Le Deal du moment : -50%
-50% sur Nike Air Max 200 Winter
Voir le deal
63 €

Astilbe Sæter - La mécanique d'une poupée
Astilbe Sæter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t212-astilbe-saeter#761https://tahncelhanrpg.forumactif.com/t199-astilbe-saeter-la-mecanique-d-une-poupee
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 26 ansSexe : Classe sociale : SheigMonnaie : 0 agrilsInventaire : - Porte-cigarette
- Couteau à cran d'arrêt
- Filtre contre la nigra sanie
Bandeau : https://media.discordapp.net/attachments/674736394316546090/710143405119766548/Astilbe_bandeau.jpg

Mer 15 Jan - 11:20
HAARVARN
Astilbe Sæter
« Une belle tête n’est pas signe d’une belle âme »
Nom :Sæter
Prenom :Astilbe
Age : 26 ans
Sexe :
Baronnie : Nodotheim.
Rang Social : Sheigs
Fonction(s) : Edei




Séduction:  ■■■■□
Prostitution depuis 11 ans +  Contact avec d'autres poupées, a su copier leurs méthodes

Manipulation: ■■■□□
Analyse ses congénères + bon acteur + habitude de mener les clients par le bout du nez

Gestion Administration: ■■■□□
A aidé aux comptes de la Galerie + 1 an de formation près d'amis gérants d'Absolom + 4 ans de pratique à la tête du Gloria

Charisme : ■■□□□
Orateur né + 4 ans à la tête du Gloria + Confiance en ses capacités et en lui-même + Va avec ses capacités de séduction et de manipulation

Culture: ■■□□□
(Surtout en littérature) Grand lecteur + Collectionneur de livres à ses heures perdus + Apprend de ses clients + Formation auprès de sa mère

Art: Rhétorique ■■□□□
1 an formation avec Absolom + Entraînement avec les clients (11 ans de pratique) + Joute verbale avec sa mère


Tenue Ordinaire + 2 coupons de 30% + cran d'arrêt + filtre contre les crises de nigra sanie + porte-ciguarette + Kit Defaut + un exemplaire de Plainte des Ronces ( cadeau 6 mois )


Le masque…
Des sourires, des petites caresses sur l’épaule, des mots à l’oreille. Des paroles qui s’adaptent, pour ne pas froisser, ne pas contrarier, tout simplement ne pas se prononcer. Il est le reflet de ce qu’il y a devant lui, poli jeune homme restant achetable par ceux qui s’en donnent les moyens, simple gérant d’une maison close. Simple Sheigs en soit. Devant les Esoèds et les Worans, il ploie l’échine. Ce n’est plus Astilbe Sæter, c’est le porte-parole de la maison, et dans ses mots, l’humain s’efface à la faveur du collectif, langues noires et simples pensionnaires résumés dans des cordes vocales gangrenés.

Sous le masque…
Froid, calculateur. Le système limbique rarement éveillé, les émotions pas seulement cachés, mais bien souvent réellement absentes. Tous ses choix rapportent, maintenant ou plus tard, quelque chose au Gloria, qu’importe s’ils outrepassent morale et lois. Le Baron le protège des unes tant qu’il sert ses intérêts, la seconde n’existe pas dans les milieux qu’il fréquente. Quand on joue avec des tricheurs, il faut tricher à son tour ou accepter de perdre, et le Gloria représente trop d’investissement financier et émotionnel pour qu’il laisse quiconque y toucher.

Entre les côtes.
Car au fond, il reste le môme qui n’a plus de nom, qui comme la morale, a été bafoué. Obsédé par l’idée d’éviter la souffrance, quitte à nourrir le ventre du monstre qu’est Nodotheim avec d’autres, ramassés ci et là. D’autres, qu’il protégera en échange de la vie plus aisée qu’ils lui permettent, du court instant de bonheur qu’ils peuvent lui offrir.


Les doigts glissent difficilement entre ses mèches qu’il tire en arrière, ondes rousses facilement indisciplinées, résistant pour garder leur forme. Pour un rien elles frisottent, et s’éparpillent autour de son visage à la mâchoire effilée, venant chatouiller des pommettes loin d’être tendres au touché, la finesse de la peau claire, au teint et au grain réguliers, laissant percer sous la peau, la dureté de l’os. Contre, il sent des cils longs  et fins , tout aussi  flamboyant que ses cheveux, flammes au bout d'une torche  bien maigrelette, dont on sent les côtes en passant ses mains le long de son torse, un peu de muscles nerveux se tendant à dessein  par-dessus les os saillant, aux airs parfois de creneau , encore trop souvent empoignés par les brutes pour une passe  plus fructueuse que la plus part du Gloria.  Heureusement il y a aussi ce regard doré, qui sait mentir et effrayer, ces lèvres peut-être douces bien qu'un peu gercées, souvent douloureuses au contact de l'alcool, qui savent cajoler, mais surtout où mordre et cracher leurs venins. Finalement, il y a surtout cette paire d'oreilles, froides, banals, mais sûrement tout aussi dangereuses qu'un couteau. Et pour beaucoup, le parfum de pomme et de rose a désormais les relents de la menace.



« Tu seras muet lorsqu’il te faudra crier »

Abandon –
Il a eu à peu près une cinquantaine de sœurs, et autant de frères. Certains n'ont été que de passage, d'autres sont resté bien après lui. Des familles lui en ont arrachés, le travail obligatoire à quatorze ans l'a protégé d'autres. Il leur parlait peu, se contentant de leur sourire, toujours, quitte à sentir les muscles de ses joues fatigués, préférant le silence des « ombes », ces autres enfants aussi étranges que lui. Mais ils sont longtemps restés une sorte de famille pour lui.

Froid –
Drôle de petit garçon incapable de sourire, les traits du visage trop facilement relâchés dans une expression d'indifférence dérangeante. En pleine galère pour exprimer ce qu'il n'avait pas vraiment déjà à l'époque, l'impression de sentir ses émotions enrobés d'indifférence et de tristesse le déconnectant souvent des autres enfants. Pas d’intérêt pour grand chose sauf le silence et la contemplation, racontant déjà parfois quelques histoires aux plus jeunes pour les endormir. Un petit fantôme facilement oubliable dans un coin.

Domestique –
Il ressemblerait presque à quelque chose dans son costume noir. Petit valet discret, éclipsé par les extravagances de sa « dame », comme ce titre stupide de madame qu’il lui sert pour un rien – sûrement aussi pour gonfler un ego déjà en pleine hypertrophie – le sous-entend. Pas fûtée, aussi noble soit-elle. Lui voler un collier pendant un voyage à Agrildheim, pour se payer une prédiction de Colinthe Médisys, un jeu d’enfant. Se glisser hors de son lit toutes les nuits, pour s’entraîner à lire dans sa bibliothèque personnelle, pas bien plus compliqué. Tout ce petit monde qui le prend de haut, lui le petit gamin dont la présence ici a été arrangée par le cyvir et les bons rapports qu’ils entretiennent avec cette dame. Et personne ne voit rien, ni les petits coups d’œil au ciel, ni les neurones qui se développent à coup d’insomnie et de lecture dans le noir. Tout est caché. Verrouillés sous ce sourire faux.

Nuit –
Elle est trop dure à passer dans la rue, et payante dans une taverne. Lui n’a que lui-même depuis qu’on l’a renvoyé. Les possibilités sont vite calculées, et peu glorieuses. Mais il a la tête à la facilité. Tout est déjà bien trop incertain pour qu’il ne choisisse pas le plus évident. Sa virginité, ce n’est pas si important, ses quatorze ans n’ont empêché personne de le coller à la porte, alors ils ne devraient empêcher personne de le coller dans son lit, pour ce que tout le monde imagine.

Galerie –
Le trottoir c’est finit. Il découvre le chamboulement d’une chambre pour travailler. Derrière lui, Nigelle est plutôt fière. D’avoir « sauvé » un gamin ou d’avoir gonflé les rangs de sa patronne, c’est assez ambigu. Et au fond il s’en moque. Depuis quelques temps, il se moque de tout. Sa vie se résume à tenir jusqu’à entendre ce grognement satisfait qui le répugne, pour sentir les agrils contre la paume de sa main. L’âme, elle est partie avec l’innocence, les rêves, Astilbe se rend compte qu’ils n’ont jamais été vraiment là.

Histoire –
Au bout de la langue. En permanence. Elles lui échappent, lui redonnent un second souffle. Les autres pensionnaires finissent par lui en demander. Aux grandes tablées une fois le travail finit, il fait le bouffon, le crétin, ou le conteur épique. L’attention braquait sur lui n’est pas ce qui l’attire, il aime simplement ce rôle qu’il enfile le temps de raconter. La peau de fantôme sans âme qu’il peut enfin quitter.

Jalousie –
Astilbe n’avait pas cherché à l’avoir, cette lettre au petit déjeuné. Les mots tracés soigneusement, le style se voulant passionné et sensuel, mais arrivant juste à quelques lourdeurs peu émoustillantes. Un client égaré, comme il y en avait tant, s’imaginant que les caresses et les petites attentions étaient motivés par quelque chose de plus mystique qu’une poignée d’agrils. Astilbe n’y répondrait pas, ni à la lettre, ni aux avances. C’était dommage de l’avoir envoyé à lui, quand le regard noir lui brûlant la nuque montrait clairement qu’une autre pensionnaire aurait volontiers voulu de cette lettre.

Noir –
La main qui frappe sa joue lui fait perdre l’équilibre, du haut de ses genoux il tombe sur le parquet, n’entendant qu’à moitié les grommellements énervés du client. Du coin de l’œil il voit le pantalon remonter le long des cuisses. Entendre le cliquetis de la ceinture lui assure qu’il serra bientôt seul. Puis Nigelle viendra le ramasser, ils iront voir Siddartha, qui cherchera à nouveau un remède dans les bas-fonds de Nodotheim, en espérant que celui-là fonctionnera. Toujours le même cycle depuis des mois. Les caisses de la Galerie se portent mal de sa présence. Il coûte plus que les autres, tout en ramenant moins. Sa bouche semble être devenue la personnification de l’enfer, les rares clients encore prêts à l’acheter partent quand ils expérimentent la langue aussi râpeuse que celle d’un chat, que le filtre le plus efficace qu’ils aient trouvé n’a pas rendu lisse pendant plus d’un quart d’heure.

Silence
Il hurle dans sa tête tel un dément, au point qu’un filet de voix arrive à sortir de sa gorge et à s’écraser contre le parquet de la chambre.
Ses yeux sont fermés, il peut tenter de se concentrer sur la douleur jusqu’à en oublier son corps.
Mais il est obligé d’entendre.
Des lattes du parquet grinçantes aux grognements au dessus de lui, tout envahis ses oreilles, même le bruit moite d’un corps butant contre un autre.

Parternel –
Absolom le regarde, sévère. Son visage balafré est floue sur sa rétine, la fièvre qui lutte contre l’infection brouillant sa vue.
« Je ne pourrais pas éternellement veiller sur toi. »
Un sourire mauvais sur les lèvres pâles. Il a les mots, le père qui n’a jamais été là. Un bordel, des médicaments pour sa langue et un avenir, sa dette est remboursée et oubliée. Au fond, ils savent tous les deux qu’ils s’utilisent mutuellement. Absolom n’a pas voulu perdre un fils retrouver dans la crasse des bas-fonds et formé aux affaires à la hâte, à cause d’un simple coup de poignard. Astilbe n’a pas voulu perdre une vie à laquelle il s’accroche depuis plus de vingt ans. Au fond ils s’y retrouvent l’un est l’autre. Et l’idée d’être une énième fois utilisé atténue un peu plus ce qu’il reste de centimètres entre les côtes désormais balafrées de l’Edei.




HRP

Avis aux âmes mal intentionnées: je n'ai pas craqué vite, c'est votre imagination


Comment as-tu découvert le fow ?
Arkhane, toujours.
Disponibilités : Tous les 15 jours
Que faire de mon personnage si je disparrais : Mort assassiné. Il a légué le Gloria a une langue noire de confiance (Cal de préférence)
Tahn Celhán
Greer
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t182-errances-de-greerhttp://tahncelhan.forumactif.com/t178-greer-fille-de-la-sylve
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : Vingt-huit ans.Sexe : Féminin.Animal totem : Hitoïde.Monnaie : 75 agrilsInventaire : - Tenue ordinaire Skalde
- Arc Ruvaak (arme de niveau 1)
- Un miroir usé attaché sur sa hanche
GreerRuvaak

Mer 15 Jan - 14:35
Re-bienvenue, chère poupée !

(j'aime beaucoup les dessins de Sackloth & Ashes, j'approuve l'avatar Astilbe Sæter - La mécanique d'une poupée 2113547128 )

Bon courage pour écrire tout ça !
Elfi
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t125-elfi-skaldehttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t122-elfi-skalde
Informations généralesGroupe : SkaldeAge : 20Sexe : FemmeAnimal totem : LoupMonnaie : 104 izrilsInventaire : ► Armure Ruvaak
► Arc Ruvaak

Mer 15 Jan - 17:54
Re welcome !
Arkhane Lohengrim
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t155-memoire-reminiscences-arkhane#394https://tahncelhan.forumactif.com/t154-arkhane-lohengrim-de-hurlements-muets-en-defoulements-nocturnes#392
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 22Sexe : FemmeClasse sociale : EsoèdMonnaie : 90Inventaire : - Tenue Commune
- 2 bons de réduction 30%
- Une broche à cheveux offerte par Ascalon
- Un collier en forme d'encre
- Sirop de Draën
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/18/znf6.jpg

Lun 27 Jan - 21:20


Bienvenue ♥


Hellow vous Astilbe Sæter - La mécanique d'une poupée 1197220741
Alors d'abord ... *prend une grande inspiration* D'OU C'EST MAL ECRIT VINDIOU, NAN MAIS T'AS LU CE QUE TU AS ECRIS OU BIEN ?? KEJDKSJFK
*tousse, réajuste sa veste*
Dooonc. Tu es validée  :cornu:  

De fait, plusieurs possibilités s'offrent à toi désormais ! Tu peux commencer par aller créer les réminiscences de ton personnages, sinon, faire une demande de RP ou encore de nous rejoindre pour un petit rp multijoueur juste

Tout ceci dépend de ta propre volonté, rien n'est obligatoire :3
Simplement AMUSES TOI ♥


Tahn Celhán



Afficher le résumé
Informations générales
Contenu sponsorisé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum