'abord à Sarel le luxe de le retrouver.
Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Ven 13 Déc - 15:52


Epine

Ca l'avait toujours fasciné. L'eau. Enfin ... de nombreuses choses la fascinaient. Tout ce qui se situait en dehors de l'enceinte du village éveillait en elle une sorte de curiosité insatiable, une émerveillement que rien ne pouvait épuiser. La beauté du monde, si familière et si étrangère à la fois ne cessait de l'enchanter, comme si rien ne pouvait jamais la lasser. Ni la douceur de l'herbe sous ses doigts, ni la fraîcheur de la pluie sur son visage. Les plantes qui, bien qu'elle n'en connaissait le plus souvent ni le nom ni les propriétés, ne cessaient de l’envoûter, drapées de tant de voiles et relevées d'autant de parfums qu'il y avait d'étoiles dans le ciel. La faune la charmait plus encore que n'importe quelle fleur. Plus complexe, plus belle et plus féroce, elle représentait tout ce en quoi se retrouvait Howahkan tout autant que ce en quoi elle aspirait. Le respect, la liberté, solitude temporaire et communauté sincère, chasse et repos. Le comportement du clan tout entier était l'écho du mode de vie de la faune des Wenuas. Pour autant, il manquait toujours cette liberté à laquelle elle aspirait tant.
Dans l'eau, la skalde avait la sensation de la trouver, enfin. Son monde qui, jusqu'alors, se réduisait à ce qu'il y avait devant elle, derrière elle, à sa droite ou à sa gauche prenait soudainement trois dimensions. Haut et bas prenaient sens, tout en le perdant aussitôt. Quand elle se baignait, un univers tout entier s'ouvrait à elle, tout en la coupant du précédent. La frontière, fine et obligée, lui assurait de gorger ses poumons d'oxygène, mais qu'est ce qu'elle n'aurait pas donné pour pouvoir le puiser directement dans les profondeurs marines. Troquer son nez pour des branchies, qu'importe qu'elle perde l'odorat si l'océan tout entier lui devenait accessible.

Howahkan avait appris à nager seule. Tous le skaldes nagent, ils battent des pieds et des mains comme s'ils se battaient contre le courant, mais ils se fatiguent vite. Rares sont ceux qui voient un intérêt à cette pratique. En dehors des lacs, quoi que à eux même ne soient pas toujours très sûrs, personne ne se baignait plus longtemps que quelques minutes, le temps de rafraîchir une chair brûlée par le soleil, ou d'attraper un poisson fugueur. À force d'entrainement, elle avait acquis une endurance que ses pairs ne soupçonnaient même pas, elle savait retenir son souffle plus longtemps, s'enfoncer plus profondément.

De voir tant d'étendues translucides percer les Acereïdes sans jamais pouvoir y tremper un orteil était une infernale tentation. Et si elle avait su oublier les bassins le temps d'ausculter une carcasse encore à demi enfouie sous terre, il n'en fut rien lorsque, en fin de journée, les deux jeunes femmes passèrent à nouveau à proximité des points d'eau.
Son regard s'était attardé. L'azur enfouit dans le smaragdin, attiré par l'impérial. Tout son corps lui hurlait de s'approcher, dans une cage osseuse, son coeur s'emballait à l'idée de voir ce désir enfin satisfait.

- Allez viens Sarel, ne me dis pas que t'as pas envie de te baigner après avoir si longtemps marché ?

Elle ne se souvenait pas de ce qu'il s'était passé ensuite. Pas vraiment. C'est la douleur qui la réveilla soudainement, infime mais lancinante, celle d'une épine qui s'enfonçait dans sa chair. De plusieurs épines. Son sursaut de lucidité la poussa à rejoindre la rive sans demander son reste. La brune se hissa sur un rocher, le roc prit une couleur plus sombre alors que son corps dégoulinait sur sa surface. Le coeur battant, elle s'attela à se débarrasser des aiguilles qui s'étaient plantées dans sa paume - faites qu'il n'y ai pas de poison, faites qu'il n'y ai pas de poison - son visage alternativement tourné vers son office et autour d'elle, à la recherche de sa coéquipière. Second problème. Elle était passée où la rouquine ??

- Par les Atmâs !

Son grognement demeura succinct, il fallait agir. Etape 1. Trouver Mange-Morts.
Elle se remit immédiatement sur ses pieds, des pieds nus d'ailleurs, comme le reste de son corps. Etape 1. Trouver son armure et ses armes. Etape 2, trouver Mange-Morts.
Bon sang, quand s'était-elle déshabillée ? Combien de temps était-elle restée dans l'eau ??
La werarn pencha la tête en arrière. Ses mèches vinrent chatouiller ses reins. Le soleil avait plus bougé que ce qu'elle aurait espéré. 30 minutes, certainement plus. Et elle ne reconnaissait rien. Ni le point d'eau, ni les arbres, ni les plantes. Ombre et couleurs jouaient avec ses sens, et son amnésie l'angoissait.

Inspire. Expire. Réfléchit.
La brune n'a jamais été fine stratège, mais elle savait connecter quelques neurones. Elles étaient venues du sud, depuis les bois Sil Naleim, et elle ne se souvenait pas de pareil décor à leur arrivée. Ne restait que les trois autres caps. Donc direction le sud dans l'espoir de trouver un signe de passage, d'elle ou de la comédienne.

Le pourtour du bassin était agréable. Au contraire de la forêt, vite hostile à la moindre présence, tout ici semblait pousser au repos. Le sol, tantôt tapissé de mousse, tantôt de galets encore tièdes étouffait ses pas, rendait sa marche agréable. Il n'y avait ni ronces aiguisées ni branches perçantes, que des feuilles larges à l'aspect confortable, des couleurs chaudes et des effluves gracieuses. Le bruit doux du vent dans la sylve et des oiseaux, sereins. Un lapin passa devant elle sans la voir, ni même sans l'entendre. C'était comme si aucun prédateur ne pouvait sévir ici.
Elle savait que c'était faux. Elle le sentait. Dans son dos, le frisson d'un mauvais pressentiment venait griffer sa colonne, et elle avançait avec méfiance, sans savoir sur quoi elle allait tomber.

Inventaire
Sa beauté ? /out


Lancer de dés
1 : elle trouve ses vêtements
2 : elle croise Sarel, par on ne sait quel miracle
3 : elle croise un prédateur



Tahn Celhán

Démiurge
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateur
Informations généralesGroupe : VagabondAge : Sexe : ♀♂Monnaie : Inventaire : - La toute puissance ♥️Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/vbg5.jpg
DémiurgeAdmin

Ven 13 Déc - 15:52
Le membre 'Howahkan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Intensité' :
HENTEN -352 H L'erreur de calcul [ft Howhkan] - Page 2 3vcq
Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Ven 27 Déc - 10:03

L’erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

Cette ballade dans les bois devenait éreintante, jamais il était venu à l'idée de Sarel de se séparer pendant cette mission de reconnaissance et la voilà maintenant à chercher sa comparse. Comble de la chose, elle était trempée jusqu'au haut des cuisses. Tous les endroits commençaient à se ressembler, à tel point que Sarel se surprit à tourner en rond quand elle retrouva ses propres traces par endroits.

Après un peu de temps elle tomba sur les affaires de Howahkan. Des questions s'imposèrent :

* Comment ça se fait que je ne trouve pas Howahkan dedans ?
A quel moment les a t elle enlevé ?
Pour quoi faire ?
Si elle n'est pas dans ses affaires, où est elle ?
    Et surtout-
Si elle est nue ... Où est elle ?! *


Il y avait beaucoup à enregistrer avec cela et Sarel choisi de les prendre avec elle. Erreur ou bien action prévenante, nous le saurons très bientôt. Les affaires avaient été entreposées près d'un grand lac que Sarel commençait à reconnaître, ses yeux firent un tour d'horizon et elle aperçu une silhouette nue de l'autre côté du lac. Il était évident que Sarel ne remettrait pas à un pieds dans l'eau pour la rejoindre, au risque en plus de noyer les affaires d'Howahkan, bien que ce serait le chemin le plus court. Pour faire le tour, il lui faudrait bien une dizaine de minute en courant. Elle tenta d'appeler son amie mais le son ne semblait pas l'atteindre. Etait-ce un mirage ? En plein dans les bois ç'aurait été étrange mais à ce compte-ci tout devenait possible.

Quoi qu'il en soit Sarel entama une petite course pour rejoindre Howahkan, évitant les quelques branches et autres entrelacs elle portait son regard successivement sur son parcours et sur la silhouette qui .... Qui ... N'était plus seule !
Une bête d'apparence difforme quoique rappelant à certains égards la carcasse qu'elles avaient retrouvé plus tôt se trouvait non loin d'elle, à l'affût.
La coyote tenta bien de prévenir sa cible mais sans succès. En revanche cette révélation eut le don de prodiguer à Sarel un élan bien senti sur sa course. Elle serait là dans deux minutes les bras chargés de ses affaires et l'air complètement ahuri.
Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Dim 5 Jan - 15:27


sélection naturelle

Etait-ce le propre des Skaldes, d'avoir une intuition infaillible, ou uniquement celui des guerriers ? Fallait-il être formé pour appréhender le danger, ou bien était-ce instinctif ? Un sens aiguisé hérité de génération en génération depuis les premiers hommes, ou un caractère humain, comme la vue, l'ouïe ou le toucher. Existait-il seulement qui que ce soit qui en fut dépourvu ? Ce handicap, au même titre que n'importe quel heurt physique ou mental pouvait signifier la mort dans les Wenuas. C'était peut-être pour cette raison que rare étaient ceux à présenter pareil défaut, car tous ceux qui l'eurent un jour trépassèrent bien vite. Sélection naturelle.

Elle l'avait senti, dans son dos. Ce regard acéré mordre sa nuque comme un Taryx refermerait sa mâchoire puissante sur la gorge d'une brebis. Howahkan s'était retournée, parce que tout son corps s'était hérissé, alors elle l'avait vue. Presque trop tard selon elle, car la bête aurait eu par cent fois l'occasion de se jeter sur elle. Un animal magnifique qui la surplombait alors, préférant à la voie pédestre celle plus sportive des solides branches qui formaient un sentier naturel dans les hauteurs.
Il n'était pas très haut. À deux mètres d'elle. Le port de tête majestueux, le pas souple. Un félin, à en croire ses oreilles mobiles et sa queue qui fouettait doucement l'air. Comme celui qu'elles avaient trouvés plus tôt, éteint et emprisonné des lianes. Ses deux grands yeux rouges la regardaient sans ciller. Prédateur hostile ou machine pacifique ?
La bête ne faisait aucun bruit. Ses pattes se posaient avec plus de délicatesse que celles de ses lointains cousins Shameni. Les plaques de métal qui recouvraient l’entièreté de son corps n'émettaient pas même le moindre cliquetis.
La werarn était divisée entre exaltation et fascination. Aussi nue qu'à sa venue au monde, elle faisait face à la bête sans effectuer un geste, seules ses lèvres se déplacèrent, étirées en un sourire bête face à la splendeur d'une faune qu'elle découvrait pour la première fois.
Le caractère dangereux de la situation ne la frappa pas un instant. Howahkan avait toujours eu ce petit côté suicidaire qui la poussait à aller au devant du danger. Elle s'apprêtait à faire un pas vers l'inconnue machine quand elle perçu un mouvement à sa gauche. Les pas précipités de la course folle de Sarel, alourdie par son équipement perdu qu'elle portait à bout de bras. Howahkan tourna la tête dans sa direction, alors qu'elle arrivait dans son dos. Pour simple parole, elle offrit la vision de son index amené contre sa lippe, pour l'intimer au silence. Puis elle détourna son attention de la rouquine, qui alors n'eu droit qu'à l'image de ses reins comme interlocuteur.

Elle crut que l'arrivée de sa coéquipière aurait effrayé l'animal. Mais il n'avait pas amorcé le moindre geste, ni pour approcher davantage, ni pour fuir. Après un échange du regard long de plusieurs secondes, Howahkan pu presque assurer que la créature était plus curieuse qu'elle était méchante.
Alors elle fit un pas en avant.


Inventaire
Sa beauté ? /out



Tahn Celhán

Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Dim 26 Jan - 15:44

L’erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

Ses pas inquiets et pressés formaient un chaos de jambes et de cliquetis du à sa plaque de fer protégeant sa cuisse. Sarel se noyait dans la forêt, les affaires d'Howahkan dans ses bras, son masque couvrant son nez, le tout oscillant et menaçant de se perdre à chaque instant. Si la coyote était douée pour offrir un spectacle, elle n'était pas encore au courant qu'elle faisait parfois des heures supplémentaires.

Arrivant bientôt à hauteur de sa comparse, Sarel ralenti son pas. A la fois stupéfaite par la situation et la découverte de cette silhouette qui n'était autre qu'une machine. Une autre, encore. Même pour les acéréïdes dont on ne connaissait finalement que peu de chose cela n'était pas normal. S'il y avait bien une chose que cette mission leur aura apprise c'est la présence bien trop naturelle de machines dans les environs.
Ce n'était certes pas rare de croiser des machines en soi, mais dans un lieu aussi mystérieux et varié que celui ci, tomber sur deux carcasses le même jour sans chasse préalable ou organisée, cela en devenait louche. Du moins aux yeux de Sarel qui continua d'avancer doucement et avec méfiance, observant la boor d'eris apprivoiser l'animal.

Cet en effet ce qu'elle semblait faire. Apprivoiser une machine, on aura tout vu. Sarel était plutôt partisane du dépeçage et de l'artisanat post mortem, moins dangereux.
La bête était massive, presque énorme. Une gueule à la mâchoire proéminente et de petits yeux vifs. Une musculature d'acier et de fer luisant sous les quelques rayons qui perçaient encore ici bas.

Les yeux verts de Sarel scrutaient le moindre geste de la créature autant que de ceux de sa partenaire. Pour l'instant elle ne savait s'il fallait aider la belle ou la laisser faire. Elle était tentée de l'arrêter avant qu'elle ne fasse quelque chose de stupide, mais la créature ne semblait pas agressive et n'avait pas répondu, peut être était-ce à elle même de ne rien faire de stupide. Figée dans l'instant la coyote en retiendrait presque sa respiration. Elle choisi de poser doucement au sol les affaires d'howahkan. La créature tourna sa tête légèrement sur le côté, jaugeant l'éventuelle menace et décida de faire un pas de côté, calmement. Visiblement, aucune des deux Skaldes n'était considérée comme un potentiel danger, la bête semblait douée d'une intelligence peu commune pour son espèce, si tant est qu'on puisse l'identifier.

Si elles s'en sortent indèmnes, il faudrait décrire les créatures à un graveur ou à un tanneur doué en ce domaine pour tenter de les représenter. A cette pensée Sarel eut un sourire, pensant une petite blague bien sentie aux augures qui se jetteraient certainement dessus pour nommer la créature.

Dans un petit souffle, Sarel tentat un :

- Howahkan ...

Son ton se voulait interrogateur mais il ressemblait plus à la prudence, voire l'inquiétude. Après tout son amie était littéralement nue comme un vers face à une créature inconnue et visiblement suffisamment intelligente pour les observer. Elle n'aimait pas cette sensation, elle passait de prédateur à proie et ce n'était pas prévu au programme.

La créature ne moufta pas, au contraire celle ci jaugeait la réaction d'howahkan en s'allongeant devant elle. Semblant presque se prélasser en prenant soin de faussement l'ignorer. De son côté Sarel s'accroupit légèrement pour poser sa lance, elle la gardait proche au cas où son regard légèrement froncé, elle n'en revenait pas il semblerait que sa partenaire ait un don avec les créatures de fer.

Un rapide tour des environs ... Ils étaient seuls ici. L'ambiance était calme mais Sarel ne savait pas ce que cette créature voulait et commençait à croire les Âtmas responsables de cette farce. Etait-ce un signe ? Y avait il quelque chose à comprendre et à absolument transmettre parmi ces faits ?

Sarel tentait de faire sens de toutes ces informations sans arriver à mettre le doigt sur l'information qui lui manquait. Son regard se reposa sur son amie qui semblait aussi intriguée que fascinée. Elle se surprit néanmoins à laisser ses yeux glisser le long de sa colonne vertébrale aussi joliment exposée, par pudeur elle relocalisa son attention sur la créature. Source d'une distraction nettement moins attrayante, procurant l’adrénaline nécessaire à la vigilance.
Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Jeu 13 Fév - 20:29


machine

Un pas. Lent. D'abord ses orteils, puis doucement, la plante de son pied, jusqu'au talon. Pas un bruit dans la mousse. L'animal ne la quitte pas des yeux. Pas même effrayé, pas même méfiant. Il l'observe, comme on observerait un oiseau papillonner devant soi, avec une curiosité certaine, mais sans ressentir la moindre crainte. Ce n'est qu'un oiseau, inoffensif, fragile, mignon. Elle n'est qu'une skalde, guerrière désarmée, fascinée.
A-t-il seulement rencontré qui que ce soit qui lui fut hostile ici ? Les Acéreïdes sont dangereux par nature, la flore est d'une fourberie toxique, mais la faune jusqu'alors ne s'est que montré taquine. Des singes qui, dans les hauteurs, se moquent de la lenteur des bipèdes, un elys chapardeur et un sanglier qui a détalé en les entendant. Aucun prédateur croisé, si ce n'est cette machine qui aurait les armes pour les éventrer.
Un coup d'oeil à ses griffes le lui confirme. Acérées, et ses crocs métalliques aiguisés, qui débordent de sa gueule alors qu'il se prélasse en un bâillement ostensible. Le roi de la forêt se sent en sécurité ?

Un second pas. Un troisième. L'animal majestueux ne moufte pas.
Howahkan pourrait tendre le bras, frôler les plaques de métal qui constituent son épaule musclée, ses oreilles mobiles.
Dangereux.
Elle penche la tête. Ses tresses chatouillent ses clavicules, la machine suit son regard. Il penche le chef en l'imitant, intrigué, alors elle lève le bras délicatement.
Pas un geste.
Trop facile.
Toutes les bêtes ici sont-elles si dociles, protégées par le labyrinthe de plantes ont-elles oublié de se méfier de l'inconnu ?
Elle peut le toucher. Le caresser. Il ne cille pas.

Incroyable.

Incompréhensible.
- Tu ne m'as pas l'air si méchant ..

Un murmure. L'oreille mécanique de la bête pivote, c'est la seule réaction qu'il trahit. Les voix ne l'effraient pas davantage, c'est comme s'il les connaissait déjà.

Absurde.

Un regard à Sarel. La belle est accroupie, ses doigts pourraient saisir la lance posée au sol en une seconde, le temps qu'il faudrait à la bête tranquille pour lui croquer la main.
Regard médusé. Fasciné. Howahkan prend en confiance, gagne en audace. L'animal se laisse faire, à son plus grand étonnement. Son sourire devient idiot, la majestuosité de l'animal qui se donne sans peur l'émerveille. C'est une enfant qui peut caresser un gros chaton, la naïveté qui va avec.
Un nouveau regard à sa comparse. La rouquine est toujours prête à frapper. Alors Howahkan penche brièvement la tête pour l'inviter à la rejoindre.

Il n'est pas dangereux. Pas trop.

Va savoir pourquoi d'ailleurs ..
Ses hypothèses la convainquent qu'à moitié. Un animal à l'état sauvage ne devient pas domestique, il se fait plus méfiant encore, il craint l'inconnu comme un prédateur, se méfie et attaque. Lui se prélasse.
Son congénère aussi s'est-il prélassé avant de se faire avaler par les ronces ?
Il était - presque - encore en vie quand elles ont découvert sa dépouille. C'est la lumière qui disparaissait, celle qui anime son regard d'une intelligence certaine, qui les ont attirées toutes deux. Combien de temps était-il resté là ? N'a-t-il pas appelé à l'aide ses frères félins ? Combien sont-ils d'ailleurs ? Elles auront bientôt croisés plus de créatures robotisées que de bêtes biologiques.

À quel point leur peuple s'est-il trompé sur les Acéreïdes ? Sur les trésors que cet écosystème recèle, sur ses dangers ?
Il doit y avoir tellement à explorer. Tant qu'elles devraient demander à ce qu'une nouvelle expédition soit menée, en dépit des difficultés pour atteindre la frontière du territoire exotique, et de ses bassins.
Ah oui. Il faudra leur dire ça. Pas touche aux bassins.
Un regard vers Sarel. Son pantalon de cuir est mouillé jusqu'aux genoux. Un vague souvenir, rien de plus.

- Tu en as profité pour faire trempette ?

Ironie mordante. Son amnésie est angoissante, elle soupçonne la rouquine d'en avoir vécu une similaire. Mais elle ne peut pas s'en empêcher, toujours tout prendre à la rigolade, comme si elles n'avaient pas failli s'y noyer.
Mais on est pas mortes. Hein ?
Inventaire
Sa beauté ? /out



Tahn Celhán

Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Mar 24 Mar - 12:22

L’erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

Tout se portait comme un charme. Howahkan en était même arrivé à toucher la créature sans aucunes difficultés. La bête ne semblait nullement effrayée voire même habituée à ce genre d'interactions, pourtant les arcéïdes ne sont pas des terres souvent foulées par l'homme, du moins à ce que Sarel en connaissait. Peut être des exilés avaient apprit à apprivoiser les créatures de métal ? Cette supposition même ne faisait pas de sens, bien qu'il arrivait à plusieurs exilés de faire front ensemble face à la solitude il ne viendrait pas à l'idée de telles personnes de s'aventurer ici, ou pas ...

* Comment fait-elle ? *

L'Eris était nue face à une créature de métal et elle ne cillait pas, son assurance n'avait d'égal que sa témérité, Sarel toujours en éveil hésitait encore à prendre sa lance mais il n'y avait apparemment pas de danger immédiat. Lorsqu' Howahkan se tourna vers elle Mange-mort lui lança un regard interrogateur, elle eut pour réponse une invitation d'un léger coup de tête. Sarel n'en croyait pas ses yeux, elle n'était pas sûre que sa présence se passe aussi bien que celle de son amie. Elle laissa sa lance là où elle était et prit la décision de s'approcher calmement, toujours un peu vigilante mais cette fois ci elle faisait confiance à l'Eris.

Elle s'avança à pas feutrés et la bête ne sembla pas broncher, elle se prélassait même à l'endroit où toute la scène avait commencée. Sarel eut rejoint sa belle compagnie et celle ci fit une remarque qui renvoya ses yeux vers sa tenue à moitié trempée.

- Oui, une mauvaise expérience...

Sarel tentait de retenir son regard uniquement au visage de son amie par respect et pudeur bien que l'envie soit diablement tentante de laisser son regard courir sur les courbes d'Howahkan. Bien que ce fait ait prit une habitude chez Sarel elle prenait soin de ne pas se faire repérer par la belle, malgré elle un léger rougissement au niveau de ses oreilles pu trahir son inconfort. Avec une légère méfiance Sarel s'adossa contre la créature à côté de sa partenaire, le métal froid contre son épaule laissa bientôt place à l'émerveillement. Elle n'avait été aussi près d'une créature de ce type sans hostilité ou sans que cela soit une carcasse. Là, la bête était réelle et vivante, elle était à côté d'elles ! Et comble du comble elle se laissait toucher ! Sarel passa une main sur le flanc de l'animal tandis qu'elle observait sa tête en donnant un léger coup de la sienne pour mieux le voir, tout en replaçant ses pattes la créature fit mine de bailler et un bruit similaire à un râle de contentement se fit entendre. Puis elle reposa sa tête sur ses pattes comme pour se préparer à faire une petite sieste.

* Je n'en reviens pas ! *

Sarel porta un regard alentour et ne sembla pas trouver le moindre danger, elle pouvait baisser sa garde, du moins elle le pressentait de cette manière. Sa tête se retourna vers Howahkan et d'un sourire moqueur elle lui répliqua :

- On devrait faire ça plus souvent ! Surtout la partie où tu eprds tes affaires, mais la prochaine fois je n'irais pas te les chercher.

Cette boutade se voulait provocatrice mais aussi railleuse, Après tout si Sarel était un peu gênée elle tenta de le cacher via l'esbrouffe, en bombant le torse tel un lion prêt à rugir. Si l'image était suffisamment convaincante peut être aurait elle même l'air d'avoir tout prévu depuis le début. Non, ça ne passera jamais ... En revanche elle comptait bien camoufler son inconfort par autant de sous-entendus possibles pour essayer de gêner à son tour sa partenaire. L'erreur de calcul que fit Sarel était de croire que la Börr D'Eris était capable de ressentir la gêne comme elle.

Tahn Celhán

Howahkan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t109-se-sentir-vivant-howahkan#294https://tahncelhan.forumactif.com/t108-howahkan-ou-l-absence-de-demie-mesure
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 23Sexe : FemmeAnimal totem : Borr d'ErisMonnaie : 130 izrilsInventaire : - Trident
- Armure Commune
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/lslw.jpg
HowahkanWerarn

Sam 4 Avr - 10:32


Pwal

C'est toujours un instant tendu, lorsqu'une main inconnue, maladroite, se tend vers un prédateur pour l'esquisser sous ses propres doigts. Qu'importe la supervision de la werarn, plus familière des machines que Mange-Morts, des bêtes d'ailleurs sans distinctions. Il y a un risque.
L'inconvénient avec la brune, c'est que les risques sont pour elle rien de plus que des défis, qu'elle se plait à passer. À la recherche du danger, de l'adrénaline, elle flirte avec le vide, danse avec les crocs, juste pour se sentir vivante. L'idée d'impliquer la rousse dans une situation qu'elles ne controleraient peut-être pas ne lui traverse pas une seconde l'esprit. La beauté de l'instant seul importe, et ce sourire qui lui fend les lèvres de Sarel, et ses yeux qui pétillent alors que, sous sa caresse, la bête se prélasse. Trop sereine. Trop docile.
Quelque chose cloche. Il y a une petite voix dans son esprit qui toque contre son obstinée fascination.

- On devrait faire ça plus souvent ! Surtout la partie où tu perds tes affaires, mais la prochaine fois je n'irais pas te les chercher.

Elle sort de ses doutes.
Ses affaires ? Oui, maintenant qu'elle en parle. Howahkan le sent, sur son épiderme, ce courant d'air frais qui la chatouille, ce même souffle qui s'engouffre dans les branches et fait bruisser la sylve. Sous ses pieds nus, la mousse délicate qui amorti son poids. Ses cheveux sombres qui dégringolent dans son dos, ses mèches brunes humides qui frôlent ses reins, libérés de la prison de son masque trop gros. Sa tête est libre de tourner, sa vision dégagée, tout son corps est plus léger, ainsi délesté d'un poids dont elle préfère, en vérité, se départir dès qu'elle le peut.
Si son armure n'était pas nécessaire à sa survie, la Börr d'Eris pourrait évoluer dans son plus simple appareil. Sans aucune pudeur, c'est certain. Les Skaldes ne sont pas extraordinairement pudiques, la chair leur est familière et il n'y a rien d'indécent - si ce mot seulement avait encore un sens dans leur langue - à parfois ne couvrir qu'une partie de sa plastique, laissant l'autre profiter de la douceur des rayons aux yeux de tous. C'est la nature, après tout, celle qu'ils vénèrent chez les bêtes, à laquelle ils rendent hommage, lors de chaque chasse, chaque célébration, lors des naissances, des éclosions ou des décès. La camoufler est purement pratique. Se protéger du froid, de l'humidité, du soleil, des insectes et de leurs piqûres terribles, des plantes irritantes qui, d'une maladresse, peuvent attaquer un membre entier durant des jours, de la faune prédatrice, ou de celle qui ne fait que se défendre. Les dangers dans les Wenuas sont tellement nombreux que pour beaucoup, le choix de la nudité est un choix stupide et dangereux.
De fait, certains bien sûr sont moins à l'aise avec cette vision, simplement car elle n'est pas aussi courante que ce qu'on pourrait croire.

Howahkan glisse un regard à la rousse à sa remarque, un sourire amusé dominant sur ses lèvres à peine assez charnues.

« Tu me rendrais service, ceci dit je craindrais pour ma survie. »

Enfin ... craindre, c'est un grand mot. Persuadée qu'elle survivrait qu'importe les conditions, assez impulsive pour faire des choix inconsidérés aux pires instants, le werarn doute que l'absence d'équipement puisse lui permettre de rejoindre les âtmas plus vite que l'aurai fait, au hasard, ses baignades dans des lacs sans fonds, ses escapades nocturnes ou bien encore ses tentatives d'apprivoisement des börr d'eris butés.

« Que s'est-il passé ? »

Cette fois-ci, la jeune femme désigne des yeux le pantalon, humide jusqu'aux genoux, de sa coéquipière. La question est plus complexe, englobe à la fois la baignade, dont ses bribes de souvenirs sont troubles, et le noir qui suivit. Ces dizaines de minutes que rien n'a gravé dans son esprit, comme si elle s'était simplement assoupie. Alors que sous ses doigts pulse encore la douleur des aiguilles qui ont pincé ses phalanges.
D'y repenser lui fait baisser les yeux sur ses doigts.

Dés
1: Les traces de piqûres ont disparues
2: Sa peau est rouge et irritée
3: Sa peau bleuit.


Inventaire
Sa beauté ? /out



Tahn Celhán

Chaos
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateur
Informations généralesAge : /Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/vro1.jpg
ChaosAdmin

Sam 4 Avr - 10:32
Le membre 'Howahkan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Intensité' :
HENTEN -352 H L'erreur de calcul [ft Howhkan] - Page 2 Pjo9
Sarel Lardossan
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t149-sarel-lardossan-relations-et-sommaire-rpshttp://tahncelhan.forumactif.com/t137-sarel-lardossan
Informations généralesAge : 25Sexe : Inventaire : - Armure commune
- lance à la pointe gravée
- bâton de réglisse
- dés en os

Jeu 23 Juil - 11:18

L’erreur de calcul



Inventaire


- Lance en bois et pointe de métal gravée.
- Armure commune
- Bâton de Réglisse

A cette réponse Sarel eut un rire nasal, il était certain que la survie étant la première préoccupation des Skaldes néanmoins son amie n'avait pas l'air de se soucier de cela. Si elle pouvait se balader nue comme un vers sans rien risquer elle le ferait apparemment. C'était compréhensible vue la liberté que cela offrait, mais au point de vue de la coyote rien ne valait le caractère rassurant de ses plaques de métal récupéré sur les carcasses.

Quand Sarel fut dévisagée par sa partenaire elle se rendit compte de sa situation. Trempée jusqu'aux cuisses, les semelles suintantes faisant presque de petits bruits due à une certaine viscosité. C'était une situation presque gênante, elle ne se souvenait pas vraiment de ce qui c'était passé hormis le fait qu'elle avait voulu traverser l'eau et ... Plus rien. Elle ne savait même pas ce qui l'avait sorti de sa stupeur, à un moment donné elle en était sortie et c'était tout ce qui compte. Sa réponse fut donc aussi peu précise que sa mémoire :

" Et bien il y avait un bassin et ... En fait c'est une bonne question, j'ai comme un trou noir quand j'edssaie de me souvenir ..."

L'air confus Sarel se grattait l'arrière de l'arrière comme si ce geste pouvait lui rappeler quoi que ce soit. Une chose était sûre il faudrait le dire lors de leur rapport au camp. Cette zone était étrange, entre les carcasses qui dorment sous les arbres, les machines inconnues qui se laissent faire et l'eau de l'oubli, il y avait de quoi faire ! La coyote renvoya un regard à sa partenaire qui inspectait ses mains, ses yeux s'écarquillèrent quand elle s’aperçut que les mains d'Howahkan étaient devenu d'un rouge malade voir irrité. Une maladie pouvait être parfois signe de mort si les augures n'avaient pas quelques onguents ou infusion pour vous soigner, ce qui rassurait Sarel c'est que ce n'était que cutané. Elle aurait pu cracher du sang ou avoir une quinte de toux inarrêtable ... Penser à ces catastrophes la mit mal à l'aise et elle se reconcentra bien vite sur le moment présent.

Ni une ni deux Sarel se baissa au sol et arracha un peu d'herbe et de terre pour la mettre sur les mains de sa partenaire. Elle aurait bien mit de l'eau à la place en plongeant sa main dans le lac voisin mais ce n'était pas une bonne idée aux vues des récentes expériences des deux comparses. Sarel prit soin de frotter délicatement la terre sur les mains de la Borr D'Eris en la questionnant ;

" Tu as touché à quoi que ce soit ? C'est la bête ? "

Sarel se reprit et fit un hochement négatif de la tête à sa propre remarque, si c'était la machine elle aurait elle aussi une réaction irritante ce ne pouvait pas être ça. L'eau ? Mais alors pourquoi n'avait elle rien ? Pour se rassurer Sarel inspecta ses jambes et n'y trouva rien d'étrange ou de peu commun. Elle était mouillée c'est tout.
La coyote entreprit de chercher des plantes qu'elle connaissait qui pourrait apaiser l'irritation de son amie, cela se voyait que c'était désagréable. Il y avait bien des plantes aux alentours mais elle ne suivait pas assez bien les enseignements botaniques de ses frères et soeurs pour se rappeler desquelles pouvait potentiellement empêcher la douleur hormis le pavot. Sarel jetait à la fois un oeil peu rassuré à la machine encore présente et à sa comparse qui montrait des signes d'irritation sur d'autres parties du corps. Si cela empirait elles auraient bientôt un autre problème sur les bras, sans mauvais jeux de mots.

Le meilleur à faire était de monter un camp de fortune dans les parages et inspecter leurs options, mais pas avant d'avoir régler un problème plus urgent que cela. Autant cette sorite ravissait Sarel autant elle devenait plus étrange et plus inquiétante qu'il ne l'aurait fallut.

Tahn Celhán

Afficher le résumé
Informations générales
Contenu sponsorisé

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum