-17%
Le deal à ne pas rater :
Disque SSD Interne – 860 QVO – 1To à moins de 100€
99.66 € 119.99 €
Voir le deal

[EVENT] Eau, sang et sùgh
Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Chaos
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateur
Informations généralesAge : /Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/vro1.jpg
ChaosAdmin

Lun 16 Mar - 17:57

Eau, sang et sùgh


15 Wyrten 352

Cadell retourna l'allumette qu'il mâchouillait en regardant, avachit contre la rambarde d'un balcon intérieur, les silhouettes regroupées dans le hall ouvert de sa maison. Certaines avaient sortit leur veste la plus ornementée, d'autres des manteaux épais aux couleurs approximatives. Il était sûr que les uns comme les autres prenaient soin de ne pas se mélanger. Après tout ils n'étaient pas tous là pour la même chose.

Le gérant se redressa et suivit le balcon longeant un mur du hall vers la gauche, jusqu'à un escalier du même bois brun que le reste de la bâtisse, descendant nonchalamment en grattant sa barbe sombre d'un air ennuyé, clamant d'une voix rouillée:

« Messieurs, Mesdames, bienvenue à l'exploitation Sòrane. J'en suis le gérant, Cadell Elie, avec ma femme Isaelle. Elle vous attend à la forêt, c'est elle qui vous dirigera pour le défrichement. Je reconnais quelques têtes des années passées, mais pour les nouveaux, permettez-moi quelques rappels:
Retour ici à vingt heures trente pour les travailleurs, le repas est offert à ceux passant la nuit sur place. Couvre-feu pour tout le monde à vingts et une heure. Quelques chambres sont encore disponibles pour ceux qui n'ont pas réservé, mais pensez à venir me voir vite. Demain, levé à six heures trente, nous réattaquons à sept heures trente. »


Il descendit les marches lui permettant de surplomber de quelques dizaines de centimètre ses invités, arrivant à leur hauteur et détaillant les visages les plus proches. 

« Je laisse maintenant ceux voulant aider au défrichement rejoindre Isaelle, il suffit de suivre le chemin dallé, et ceux venu pour la dégustation me suivre. Bonne journée à tous! »

Cadell tourna les talons sans un geste ou un mot de plus, se dirigeant vers une porte à sa gauche qui donnait immédiatement sur une salle avec un bar aux étagères couvertes de bouteilles d'un alcool vert, une odeur sucrée dans l'air.

...

Isaelle regarda le groupe arrivant vers elle, appuyée contre le tronc d'un arbre. Elle se redressa, prenant une hache parmi les nombreux instruments, scie, coupe-branche, sécateur, rangés en ligne sur le sol, et se tourna vers le groupe avec un grand sourire.

« Merci d'être venu. Pour des raisons de sécurité, je recommande le travail en duo, mais si vous éventrer seul sans aide ne vous dérange pas, libre à vous. Je pense que si vous êtes là, c'est que vous êtes assez habile, ou assez malin pour comprendre comment couper un arbuste. Néanmoins, pour les moins débrouillards, mon épaule est là pour recevoir vos pleurs, alors n'hésitez pas à venir me demander de l'aide. Sur ce, je vous laisse choisir l'instrument de votre choix, et au travail jusqu'à midi! »


HRP: 


Je laisse le choix à chacun de rejoindre le groupe qu'il préfère, ne vous inquiétez pas de savoir si vous serez seul ou non, de toute façon les PNJ seront là pour vous faire la causette. 
Pour contextualiser davantage :
Début Wyrten, avant que les grosses neiges ne tombent, les Harvaarns se retrouvent à la retraite pour couper les sùghs, des arbustes qui prolifèrent à la Retraite, dont la sève est récoltée pour fabriquer de l'alcool. Le bois obtenu des coupes est gracieusement offert à ceux l'ayant coupé.
Les Esoeds et les Sheigs sont, en général, ici pour le commerce d'alcool pour les premiers, et pour le bois pour les seconds.
Les Worans viennent plus pour les dégustations et l'achat d'alcool.
Mais chaque personnage est libre d'aller où il veut qu'importe sa faction.

L'event se terminera le 30 avril pour ne pas le laisser traîner en longueur.
Pour rester dans les temps, mais également parce que ce rp ce veut être convivial, nous demanderons donc des réponses ne dépassant pas les 700 mots.

Amusez-vous bien !

Tahn Celhán

Melchior Percheval
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t202-melchior-perchevalhttps://tahncelhan.forumactif.com/t200-melchior-percheval-ou-le-linguiste
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 35 Sexe : MasculinClasse sociale : WoranMonnaie : 100 agrilsInventaire : - Tenue Ordinaire
- 2 coupons de 30%
- un carnet avec un crayon
- une bague ancienne avec une forme de renard avec des inscriptions qu'il porte autour du cou
- Journal de Pénélope Yzod. Daté de l’an 2908. Langue inconnue. Page arrachées.
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t16.jpg

Mar 17 Mar - 18:24

Eau sang et sugh


Cela faisait bien longtemps qu’on lui avait parler de cet événement, il y avait été avec sa mère il y a un moment. Cette fois il n’avait pas le choix. Se retrouver avec tout le beau monde à boire un verre, les écouter parler, encore et encore. Les discussions tourneraient en rond, idiotement, sans aucune raison, sans aucune saveur, sans couleur. Un sourire naquit sur ses lèvres quand il se rappela de la lettre qu’il avait écrit à Astilbe, on aurait dit un homme qui allait sur l’échafaud. Il se moquait de lui même, il avait certainement de pire situation et lui s'était plaint d’une broutille. En attachant ses cheveux le roux eu comme une révélation, pourquoi était il obligé d’aller boire avec tout le beau monde ? Il pourrait possiblement aller avec ceux qui partait couper le bois. Il prendrait des notes et cela serait bien plus intéressant. Au fur et à mesure que cette idée émergeait dans sa tête, il regardait sa tenu pas du tout adéquate pour ce genre de travail. Il prit un sac et y glissa un manteau assez chaud pour rester en extérieur, tout cela bien dissimuler pour que personne ne se doute de ce qu’il comptait faire.

Habiller de sa tenue de cérémonie, Melchior descendit les marches, espérant ne croiser personne. Malheureusement, il y avait du monde en bas, il esquiva les discussions sous prétexte qu’il était en retard. Il sortit rapidement sans poser le moindre regard sur Adam.

Il prit son cheval et se dirigea au point de rendez-vous la cape au vent, avec un peu de chance une douce neige recouvrirais les jardins des Sorane, cela serait bien agréable à regarder. Une fois sur place, Melchior prit le temps de regarder les jardins alors qu’on lui prenait les rennes de son cheval. Le roux marcha tranquillement jusqu’au hall de la maison. Il y avait du monde, beaucoup trop pour lui, il suivit les murs jusqu’à trouver un endroit un peu plus calme de personne. On lui réclame sa cape pour le défaire un peu, il hésita puis lui donna malgré tout. Il aurait voulu être plus discret finalement, il était trop grand, trop roux, son regard fuyait celui des autres, lors qu’il sortit son carnet il se sentait comme en sécurité. D’habitude on venait pas le déranger ainsi on le laissait dans sa tête, mais là encore certain venait tout sourire le voir, lui dire bonjour. Melchior y répondait sans cœur et sans aucun sourire. Le roux tourna la tête quand il sentit une personne tirer doucement sur sa manche, mais avant que son regard se pose sur cet intrus, avant même que la voix ne se fasse entendre ; l’odeur de rose le fit se tourner rapidement. Les couleurs était de retour et il ne réussit pas à empêcher ses lèvres de s’étirer d’un sourire sincère. Finalement, il ne serait pas seul, une charmante surprise, elle n’était pas pour lui il le savait et pourtant cela lui faisait plaisir de voir son camarade de palabre ici.

« Bonjour, mon ami, je suis agréablement surpris, je ne pensais pas vous croisez ici. »

Quand le gérant de la maison parla, le regard de Melchior quitta celui d’Astilbe pour se concentré sur ce qu’il disait. Maintenant il hésitait à aller couper le bois, peut être que le chef du Fantasmagloria lui irait boire. Non cela ne devait rien changer, il pourrait venir le voir plus tard dans la journée. Quand l’homme proposa de le suivre une dernière hésitation le fit regarder son camarade et le fit sourire un peu.

« Je comptais aller défricher, afin de pouvoir noter les paroles des un et des autres… Vous allez à la dégustation ? »

La réponse d’Astilbe perturba Melchior, il était venue pour lui. C’était à la fois étrange et agréable d’entendre cela. Il marcha donc avec lui vers le lieu dit. Une fois arriver devant Isaelle, le roux écouta ce qu’elle avait à dire, son trait d’humour n’était pas vraiment de son goût Il haussa les épaules légèrement de son côté ses cours de botanique allait sûrement l’aider dans la tâche, mais il serait certainement plus doué avec un sécateur qu’avec une scie.  

Tahn Celhán

Dhol Vokonov
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t164-dhol-ou-les-explorations-chimeriqueshttp://tahncelhan.forumactif.com/t141-dhol-vokonov
Informations généralesAge : 22 ansSexe : MasculinMonnaie : 265 agrilsInventaire : • Chevalière en or : portée à l'annulaire. Lui rappelle sans arrêt d'où il vient. Il la hait mais refuse de s'en séparer, ultime lien entre sa vie passée et celle ci.
• Sirop de Draën
Dhol VokonovVithang

Jeu 19 Mar - 16:57

Subir


« Merci d'être venu. Pour des raisons de sécurité, je recommande le travail en duo, mais si vous éventrer seul sans aide ne vous dérange pas, libre à vous. Je pense que si vous êtes là, c'est que vous êtes assez habile, ou assez malin pour comprendre comment couper un arbuste. Néanmoins, pour les moins débrouillards, mon épaule est là pour recevoir vos pleurs, alors n'hésitez pas à venir me demander de l'aide. Sur ce, je vous laisse choisir l'instrument de votre choix, et au travail jusqu'à midi ! » Je soupire de plus belle. Dans quoi me suis-je embarqué ?

Ordre du vieux,
Me montrer.
Prouver que le Cyvir était attentif à tout.
Que cette hypocrite religion croyait aux rituels.

Depuis quand risqué une main ou se saouler était gage de fructueux commerce ?

Comme si, moi, j’allais noter les déviances des uns et des autres. Alors que je tentais de dissimuler, les miens. M’enfin, je pouvais pester autant de fois que je le voulais, je devais quand même faire acte de présence. Et cette année, j’allais devoir me retrousser les manches. Enfin pour la seconde fois. Je soupçonnais le vieux de faire un jeu de hasard avec ma vie par moment. En prime, il n’a même pas voulu se déplacer ce gros libidineux.

Je hoche la tête à chacun des visages que je croise. Quelques mots pour encourager les pieux. Je me retiens de leur souhaiter de se blesser. Ca m’énerve d’avance d’être ici. Et encore plus quand je ne peux pas laisser l’ivresse me rendre plus agréable pour les nuisibles.

Humeur à trancher, c’était parfait pour obtenir du bois. Je comptais bien me faire une réserve pour le cabanon. C’est en me rapprochant que je découvre mon cauchemar accompagné d’un roux. Quand je vous dis que les déviances doivent être cachées. J’ai presque envie d’aller l’engueuler de se montrer à croire que ‘est écrit que je suis parti explorer de nouvelles contrées sur son front. M’enfin, j’ai le plaisir de voir qu’il ne reste pas insensible à un autre.

Consignes transmises, je laisse mon partenaire choisir notre arme, cela m’importait peu. Mon objectif est de faire ma reserve des deux matières premières pour lesquelles nous sommes réunis.

Tahn Celhán

Astilbe Sæter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t212-astilbe-saeter#761https://tahncelhanrpg.forumactif.com/t199-astilbe-saeter-la-mecanique-d-une-poupee
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 26 ansSexe : Classe sociale : SheigMonnaie : 0 agrilsInventaire : - Porte-cigarette
- Couteau à cran d'arrêt
- Filtre contre la nigra sanie
Bandeau : https://media.discordapp.net/attachments/674736394316546090/710143405119766548/Astilbe_bandeau.jpg

Mer 25 Mar - 17:19

Do you ever wonder
Who took the light from our life?

Il détestait laisser le Fantasmagloria derrière lui. Même pour une journée. La possibilité de retrouver le bâtiment en flamme, de tout perdre en quelques heures, bouffait son cerveau. Aussi irréaliste soit cette peur, elle était là, et lui gâcherait la journée, au point qu’il finissait par relativiser sur la rentabilité de sa surprise : Le plaisir de Melchior devant le sien. Cette idée aussi lui était détestable, le rappelant trop à des nuits dans la rue, ou contre un autre corps, abruti à renfort d’effluve de Primera. Il tentait de se rationnaliser, machine froide, en analysant ce qui lui avait traversé la tête après la lecture de la lettre de Melchior quelques jours plutôt. Au fond il était rassurant de constater qu’il n’avait pas envie de le voir, le dessin dans son esprit, de la silhouette immense du Woran, ne contrebalançant à aucun moment l’anxiété pour le Gloria. Astilbe avait juste pensé sur le moment, que le voir à l’improviste aurait fait plaisir à Melchior.
L’Edei termina de boutonner le col de sa chemise de tissu épais, redressant une bretelle sur son épaule avant de quitter la pièce pour aller frapper à la porte de Calanthe. Il évita les conversations, répondant à l’orchidée sans l’écouter, plus concentrer à lister à Coquelicot tout ce qu’elle devait faire ou non pendant son absence. Et pour terminer de se déléguer de toute tâche afin de se concentrer sur sa mauvais humeur intérieur, il confia les rênes de leur monture à Calanthe, le laissant les conduire à la retraite dans un silence qu’il ne rompit qu’en descendant de selle.

« Ne t’occupes pas de moi, j’ai du lèche-bottes à faire. »

Il entra dans l’immense maison en défaisant son manteau qu’il plia sur son avant-bras, cherchant la silhouette de Melchior dans l’assemblée trop dense et bruyante à son goût. Ses dents eurent le temps de commencer à se serrer à l’idée qu’il était venu pour rien avant qu’il ne le voit, la nuque courbée sur son carnet minuscule entre ses mains. Astilbe se compose une expression en quelques secondes, arrêtant de froncer les sourcils et de regarder tout le monde avec ennuie. Du bout des doigts, il tira doucement sur la manche de la veste du linguiste, levant la tête pour lui sourit doucement

« Je suis heureux de vous voir aussi Melchior. »

Ramenant sa sur le bras du Woran contre lui, il suivit le regard de son vis-à-vis, crevant d’ennuie en écoutant les sérénades du gérant de l’exploitation. S’il n’y avait pas eu Melchior, qu’il regarde en entendant sa question, il se serait permis de bailler.

« Je vous suis, je suis venu pour vous voir. »

Il remit son manteau long et suivit Melchior à l’extérieur, prenant sur lui pour ne pas traîner des pieds. Les lubies étranges du Woran et son grain de folie faisaient qu’Astilbe le tolérait plus facilement que la moyenne. Mais pour une fois, il aurait aimé que l’érudit respecte un peu plus les codes de la société Haarvarn. L’Edei suivit le groupe partant vers la forêt en restant prêt de Melchior, sans engager la conversation. Du discourt d’Isaelle, il n’écouta que la moitié, l’esprit toujours accaparé par le Gloria, faisant des comptes et triant des informations en fixant d’un regard aveugle le visage de la femme.

Il ne revint à lui que quand le groupe commença à se disperser pour prendre un outil ou former une équipe, cherchant parmi les silhouettes celle de Calanthe, en trouvant une autre presque aussi familière. Ses lèvres pâles se rehaussèrent en sourire en coin aux relents de mépris et de satisfaction mélangés, et il se risqua à un rapide clin d’œil et un baiser à l’héritier Vokonov, avant de détourner lentement le regard, souriant calmement en se reconcentrant sur Melchior.

« Accepteriez-vous de faire équipe avec moi ? »

Souriant à la réponse positive du linguiste, il lui prit le bras, l’emmenant vers l’alignement d’outils, qui s’était parsemé après que la razzia soit passée.

« Je suppose qu’au vue de notre différence de gabarit, un sécateur ou un coupe-branche reste encore la meilleur solution… »


Résumé:
Astilbe arrive avec Calanthe, et se sépare de lui pour rejoindre Melchior. Ils partent avec le groupe de la forêt, et Astilbe fait un clin d'oeil et envoie un baiser à Dhol en le reconnaissant, puis il propose à Melchior de faire équipe, et de prendre un sécateur ou un coupe-branche.
Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Jeu 26 Mar - 12:30

A coeur Vaillant rien d'impossible


Eh merde, voila que le jour était arrivé. Astilbe lui avait demandé de l'accompagner à se foutu carnaval des idiots . Pourquoi il lui avait dit oui ? Il ne le savait plus , il avait juste dit oui et c’est tout. Il comprenait pas vraiment pourquoi l’Edei se décarcassent pour un woran, pour se woran en particulier. Rester au Gloria était bien mieux, pire encore il aurait pu le faire venir à la place que monsieur Utile aille boire comme un trou avec d’autre woran, autant boire ici au moins il consomme du liquide, vu qu’il semblait allergique au solide. Calanthe terminait de boutonner sa veste quand il entendit cogné. Voilà, le prince des draps souillés qui venait le chercher. Toujours pile à l’heure. Finalement, il n’allait pas pouvoir enfiler le beau manteau blanc qu’une Woran lui avait offert, brodé d’or noir et d’argent.

Pour bien faire, il échangea quelques banalité, savoir comment il allait, s’il était bien sur que monsieur utile était vraiment utile ou bien s’il allait venir. Visiblement Astilbe s’en foutait royalement. Alors pourquoi faire des effort et continuer à parler. L’orchidée se braqua, restant au côté du patron le temps que celui-ci donne ses recommandation à la douce Coquelicot… Pourvu que rien d’étrange n’arrivera durant leurs absence. Il avait confiance en elle, mais ses méthodes pouvaient être crus.

Quand le patron eu enfin terminé, il se dirigea tout les deux vers le cheval afin de pouvoir arriver à la retraite et voilà que le petit prince lui donnait tout à faire, décidément il était lever du pied gauche et jouait la diva. Bordel pourquoi il voulait absolument voir ce type. Une fois sur place, on lui fausse compagnie, la phrase qu’il sortit, fit tirer la gueule à Calanthe. Visiblement il n’était là que pour servir de chauffer à sa majesté. Il grimaça descendant du cheval et laissa un homme se charger de lui donner à boire et à manger. Voir le côté positif de la chose, il avait le droit à des semi-vacance. Il se dirigea vers le hall, écoutant l’homme parler. Il serait bien partit boire avec les bon gens, mais bon il n’avait pas leurs classe n’y même le titre qui allait avec. Il traîna donc des pieds jusqu'à la demoiselle qui leurs parla et que Calanthe, n'écoute pas. Faire des duos, tailler les arbres, venir faire du collé, serré avec la demoiselle si on n’y arrive pas. L’idée, lui traversa la tête, jouer les pauvres âmes auprès de la dame, vu son mâle la pauvresse devait certainement s’ennuyer. Il était beau de gueule, mais semblait prendre un malin plaisir à se rendre le plus laid possible. Mais dans son esprit tournait la phrase d’Astilbe ; être sage. Il avait le droit de jouer les papillons autour de son rouquin, alors que lui ne pouvait pas faire venir de la clientèle avec des échantillons gratuit. Son regard coula sur la jeune femme, il serait sage, pas d’acte physique, mais les paroles discrète pourraient certainement être légale aux yeux du patron.

Calanthe regarda si le petit prince des bas-fond était occupé, visiblement oui… Il faisait un clin d’oeil à il ne savait qui. être sage ne s’appliquait pas à lui visiblement. Il profita alors pour s’approcher d’Isaelle lui aussi tout sourire.

« Bonjour, je suis ravis de vous rencontrez. J’ai une question. Votre épaule est elle libre pour un petit nouveau ? Je m’en voudrais affreusement de gâcher votre labeur, tout cela pour garder une sorte de fierté mal placé. »

L’orchidée parlait sympathiquement à la belle blonde, regardant ses yeux, pas comme la plupart des autres qui tombait bien plus bas. Par habitude il parlait tout en cachant sa langue noire.

« A défaut d’avoir le savoir faire, j’ai à coeur le bon travail et les bras pour la tâche. »

Tahn Celhán

Arkhane Lohengrim
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t155-memoire-reminiscences-arkhane#394https://tahncelhan.forumactif.com/t154-arkhane-lohengrim-de-hurlements-muets-en-defoulements-nocturnes#392
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 22Sexe : FemmeClasse sociale : EsoèdMonnaie : 90Inventaire : - Tenue Commune
- 2 bons de réduction 30%
- Une broche à cheveux offerte par Ascalon
- Un collier en forme d'encre
- Sirop de Draën
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/18/znf6.jpg

Dim 29 Mar - 17:41

sùgh

Quand Arkhane avait demandé à son père la quantité d'alcool qu'elle devait acheter, elle avait fait face a un silence devenu habituel, une indifférence installée en son cœur depuis plusieurs années désormais, douloureuse et irrévocable. Il avait les yeux vides, le corps las. Toute la combativité qu'elle lui avait connue en vingt ans d'existence s'était effacée en un battement de cils, deux ans plus tôt. C'était comme si, en rendant son dernier souffle, Dyone avait dérobé celui de son époux par la même occasion, s'unissant encore à lui par delà la mort. Dans la tombe, il n'y a qu'un seul cadavre, pourtant ce jour là, elle a eu la sensation d'enterrer ses deux parents.
Elle n'avait pas obtenu la moindre réponse de la part de son père. Ni à cette question, ni à toutes les autres. Rien d'inhabituel, elle gérait le plus gros de l'affaire depuis plusieurs mois désormais. Mais elle aurait espéré qu'il hoche la tête au moins, qu'il lui souhaite de faire un bon voyage. Qu'il l'embrasse, ou la prenne une dernière fois dans ses bras. Il ne lui avait même pas adressé un regard.

Les comptes indiquaient que, les années précédentes, les Lohengrim commandaient dix caisses de huit bouteilles de sùgh, de sorte à tenir toute l'année face aux demandes sans cesse grandissantes de leurs clients. Ses parents en ramenaient quatre aussitôt, les six autres leur étaient livré au fur et à mesure de l'année. Bien sûr incapable de porter tout ça, elle avait demandé l'aide de son frère - en croisant les doigts pour que, pour une fois, il se tienne bien - qui l'accompagnait alors. Il montait un cheval de trait aussi large que haut, d'une solidité certaine, certainement capable de concurrencer un iptolex. Elle, elle avait pris la vieille cagne familiale. Une jument qui a du voir naître son propre père, immortelle certainement. Elle renâcle beaucoup, n'avance pas vite, mais elle est solide.

Partis tôt, ils arrivent presque tard. La faute de leur monture respective certainement. Chevaux, ânes, iptolex et même deux voitures se succèdent dans la carrière délimitée qui borde la propriété des Elie. Ils y laissent leurs bêtes, puis rejoignent les autres haarvarns dans l'immense chalet qui sert tout autant à loger les propriétaires qu'à loger leur mai d'oeuvre et production.
Cadell a déjà commencé ses explications quand la rousse se glisse dans l'entrebaillement de la porte. Son cadet, moins discret, pousse le battant, faisant gémir si fort le bois qu'elle se demande si la maison n'est pas vivante. Quelques visages se tournent vers eux, sans pour autant faire la moindre remarque.

Quelques instants plus tard, la fratrie se divise. Ça a été convenu, lors d'une discussion bien sur houleuse effectuée sur le trajet - Arkhane ne l'aurait jamais eue en public - que Bellagdan irait aider à défricher la parcelle pour récupérer la sève nécessaire à une production future. Elle même irait acheter. Manœuvre qui, en théorie, ne lui prendrait pas la journée.
Ses pas suivirent ceux les nobles et les vithangs dans la pièce latérale où Cadell bientôt commencerait à promouvoir le fruit de ses différentes productions, ainsi que celles de ses partenaires.

Chaos
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateur
Informations généralesAge : /Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/vro1.jpg
ChaosAdmin

Sam 11 Avr - 0:10

Eau, sang et sùgh


15 Wyrten 352


Bras mollasson et courage en baisse, le partenaire de Dhol tergiversait dans le choix de l'outil, en soulevant péniblement un avant de le reposer en bégaillant des justifications techniques hasardeuses. Lorsqu'il sembla enfin jeter son dévolu sur une hache, Isaelle passa par-là, un grand balafré derrière, elle, ramassant l'outil pour le tendre à l'homme dans son dos.
Le maigrelet se tourna vers Dhol, la mine déconfite et angoissée.
Il n'avait aucune envie d'aller trancher de l'arbuste.
...

Isaelle regarda les groupes se former, le ton se haussant parfois, et la rangée bien organisée d'instrument lentement se parsemer. Chacun semblait trouver ses repères, et elle reprenait les plus cancres d'une remarque galvanisante, mais ne tolérant pas la désobéissance. Raffermissant sa prise sur la hache prise un instant plutôt, la blonde s'apprêta à se mettre au travail à son tour, repoussant dans son dos la lourde tresse sur son épaule avant de se retourner en entendant une voix dans son dos. Ses yeux détaillèrent rapidement l'homme brun balafré devant elle, ne se départissant pas une seconde de son sourire, pas de place pour une lueur de méfiance ou de dégoût dans son regard.

"Enchantée aussi ! C'est assez simple, surtout si l'on a la corpulence pour. Venez."


Elle s'approcha de la ligne d'instrument, y prenant une hache à la lame plus courte que la sienne, et la lui tendit, manche en avant, avant de partir vers quelques arbustes plus à l'écart.

"Ici, on évitera un accident..."

S'étalant en explication, Isaelle montra plusieurs fois à l'homme le geste à effectuer, s'arrêtant toujours avant de frapper l'arbuste, des précisions s'ajoutant à chaque fois, sur la position des jambes, des mains sur le bois du manche, de l'angle avec lequel frapper, de la zone à trancher, de l'élan à prendre, de la crispation à avoir ou non dans les bras. Finalement, elle se redressa, souriant à l'homme avant de s'éloigner de quelques pas.

"A vous. Au fait, je n'vous ai pas demandé votre nom!"


Elle refit ses pas en sens inverse, revenant vers l'homme pour lui tendre une main soignée, mais marquée de cicatrices.

"Isaelle Elie. Et vous?"

. . .

Cadell servait des verres et répondait à des conversations fades comme un automate, vantant l'alcool du domaine avec un sourire faux, une partie de sa tête occupée à autre chose que cette tâche devenue instinctive. Il ne s'occupait plus des worans venus profiter de la dégustation pour s'octroyer quelques verres gratuits que leurs moyens leur permettaient sans problème d'acheter, et préférait maintenant se concentrer sur les gros acheteurs, ceux qui venaient pour remporter plusieurs caisses. Son regard, scrutant la foule éparpillée en petits groupes, tomba rapidement sur la tresse rousse venant d'entrer. Naturellement, il chercha les deux parents qui aurait dû accompagner Arkhane Loenghrim sans les voir arriver. Il se retient de hausser en ne voyant venir personne, et invita la jeune femme à s'approcher un peu plus en levant le verre qu'il était en train de remplir vers elle.

"Lohengrim, ravis de vous revoir une année de plus."

Il tourna à peine la tête vers le reste de ses convives, s'adressant pourtant clairement à eux.

"Je pense que si quelqu'un ici est la plus apte à juger de la qualité de l'alcool du domaine, c'est elle, en tant que gérante d'une auberge dans Nodotheim. Mais avant de vous faire assaillir de question, venez donc prendre un verre."



Tahn Celhán

Dhol Vokonov
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t164-dhol-ou-les-explorations-chimeriqueshttp://tahncelhan.forumactif.com/t141-dhol-vokonov
Informations généralesAge : 22 ansSexe : MasculinMonnaie : 265 agrilsInventaire : • Chevalière en or : portée à l'annulaire. Lui rappelle sans arrêt d'où il vient. Il la hait mais refuse de s'en séparer, ultime lien entre sa vie passée et celle ci.
• Sirop de Draën
Dhol VokonovVithang

Dim 12 Avr - 12:55

Agacement



Je me pince les lèvres, voyant le sot qui m’accompagnait. Je pense que le Destin se fout de ma gueule. Il ne pouvait pas me servir un autre partenaire. Non, il faut que je m’encombre d’un faible. Je serre la mâchoire et le regarde furieusement.

« Si je t’entends chouiner encore une fois, c’est toi que je découpe, entendu ? »


D’ordinaire, je me l’a serais joué diplomate. Mais j’avais déjà marre de cette journée qui n’avait même pas commencé.

Entrain brisé par la chiffe molle, je me traine jusqu’à un arbre et entame sa découpe. Ce n’était pas la première fois que je le faisais et j’avais une mission à remplir. L'ignorant superbement, j'attaque le tronc avec précaution, manquerait plus que je me blesse.
Tahn Celhán

Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Dim 12 Avr - 13:45

Coeur de ronces


La belle était charmante, une belle femme aux cheveux blond. Une brebis qui semblait si blanche, qu’il était irrésistible de voir à quel point son cœur était pur pour son amour de mari ou si elle allait se vautrer dans la boue, pour un peu de flirter ou de plaisir avec un inconnue dans un simple divertissement. Elle était toujours souriante bon point pour le brun, il écouta sagement la demoiselle. Il la suivit tranquillement, observa les instruments , prenant la hache qu’elle lui tendait ne faisant pas vraiment attention à ce qu’il l’entourait, se concentrant uniquement sur la femme. Tenant la hache de façon à ne blesser personne, il suit docilement la jeune femme.

Elle s’éloignait du troupeau toute seule, pas besoin de trouver une excuse pour le faire. Jouer l’incapable avait de bien bonne qualité. Les grands aiment montrer leurs forces, leurs connaissances. Il était bon de les flattés ainsi, ils se sentaient encore plus grands. Il était resté souriant tout le long du chemin, souriant et silencieux. Une fois arrêté, il regarda autour de lui, puis la regarda.

« Bonne idée, on n’est jamais trop prudent. »

Et voilà que la demoiselle partit dans ses explications, Calanthe observa ses gestes, ses dires. Il jouait le buveur de parole, imitant la position dans le vide, quand elle le regarda il lui rendit son sourire. Il s’approcha de l’arbuste, près à jouer la scène, mais elle l’arrêta avant. Lui demandant son nom, son hésitation ne dura qu’une fraction de seconde. Mentir serait idiot, elle remarquera sa langue à un moment ou un autre. Elle retourna vers lui et lui tendit la main, il prit doucement la main par le bout des doigts comme pour lui faire un baise main, mais effleura de ses lèvres le dos de la main.

« Calanthe ma dame. »


Il lui répondit d’un sourire charmant avant de reprendre la hache attendant qu’elle s’éloigne un peu de lui pour refaire les même gestes qu’elle, pour couper l’arbuste. Sa main était celle de travailleuse, elle n’était pas comme celles qui courait sur son corps d’habitude, mais elle était comme les autres. Une femme rêveuse, qui pourrait ne pas pouvoir réaliser ses plus sombres souhaits et elle frissonnait à pouvoir le faire avec un autre tenue au secret par sa langue. Les Hommes étaient tous les mêmes, il suffit de connaître leurs faiblesses de chair, juste un fil, on tire dessus et toute la tapisserie se défait révélant sa vrais nature du fils rien de plus, pas d'apparat, pas de domaine, pas de tissus rien d’autre que la vérité nu.


Tahn Celhán

Melchior Percheval
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t202-melchior-perchevalhttps://tahncelhan.forumactif.com/t200-melchior-percheval-ou-le-linguiste
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 35 Sexe : MasculinClasse sociale : WoranMonnaie : 100 agrilsInventaire : - Tenue Ordinaire
- 2 coupons de 30%
- un carnet avec un crayon
- une bague ancienne avec une forme de renard avec des inscriptions qu'il porte autour du cou
- Journal de Pénélope Yzod. Daté de l’an 2908. Langue inconnue. Page arrachées.
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t16.jpg

Dim 19 Avr - 15:20

Eau sang et sugh


Effectivement Astilbe avait raison prendre ses instrument de jardinage était sûrement plus adapté pour eux et surtout moins dangereux, s’il devenait un peu trop attentif à son travail, plutôt cas sa mission. La main posé sur son bras était devenu habituelle et plutôt agréable comme contacte.

« Vous avez raison, cela sera préférable et je suis un peu plus douer avec le sécateur que de travailler avec une hache ou une scie. »

Le linguiste quitta le bras de son ami, pour allez prendre les outils, qu’ils allaient devoir utilisé. Il en tendit un à Astilbe en souriant. Il donna son bras presque par automatisme à son charmant compagnon pour aller rejoindre un endroit qu’on leur avait assigné. A peine arriver sur les lieux que le linguiste était un peu déçus d’être aussi loin des autres, voila une chose à laquelle il n’avait pas pensé. Une frustration gérer à la façon habituelle, une non expression faciale, mais il alla tout de même changer de veste pour ne pas abîmer celle que son titre de woran le forçais à mettre. Celle qui revêtait pour travailler à l’extérieur était bien plus adéquate pour se travail. Melchior laissa son nécessaire à la prise de note dans sa poche. Il observa le premier arbuste qu’il allait devoir couper et commença le travail, revoyant les gestes apprit durant les cours de son précepteur.  C’est un léger sursaut  qui le fit revenir alors que son esprit se noyait déjà dans les différentes actions et branches qu’il allait devoir couper. Le woran se retourna alors et regarda Astilbe.

« Je vous ai même pas demander si vous aviez fait bon voyage. Veuillez m’excusez. Est-ce le cas ? »

Le roux ignorait totalement ce qu’il devait faire actuellement, continuer de converser avec son compagnon d’infortune ? Continuer à couper les branches ? Chercher à se rapprocher pour obtenir des informations vers les autres groupes ? Ou toute abandonner et se contenté de partir rejoindre les autres Woran pour des discutions stupides et les regarder principalement boire ? Non, non impossible, il ne voulait pas, cela ne faisait pas partit de ce qu'il avait prévue. Malheureusement, cela risquait de plus en plus d'être la prochaine étapes du plan remarquablement raté du linguiste. Nouvelle leçon à apprendre, rien n'est jamais simple et qu'il vaut mieux vérifier un plan plutôt que de perdre du temps et de son humeur. Il se sentait idiot pour le coup, ce n'était pas la première fois et encore moins la dernière.

S’il aurait été seul, il serait certainement partit tout simplement, retourner moisir dans son bureau et être sur d’avancer dans ses recherches sur le fameux livre dont il ne savait rien et qu'il venait d'avoir, par quelques force obscure. Mais ce n’était pas le cas, il n’était pas seul, Astilbe était venu. Il était même venu exprès pour lui, d’ailleurs, il ne c’était pas posé la question, mais pourquoi venir pour lui ? C’était certes très agréable, mais il avait quitté son travail qui semblait lui prendre beaucoup de temps. Non ce n’était pas le moment de réfléchir à cela, il y réfléchirait au calme et seul.
Il resta donc tourné vers son compagnon attendant tranquillement sa réponse.



Tahn Celhán

Astilbe Sæter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhanrpg.forumactif.com/t212-astilbe-saeter#761https://tahncelhanrpg.forumactif.com/t199-astilbe-saeter-la-mecanique-d-une-poupee
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 26 ansSexe : Classe sociale : SheigMonnaie : 0 agrilsInventaire : - Porte-cigarette
- Couteau à cran d'arrêt
- Filtre contre la nigra sanie
Bandeau : https://media.discordapp.net/attachments/674736394316546090/710143405119766548/Astilbe_bandeau.jpg

Mar 21 Avr - 22:45

And I'm gonna see my man
'til I get satisfied

Souriant doucement à la réponse du Woran, Astilbe le laissa s’éloigner de lui et prit l’outil qu’il lui tendait, sans se départir de son sourire quand il reparti dans l’autre sens pour se changer.
Melchior Percheval restait un Woran. Une petite créature fragile, habituée au luxe, et facilement cassable. Et complètement hors de la réalité, plus encore que les autres de sa caste, ce qui d’une fois à l’autre, faisait passer l’Edei de la sympathie à l’exaspération, sans aucune transition. A changer de veste, l’Aristocrate gagna le petit pli moqueur au coin des lèvres d’Astilbe.

Il vint en face du Woran, de l’autre côté de l’arbuste, s’accroupissant pour commencer à tailler les branches à la base, un visage qu’il s’efforçait de garder neutre malgré l’agacement comme masque. Il ne releva la tête que pour regarder Melchior, une mèche au milieu du visage, prenant quelques secondes à se rappeler sa phrase, avant de lui sourire, les yeux légèrement plissés d’une tendresse hypocrite.

« J’ai fait bon voyage, merci. Et vous ? »

Finissant à peine sa phrase, il sentir le bois de la branche sur laquelle il s’acharnait depuis quelques minutes céder avec un craquement, et les premières gouttes de sève couler sur ses doigts.

Résumé:
Astilbe sourit doucement à Mel et prend le sécateur qu'il lui tend. Le voir changer de veste l'agace, mais il ne montre rien, puis il commence à couper l'arbuste, avant de relever la tête pour répondre à la question de Mel. Il commence à sentir la sève sur ses doigts.
Arkhane Lohengrim
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t155-memoire-reminiscences-arkhane#394https://tahncelhan.forumactif.com/t154-arkhane-lohengrim-de-hurlements-muets-en-defoulements-nocturnes#392
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 22Sexe : FemmeClasse sociale : EsoèdMonnaie : 90Inventaire : - Tenue Commune
- 2 bons de réduction 30%
- Une broche à cheveux offerte par Ascalon
- Un collier en forme d'encre
- Sirop de Draën
Bandeau : https://zupimages.net/up/20/18/znf6.jpg

Jeu 23 Avr - 14:01

degustation

Elle n'était pas venue ces deux dernières années. Par deux fois, un ami de la famille, commerçant également, avait effectué la commande pour eux. Chaque fois, il leur avait également ramené une caisse de sùgh - difficile de prendre davantage sans sacrifier ses propres achats. Une demande qu'avait su formuler son paternel à l'époque, décision prise seul, sans se soucier de l'opinion de sa fille qui aurait refusé. Elle aurait évidemment préféré effectuer le trajet elle même que d'être redevable de qui que ce soit.
Cette fois-ci, Arkhane ne s'était pas laissé faire. Mieux : elle n'avait pas même laissé le choix à son père. Pour ce qu'il avait réagi de toutes manières ..

C'est la première fois qu'elle remet les pieds au domaine depuis donc trois années. Et les lieux n'ont pas changé. Le même bois vernis qui, sous ses bottes, ne craque même pas, trop entretenu pour ça. Les mêmes poutres saillantes au plafond, gargouilles massives et sans visages qui surveillent ceux des visiteurs qui se pressent en contrebas. Ce sont un peu toujours les mêmes, d'une saison à une autre, qui reviennent pour le même office. Elle s'attriste de reconnaître bientôt plus de nobles que de sheigs, l'inconvénient d'un mode de vie qui renouvelle sans cesse ces derniers quand les premiers vont jusqu'à prendre racine. Les producteurs eux sont toujours les mêmes. Leur entreprise est familiale, quand une nouvelle tête pointe le bout de son nez, c'est qu'il y a eu un mariage, ou un enfant, ou les deux. Il n'y a que des fils gris tressés dans les chevelures, des poils blancs dans les barbes pour lui rappeler que le temps passe. Et un gamin devenu plus grand qu'elle, aussi solide que son frère, qu'elle doit regarder par trois fois avant de reconnaître. C'est étrange comme certains peuvent ainsi se métamorphoser en quelques lunes.  

Arkhane n'a pas le temps d'aller bien loin, qu'on la reconnait déjà.

« Lohengrim, ravi de vous revoir une année de plus. »

La rousse tourne la tête dans la direction de l'homme qui l'interpelle. Il a une voix grave qui s'élève naturellement au dessus du brouhaha. La voix d'un artiste, d'un meneur, qui d'un mot a su attirer sur lui l'attention de l'ensemble de ses convives, puis sur elle. En une seconde, la jeune tavernière passe d'anonyme à réferente, ce qui la dérange plutôt, mais qu'il serait suicidaire d'expliciter.
Flatterie feinte pour dissimuler un désaccord certain, elle opine brièvement dans un sourire aimable pour le remercier de ces compliments - et d'une publicité dont elle se serait bien passée. Pour beaucoup, elle est trop jeune pour reprendre l'affaire familiale. Elle ne peut s'empêcher de préciser :

« Mon père est le gérant, je ne suis qu'une humble employée, et en l'occurrence .. coursière. »

Le ton qu'elle emploie se veut badin, contredire la noblesse est toujours un choix risqué, surtout devant un tel public. Feindre l'autodérision a bien souvent été un moyen idéal de concilier sa franchise presque handicapante et sa vie. Elle poursuit, misant cette fois-ci sur l'humilité.

« Je crains que vous ne m'accordiez plus de crédit que je n'en mérite. »

Elle ne pousse toutefois pas le vice jusqu'à refuser son offre. Ses pieds l'emmènent jusqu'au comptoir où elle à tout le loisir de le voir débouchonner une bouteille de 348 avec la dextérité témoin d'années entières de pratique.

Chaos
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateur
Informations généralesAge : /Bandeau : https://zupimages.net/up/20/20/vro1.jpg
ChaosAdmin

Jeu 23 Avr - 18:42

Eau, sang et sùgh


Le comparse de Dhol approuva d'un bégaiement, le suivant en finissant par prendre un outil au hasard, restant quelques minutes en retrait avant de prend part à la découpe.

Rapidement, des projections de sève arrivèrent sur les avant-bras des deux hommes, et virèrent à un noir sombre et luisant.

...

Le sourcil blond d'Isaelle ne pue s'empêcher de se hausser au prénom de l'homme, sans que la moindre variation ne se fasse pourtant sentir dans sa poigne, ferme autour de celle de Calanthe. Elle garda son regard accroché au sien, se refusant à un coup d'œil blessant vers sa langue, et lui sourit un peu plus.

"Bienvenue au Domaine, Calanthe."

Elle s'abstint d'un nom de famille,n'ayant pas pu vérifier à quelle maison il appartenait, et lâcha sa main pour s'éloigner de quelques pas, lui faisant signe de mettre ses nouvelles connaissances en pratique.

...

Sur les doigts de Melchior, la sève s'assombrit rapidement, prenant une teinte d'un vert sapin avant de se stabiliser, alors que sur les mains d'Astilbe, un rouge carmin s'étala, changeant de couleur bien plus lentement.

...

Cadell haussa les épaules, reprenant son air naturellement ennuyé de tout pour servir la femme qui approchait, faisant glisser sur le comptoir le verre lui étant destiné.

"Si vous êtes si humble, évitez de remettre l'expertise de vos aînés en doute."

D'un regard en coin, il fit signe à l'adolescent - peut-être son fils, si le hasard et les infidélités d'Isaelle le voulaient bien - derrière le comptoir avec lui de reprendre la main, prenant son propre verre pour venir près d'Arkhane, alors que la promotion des alcools du domaine reprenait d'une voix en pleine muet.

"En voilà une longue absence, j'ai cru que tous mes cheveux seraient blancs avant qu'un Loenghrim ne remette les pieds ici."


Tahn Celhán

Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Dim 26 Avr - 17:49

Coeur de ronces


Visiblement elle avait comprit ce qu’il était à en juger le haussement de son sourcil face au nom de la poupée. Cela n’était pas grave, il était habituer de tout façon. Selon sa réaction il allait pouvoir la catégorisé comme étant une pauvre simplette, une femme ou bien une cliente. Le moindre mouvement d’Isaelle était observé avec attention. Heureusement elle avait gardé une poigne similaire à ce qu’elle faisait avant de savoir son prénom et elle avait garder le regard fixe ajoutant un sourire. Comment prendre ce sourire ? Il le saurait bien assez tôt de toute façon.

Calanthe offrit un sourire charmeur à la gardienne du domaine quand celle-ci lui souhaite la bienvenue. C’était presque étrange qu’on lui dise qu’il était la bienvenue quelque part, lui dont la langue et le prénom, ne lui donnait que regard lubrique ou insulte, les deux étaient compatible d’ailleurs. Il attendit qu’elle se soit éloigné pour pouvoir imiter le geste de la femme afin de couper l’arbuste comme demander par celle-ci. Un exercice physique qui allait lui faire travailler ses bras, puis il aimait bien se dépenser ainsi c’était bien plus agréable que ce qu’il avait l’habitude de faire. Après la première coupe il regarda la jeune femme afin qu’elle lui donne un accord silencieux pour le mouvement, pour qu’il puisse reprendre la coupe ou bien ajuster le mouvement avant de continuer.  

Tahn Celhán

Melchior Percheval
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t202-melchior-perchevalhttps://tahncelhan.forumactif.com/t200-melchior-percheval-ou-le-linguiste
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 35 Sexe : MasculinClasse sociale : WoranMonnaie : 100 agrilsInventaire : - Tenue Ordinaire
- 2 coupons de 30%
- un carnet avec un crayon
- une bague ancienne avec une forme de renard avec des inscriptions qu'il porte autour du cou
- Journal de Pénélope Yzod. Daté de l’an 2908. Langue inconnue. Page arrachées.
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t16.jpg

Mer 29 Avr - 10:07

Eau sang et sugh


Lorsque l’edei releva la tête vers le linguiste, ce n’était pas le sourire qui perturba le plus Melchior, non, c’était la mèche qui traînait sur le visage de son compagnon de travail. Il aurait bien aimé la glisser derrière l’oreille de son propriétaire, mais le geste était à la fois porteur de confusion sur les intention du linguiste, mais également un geste déplacé, sans compter sur le faite que les doigts de sa main directrice (gauche) se retrouvait maculer d’une sève verte. La seconde main n’était pas aussi toucher que la première, mais restait tout de même toucher par le sang de l’arbuste. Alors avant de continuer son travail, il regarda Astilbe qui lui répondait. Il était soulagé d’apprendre que le jeune homme avait fait bon voyage, il espérait que le retour soit tout aussi agréable.

«  J’ai également fait bon voyage, merci »

Les lèvres de Melchior s’étirent dans un léger sourire, puis reprit le travail qu’on lui assigner. Coupant certaine branche doucement et consciencieusement. Se rappelant les leçons qu’il avait eu sur la botanique. Regardant quelquefois son compagnon, afin de voir s’il ne lui avait pas parler, mais également pour ne pas sombrer dans son travail. Il avait vu que la sève sur les mains d’Astilbe n’avait pas la même couleur que sur ses mains, mais ne sans formalise pas. La nature avait des secret tout aussi grand que la linguistique et ce n’était pas se genre de curiosité qui l’attirait. tout était différent par rapport à d'habitude. Là, il ne savait pas quoi dire ou quoi faire. Il n'était plus dans le cadre du travail et cela le troublait complètement. Une brutale réalité le frappa. Au finale il ne le connaissait pas, il était venu le voir, mais à quel fin? il n'était pas vraiment ami et pourtant il était venu sans qu'il lui ai demander quoi que se soit. Alors, Melchior chercha à faire la conversation, peut être que ainsi il comblerait le silence gênant entre eux.

"Tout le monde va bien au FantasmaGloria?"  




Tahn Celhán

Afficher le résumé
Informations générales
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum