Le Deal du moment : -72%
Abonnement Cdiscount à volonté à ...
Voir le deal
8 €

En territoire hostile - Le loup montre les dents et le paon fait la roue - Feat Dhol
Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant
Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Lun 16 Mar - 19:03

Le loup montre les dents et  le paon fait la roue


[27 WRYTEN 352]
Les rayons du soleil perça les rideaux, se frayant un chemin pour venir chatouiller de leurs chaleurs la peau de l’orchidée endormie que le sommeil agité avait fait quitter les couvertures. C’est dans un frisson que le brun quitta les bras de Morphée. Les yeux embrumés, l’endormie étira ses muscles engourdie, avant de se tourner brutalement vers la seconde partie du lit… personne, tant mieux, en observant la pièce, il vit qu’il était dans sa chambre. Un soupire de soulagement lui traversa la gorge et s’étouffa dans l’oreiller. Il aurait bien aimé rester dans ses draps de soies et de ne plus bouger, mais la journée était courte et la soirée trop longue pour rester dans le lit dans ses habits de naissance. Il posa un pied au sol, baillant et étirant ses bras, pour une fois aucun rêve n’était venu le troublé, il se leva enfila une veste assez longue pour cacher ses fesses avant de descendre pour prendre une douche bien chaude.

Un des meilleurs moment de la journée avec celle du soir quand il fallait retirer tous les résidus des indésirables. Il était pas le seul debout, cela papotait un peu partout dans le Gloria, cela rigolait comme-si tout tournait rond, cela parlait de prince, de Woran, d’argent, d’insulte, de goût et de mode. Partiellement habiller, Calanthe repéra un regard sombre posé sur lui. Elle avait les bras croisé, habillé sombrement, elle le fixait sans aucun mot. Coquelicot, aussi adorable soit elle de ses un mètre cinquante cinq, elle était terrifiante. Cela ne présageait rien de bon quand elle attendait quelqu’un. D’un geste de la tête le brun l’invita à venir dans sa chambre, ils y seraient plus à l’aise ainsi.

Une fois la porte fermer, Calanthe se prépara dans une tenue simple la soirée était encore loin pas besoin de porter ses costumes qui laissait à peine la place à l’imagination. Le jeune femme se posa sur le lit et parla à voix basse. Papa avait une mission pour son fiston adoré, cela le fit grimacer, il n’y avait rien de bon dans les missions qui commençait si tôt. Il écouta la suite boutonnant sa chemise en laissant trois d’ouverte en un décolleté volontaire. Son geste se bloqua quand la brune parla d’aller chercher des tapis, il se retourna se demandant si cela n’était pas du foutage de gueule. Visiblement non, mais Coquelicot n’avait pas encore terminé ce qu’elle avait à dire. Un des tapis avait un message caché à l’intérieur, il serait d’ailleurs marqué d’un symbole que la jeune femme représenta du bout de son doigt sur la main du brun. Une fois… deux fois… trois fois… Elle le regarda pour voir s’il avait bien saisi, il reproduit le dessin sur sa main à elle. Oui il avait en tête à quoi ressemblait la chose. Un long soupire s’échappa de sa bouche, encore un. Elle sortit de l’argent de sa poche pour les courses et les posa dans la main de Calanthe, avant de partir.

Le brun resta un moment dans sa chambre pour terminer de se préparer. L’habitude le força à toujours faire attention à son apparence, pour aller chercher un tapis cela ne semblait pas utile pour les autres, mais pour les poupées c’était une publicité ambulante que de parcourir les rues de la ville. Masquant un peu ses cicatrices à son visage, il se regarda, il était loin d’être le plus beau ou le plus affriolant du Gloria, il était abîmé et les gens disaient qu’il n’était pas né ici, mais venait d’un endroit lointain. Son regard se posa loin du reflet et après un effort pour ne pas se laisser ronger par la colère, il quitta le Fantasmagloria pour trouver la tannerie de la ville.

Il y avait foule aujourd’hui pour des raisons qui sortait de l’esprit de la poupée et qui d’un côté n’avait aucune envie de le savoir. Il marcha la tête haute, un sourire aux lèvres alors qu’il n’avait aucune envie de faire le beau. Il sentait les regards sur lui, mais avec l’habitude cela devient comme les insultes que certains pouvaient lancer en journée et redire la nuit tomber dans un contexte bien moins agressif. Le brun formait encore et encore le symbole dans sa tête jusqu’à arriver à l’endroit demander.

Marquant un peu plus sous sourire séducteur, Calanthe entra dans la boutique. Il observa chaque recoins afin de ne pas être surpris par quoique ce soit ou qui que ce soit. Une sonnette trônait sur le comptoir, personne dans les environs. Il aurait été plus raisonnable de sonné et d’attendre, mais le brun était n’y résonné, n’y patient. Le bruit qu’il pouvait entendre au-delà de la pièce fit naître un brin de curiosité et le fit passer derrière le comptoir pour rejoindre l’arrière boutique. Il allait sûrement se faire taper sur les doigts pour avoir agit ainsi, mais son humeur taquine le faisait avancer jusqu’au bruit.

Plus il s’approchait plus in distinguait une silhouette travaillant la peau. La poupée observa un moment les actions du jeune homme en face. Charmant bout d’homme qui était reconnaissable entre mille avec cette cicatrice qui lui barrait le visage. Le brun s’appuya contre une des poutres de l’habitat avant de parler, faisant bien attention à articuler de manière à être compréhensible mais également à dissimuler sa langue noire et d’être le plus agréable que possible.

« Bonjour, désolé de vous dérangez, mais j’aurais besoin de quelques babioles que vous vendez. Vous pourriez peut être m'aider ? »  


La tête du blondinet lui parlait, mais ou es-ce qu’il l’avait vu, impossible de se le remémorer. Il secoua mentalement sa tête pour ne plus chercher cela, se contentent de regarder son interlocuteur aussi intéressant soit il physiquement. Il n'en restait pas moins un homme qui pourrait nuire à sa mission principale trouver la marque et des tapis pour le Gloria, mais bon s’il pouvait se faire de l’argent en passant il allait pas cracher dessus.

Tahn Celhán

Dhol Vokonov
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t164-dhol-ou-les-explorations-chimeriqueshttp://tahncelhan.forumactif.com/t141-dhol-vokonov
Informations généralesAge : 22 ansSexe : MasculinMonnaie : 265 agrilsInventaire : • Chevalière en or : portée à l'annulaire. Lui rappelle sans arrêt d'où il vient. Il la hait mais refuse de s'en séparer, ultime lien entre sa vie passée et celle ci.
• Sirop de Draën
Dhol VokonovVithang

Mar 17 Mar - 22:07


Travaux pratiques


« Quel est ton intérêt à venir travailler avec nous ? » J’avais dix-neuf ans. Le vieux avait décidé que je devais gagner ma vie, être auprès de la plèbe. Dans l’idée, je n’étais pas contre. Je devenais comme un chien à qui on servait de la pâtée chaque jour alors qu’il n’avait pas fini celle de la veille. Et je commençais à faire une indigestion des préceptes du Cyvir. Alors, obtenir une échappatoire, validé par l’ainé, en prime, je ne pouvais que saisir ma chance.

Me voila donc face une bonne femme bien portante. Une esoèd respectée et reconnues par ses pairs. La concurrence était rude avec les trois autres tanneries de la ville. Et je me demande bien pourquoi mon grand-père avait choisit son commerce plutôt qu’un autre. M’enfin, c’est le cadet de mes soucis. Elle m’avait posé cette question quand le vieux m’avait libéré de son joug. J’avais pris le temps de la réflexion.

« Un ersatz de liberté pour quelques heures »
C’est ce qui me vient en tête. Fuir serait plus à proprement parlé. Elle n’avait pas commenté, préférant enchaîner avec la présentation des lieux et des personnes. En sortie de la ville, on avait à faire à une véritable fourmilière. Et une violation de l’odorat en approche.

Il y avait dix ateliers : de la campagne jusqu’à l’expédition. Chaque atelier est géré par une personne spécifique. Pourquoi j’étais là ? Etre polyvalent et autonome à long terme. Je pouvais aussi me spécialiser dans un atelier, si j’en faisais la demande.

« Dhol, ce n’est pas le moment de t’endormir ! » Collègue qui me sort de mes songes. Trois ans que je me formais. Je n'avais choisi aucune spécialité, tous les ateliers étaient physiques mais au moins, je pouvais permettre aux autres d’échanger leur place par moment.

Pour l’heure, j’étais entrain de faire l’inventaire de nos commandes libres. J’avais décidé de passer à l’ornement, et je voulais faire quelque chose de plus précis et personnalisé à mettre dans le cabanon. En passant en revue tous les tapis, je pouvais savoir ce qui plaisait ou non et pouvoir le proposer à la vente. Que d’autres puissent avoir le même tapis que moi, ne me posait aucun problème. Qui sait, il sera invendable. M’enfin d’ici là, je devais compter et retenir les motifs qui s'étaient écoulé ou non.

Et j’étais bien heureux de travailler.
Occuper mon esprit pour limiter la déchéance.


Depuis mon retour de la baronnie voisine, je suis passé pour toutes les émotions, de la colère au déni, jusqu’au soulagement. J’avais la sensation de faire la partie retour. Peut-être que l’Azur me permettait de tenir également. Je savais que je refoulais mon véritable état d’esprit. Mais cela devenait nécessaire pour ne pas partager mon pitoyable esprit dans lequel je baignais à mon entourage. Je L’avais revu certes, mais à quel prix ?

Je devais en parler à Astilbe, qu’il me mette une baffe. Ou m’aide à comprendre la nature de mes sentiments. Ou devais-je arrêter ? Cela perdurait ces « entretiens »… J’étais effrayé .. A la fois, il était entré dans mon quotidien, tel le réceptacle d’impudentes pensées et il devenait presque un garde-fou. Encore un autre.

J’allais devoir couper court.
Avant lui.

Ce n’était pas une amitié. Horrible pensée. Un professeur avec son élève, je dirais. Au bout de tous ces mois, il était temps de m’envoler non ? Fusse le destin qui m’y un cas pratique sur mon chemin ?

« Bonjour, désolé de vous dérangez, mais j’aurais besoin de quelques babioles que vous vendez. Vous pourriez peut être m'aider ? » C’est un coup de coude dans les côtes qui me sort de mes songes. Je regarde autour de moi, pour y découvrir un intrus outrepassant l’accès interdit au public.

« On va commencer par respecter les lieux Sieur, vous êtes dans un lieu interdit »
Je le rappelle à l’ordre mais de façon lasse. J’attrape un chiffon pour me nettoyer les avant bras et enfile ma tunique d’apprenti. Je ne voulais pas qu’il s’attarde sur mes bras et épaules nus. « Concernant vos babioles, on vend principalement des tapis. Je crains de vous décevoir si vos attentes ne concernent pas nos marchandises. » J’ose un confiant regard sur sa personne. Un balafré. Ainsi, je n’étais plus seul dans le musée des horreurs. Cette remarque étire mes lippes en coin avant de refermer mon visage aussitôt. « Comment puis-je donc faire pour répondre votre satisfaction ? » Pompeux langage qui me donne la nausée. Mais le commerce est versatile, on ne peut se permettre de perdre un client.

Tahn Celhán

Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Mer 18 Mar - 9:58

Le loup montre les dents et  le paon fait la roue


Visiblement le tanneur était dans ses pensés, avant de répondre à son future client. Calanthe ne s’en formalisent pas, même du manque de politesse du blond qui ne l’avait pas saluer en retour. La poupée fixa le regard de son interlocuteur encore une zone interdite à franchir pour les gens comme lui, s’il avait vu sa langue noire, il lui aurait certainement demander de baisser les yeux ; Ce que Calanthe n’aurait pas fait, Loin de là. S’il y avait bien une chose qu’il détestait était de baisser les yeux face à un de ses gosses qui avaient tout depuis leurs naissances. Lui n’avait rien eu, même pas le luxe d’avoir de la liberté. C’est eux qui devrais être honteux de jouer les grands, alors que leurs mains sont aussi douce que le cul d’un bébé Woran. Le brun étudia chacun des gestes de Dhol tout en écoutant ce qu’il avait à lui dire. Il lui aurait bien dit qu’il était intéresser par ses babioles de famille, juste pour le géné, mais il avait dit qu’il ne ferait pas de vague… pas cette fois. Il haussa les épaules mécaniquement, plus pour une réponse silencieuse que pour dire qu’il s’en foutait royalement de ses marchandises, un tapis était un tapis pour lui rien d’autre.

Le sourire éclaire du blond amusa Calanthe et la phrase termina de lui arracher un rire.C’était vraiment trop tendancieux comme phrase, presque une phrase de poupée, qui jouait son rôle pour pouvoir manger et vivre. Il n’utiliserait plus cette phrase s’il le savait, mais c’était mieux qu’il reste ignorant, la au moins il le vouvoyait comme une vrais personne et ne lui crachait pas dessus.

« Vous pouvez déjà me dire bonjour, cela serait un peu plus correcte. Je suis navré pour la zone interdite je l’ignorais et la sonnette ne semblait pas vous dérangez de vos pensés. - il posa son regard sur le blond, plus précisément sur la cicatrice qui lui parcourait le visage. Encore un qui n’avait pas eu de chance, enfin partiellement.- C’est justement ce que je suis venu chercher des tapis. Deux ou trois d’ailleurs. »


Calanthe regarda un peu autour de lui cherchant du regard le symbole qu'on lui avait demander, ignorant totalement si c'était impolie ou non de ne plus regarder son interlocuteur pour la suite de la conversation. C'est sans lâcher son regard sur la mission qu'il s'était donner qu' il continua de parler.

« Vous auriez des tapis à poil long et des tapis à ornement? Je me suis décidé que sur cela, peut être que vous allez me surprendre. »

Déçu de ne pas voir ce qu’il cherchait il reporta son regard sur Dhol et retrouva un sourire enjôleur. Gardant toujours en tête de caché sa langue pour ne pas devoir batailler pour obtenir ce qu’il avait besoin. Les clients du Gloria aurait surement bien aimer un petit brin d'homme comme lui. Un blondinet avec des airs de mauvais garçon, de loubard qui viendrait arrêter un convois pour volé quelques bijoux.



Tahn Celhán

Dhol Vokonov
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t164-dhol-ou-les-explorations-chimeriqueshttp://tahncelhan.forumactif.com/t141-dhol-vokonov
Informations généralesAge : 22 ansSexe : MasculinMonnaie : 265 agrilsInventaire : • Chevalière en or : portée à l'annulaire. Lui rappelle sans arrêt d'où il vient. Il la hait mais refuse de s'en séparer, ultime lien entre sa vie passée et celle ci.
• Sirop de Draën
Dhol VokonovVithang

Jeu 19 Mar - 13:05

A POILS


« Vous pouvez déjà me dire bonjour, cela serait un peu plus correcte. Je suis navré pour la zone interdite je l’ignorais et la sonnette ne semblait pas vous dérangez de vos pensées. » En voila qui ne manque pas d’air. Je le détaille plus sérieusement. De quelle caste, pouvait-il être ? Je roule des yeux. Je voulais bien bichonner les clients mais fallait pas non plus abuser.

« Ce qui aurait été correct, serait d’attendre derrière le comptoir. » Donc ton bonjour, tu vas te le mettre au cul. Et repartir avec ta leçon de politesse. Je l’observe plus franchement, et fronce le regard. A croire qu’il savait d’office ce qu’il voulait. M’enfin, il voulait probablement récupérer une commande. Et il enchaine, précisant la raison de sa venue. « C’est justement ce que je suis venu chercher des tapis. Deux ou trois d’ailleurs. » Je me trompe totalement, touriste au possible. Je retiens un soupire. « Vous auriez des tapis à poil long et des tapis à ornement ? Je me suis décidé que sur cela, peut être que vous allez me surprendre. » J’avais envie de lui répondre que non et que les poils iraient dans son séant d’impoli.

L’humanité, une plaie.


Mon autre collègue se désolidarise et me plante avec notre client. Comme s'il avait mieux à faire. Sachant pertinemment, qu'il nous epiera pour ne rien louper de notre échange.

« Suivez-moi. » Nous nous enfonçons dans l’arrière-boutique, sous entendant que ceux présentés dans la boutique ne lui plaisait pas. Et je lui expose une dizaine de tapis, expliquant les fonctions et les façons de les traiter. « Ce dernier est en peau de ERKON À CRÊTE. Le prix est dissuasif mais de par les qualités qu ’il offre notamment la palette de couleurs dont possède sa peau, cela est clairement justifié sans parler de la campagne à réaliser pour l’attraper. » J'attends une réaction mais je sens bien qu'il en a rien à cirer de mon exposé. Il me faisait monter en pression.

Je passe à plus raisonnable en termes de prix. « En poils longs, nous avons les RHINOCÉROS LAINEUX, on fait campagne durant trois mois pour leur permettre de pouvoir se refaire le poil le restant de l’année. » Et je lui crache à la gueule tout mon apprentissage. « Alors, que choisissez-vous ? » Je me tourne face à lui, tentant de deviner ce qu’il allait acheter. Chemise ouverte, bas sans fioriture. Simple mais veut quand même accrocher l’œil. Embarquer le laineux. Classe, rechauffe une pièce mais peut se fondre à merveille avec la décoration du logis.

Tahn Celhán

Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Jeu 19 Mar - 16:41

Le loup montre les dents et  le paon fait la roue


Pas de bonjour, en voilà un qui avait mal encaisser ce matin. Le regard qu’il lançait à la poupée était pas vraiment agréable, mais bon avec un peu de chance, il ne savait pas encore ce que Calanthe était. Le camarade du blondinet abandonne celui-ci. Pour le tester ? Ou c’était juste pour glandé ? Il n’aura certainement jamais de réponse à cette question. Le brun sortit de ses pensés quand le tanneur l’invita à le suivre. Sans attendre Calanthe le suivit presque sagement, se concentrant pour ne pas avoir sa démarche féline qui était devenu depuis un moment sa démarche naturelle. L’homme qui lui présentait les tapis semblait autant fasciné que le pseudo acheteur. Et voilà qu’il lui sortait la magnificence de ses produits, un tel blabla répété comme une vieille compagne que l'on veut rassurer sur le faite qu’elle vieillit pas.

Heureusement que le tanneur posait souvent son regard sur lui, sinon Calanthe aurait plus regarder le marchant que les marchandises. Le brun se contenta de hocher la tête pour faire croire qu’il suivait la conversation, alors  qu’au fond de lui il cherchait à retrouver le fameux symbole. Pestant au fond de lui de pas le trouver.

Quand Dhol se tourna vers lui en lui posant la question, la poupée mit un moment à répondre, s’approchant des tapis de Rhinocéros laineux pour le toucher. Ils en avaient au Gloria et ils ne servaient pas uniquement à faire jolie dans la pièce. Il fallait gagner du temps pour trouver le tapis si particulier aux yeux d’Astilbe.

« Vous n’avez rien de plus exotique ? » Il posa son regard sur le marchant « Nous… enfin j’aimerais une chose que je n’ai pas chez moi, une nouveauté ou bien quelques chose d’exceptionnel. »Calanthe lança un sourire charmeur, sans vraiment le vouloir, plus par réflexe. Il trouva bon également de rajouter. «  Ce sont de très belle réalisation, n’en doutez pas, mais se sont des choses que l’on voit tout le temps. La laine de Rhinocéros est bien agréable, mais mise à part s’allonger dessus pour cou… coucher des lignes sur un carnet, mais j’aimerais une chose qui donne moins l’impression d’un vieux schnock.  J’aimerais une chose unique, tient un peu comme vous. »

D’accord il était à deux doigts de se faire avoir et par lui même en plus. Chasser le naturelle et il revient au galop… il était plus trop sur que ce soit la bonne citation, mais d’après ce que lui lisait Coquelicot, c’était un truc du genre.  Sa fin était un peu plus chaotique, il voulait dire autre chose mais sa connerie était sortit bien avant qu’il ne la face tourné dans sa bouche. Calanthe n’était pas le meilleurs pour blablaté et là il avait plus envie de rentrer ou d’être taquin avec un des pensionnaires de la tannerie, juste pour faire chier, mais bon papa avait demander à être sage et de trouver un foutu tapis, qui avec la chance qu’avait la poupée, serait certainement pas arriver ou pas encore faire, alors qu’il lui fallait le putain de mot dedans. Impossible de comprendre pourquoi le supérieur d’Astilbe jouait à cache cache avec ses petits mots, il avait quoi huit ans ?  Le brun se frotta la nuque doucement pour se calmer les nerfs et se concentrer sur le symbole et le blondinet.

Bon à défaut de trouver seul le tapis, il allait devoir jouer finement avec le vendeur, pour avoir ce qu’il voulait de façon innocente et sympathique. Il se tourne donc vers Dhol, puis s’approcha de lui assez proche pour que son parfum vanillier se fasse sentir et prend une voix un peu moins pompeuse.

« Je cherche un symbole particulier, c’est un cadeau pour une amie, qui à pour signification force et plénitude. Je peux avoir votre main pour vous montrez le symbole que je cherche ? »


Il cherchait à jouer l’homme mignon et amoureux. Oublient un moment que d’aussi prêt le blondinet pouvait facilement voir sa langue. Deux mots naquit dans son esprit sans pouvoir sortir, bloquer par des lèvres serré en un rictus sympathique en coin

Et merde...




Tahn Celhán

Dhol Vokonov
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t164-dhol-ou-les-explorations-chimeriqueshttp://tahncelhan.forumactif.com/t141-dhol-vokonov
Informations généralesAge : 22 ansSexe : MasculinMonnaie : 265 agrilsInventaire : • Chevalière en or : portée à l'annulaire. Lui rappelle sans arrêt d'où il vient. Il la hait mais refuse de s'en séparer, ultime lien entre sa vie passée et celle ci.
• Sirop de Draën
Dhol VokonovVithang

Mar 31 Mar - 22:52

Farfelue


« Vous n’avez rien de plus exotique ? Nous… enfin j’aimerais une chose que je n’ai pas chez moi, une nouveauté ou bien quelque chose d’exceptionnel. » J’arque un sourcil et le toise en biais. Il se fout de ma gueule ? Je peux lui dire que les poils de son fessier, sont peut-être exotique et qu’on a le matériel pour lui faire un tapis ? Je serre la mâchoire. Je ne lui fais pas confiance. Bien trop à l'aise dans ma boutique. « Ce sont de très belle réalisation, n’en doutez pas, mais se sont des choses que l’on voit tout le temps. La laine de Rhinocéros est bien agréable, mais mise à part s’allonger dessus pour cou… coucher des lignes sur un carnet, mais j’aimerais une chose qui donne moins l’impression d’un vieux schnock.  J’aimerais une chose unique, tient un peu comme vous. » Je déteste les clients surtout quand ils te caressent dans le sens de la crinière pour mieux te frapper avec un mais. Supplément, une explication à dormir dehors. Je le regarde de haut en bas, et je l’imagine entrain de s’étaler dessus pour s’adonner à sa lecture. Je réprime une grimace de dégout. Vraiment, les gens ont des goûts particuliers. Je me fige à sa derniere phrase.

Il me fait quoi ?
Du charme ?!

Non mais pourquoi, ça tombe toujours sur moi. J’ai la gueule d’un mignon ? Ca me donne des envies de meurtre. Au doigt mouillé, je sentais qu’il ne faisait que commençait son numéro. « Je cherche un symbole particulier, c’est un cadeau pour une amie, qui à pour signification force et plénitude. Je peux avoir votre main pour vous montrer le symbole que je cherche ? » Qu’est-ce que je disais .. Je planque mes mains derrière mon dos. « Les employés ne touchent pas les clients. Je tiens à mon emploi » C’était totalement faux mais je ne voulais pas être complice de ses folies. Mais l’etrange homme ne semblait pas du même avis, s’approchant de moi, rompant ma sphère privée, quand il attend ma main dans la sienne. Je le toise à nouveau et dans un long soupire, je m’exécute.

Faible homme que je suis.
Ne voyant qu'amas de pièces sonnantes et trébuchantes en ce monsieur.

« Il aurait été plus judicieux de l’écrire sur du papier. A moins, que vous ayez de farfelus pouvoirs et que votre symbole s’encre dans ma main. »
Je le regarde, incrédule. J'attendais presque qu'il confirme mes propos. Je fixe sa main, mais rien ne se passe. Déception. De peur de croiser son regard, je préfère passer en revue l’allée des tapis un peu plus excentriques, si je peux dire. Comme lui, au final.

Tahn Celhán

Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Mer 1 Avr - 13:24

Le loup montre les dents et  le paon fait la roue


Visiblement peu réceptif le vendeur le regardait comme une bête étrange. Cela ne le changeait pas vraiment de d’habitude il faut l’avouer. Quand le regard du tanneur coula sur lui de haut en bas, Calanthe leva les yeux sans vraiment pouvoir contrôler cela, il n’avait pas la moindre idée de ce que le blondinet pouvait avoir en tête et d’un côté il avait pas envie de le savoir. Certainement du dégoût s’il avait vu ce qu’il était vraiment ou bien juste le prendre comme un abrutie de woran.

En le voyant cacher ses mains, le brun fronça les sourcils, donc il avait bien vu qui il était vraiment et sa raison bidon de pas le toucher aura bien fait éclaté de rire Calanthe s’il n’avait pas sa mission à faire. Dans sa tête La poupée lui répondait violemment ‘’ tu crois quoi que je donne la mort quand je touche quelqu’un ? Pauvre abrutie d’ignorant.’’ Finalement le vendeur lui tendit la main, décidément il n’y avait bien qu’une règle en ce monde, on pouvait bien être le pire des monstres on te donnera tout tant que tu donne de l’argent. Il était presque dégoûté qu’on agisse ainsi avec lui, les gens étaient tous faux, il n’y avait que les langues noires qui étaient vrais entres elles. Le tanneur avait soupirer en donnant sa main. La poupée la prit doucement entre ses doigts, habituer à cette comédie qui n’avait plus de sens. Du bout de son doigt il dessina le symbole au creux de la main de Dhol, arborant un sourire vide de sentiment. Une fois le symbole terminer d’être tracer, il regarda le vendeur et lâcha la main doucement, alors qu’il aurait voulu la lâcher bien plus brutalement. Avec un peu de chance le tanneur ne traînait pas au Gloria et ne pourrai jamais le revoir.

Les paroles du blond l’aurait bien amuser dans une autre situation, la tout sonnait creux et le brun ne voulait plus jouer. Une réplique mourra au bord de ses lèvres, attendant de ravaler ses amers parole et ria un peu. Voulant cracher la fin de sa phrase tellement il haïssait ses êtres qui n'était jamais là quand le monde devenait mauvais et qui laissait dans la misère et la détresses les gens biens et engrossai de nourriture et d’orgueil les plus riches.

« Je voulais garder cela secret, un bout de papier se perd facilement. Je n’ai aucun pouvoir magique grand bien m’en fasse. La mère et les pères m'en garde. »

Calanthe aurait bien voulu voir autre chose s’encre dans la main des veines noirâtres, histoire de voir ce que cela fait d’être un pestiféré ou bien simplement le service trois pièces d'un homme, histoire de voir sa réaction paniquer. Voilà qu’il ne le regardait plus, il ne comprenait même plus l’utilité de garder son rôle d’acheteur. Il croisa ses bras en regardant les tapis plus excentriques. Il les regarda toucha certain d’entre eux et s’arrêta sur l’un d’eux un peu plus longuement. Les figures étaient belles,le paon était un ravissement, cela devait prendre un travail monstrueux à faire. l’animal n’était pas au centre de la mosaïque,mais restait le plus bel élément de la tapisserie . Un superbe travail qui allait être gâcher dans l’antre d’un être immonde. Son regard se détacha du tapis au moment même où il rompait le contacte avec sa main.

La poupée continua d'inspecter les autres tapis jusqu’à tomber sur celui au symbole. Il n’était pas aussi beau que le précédent, mais il était ce qu’on lui avait demander.

«  Il y a t’il d’autre tapis  avec ce symbole ? C’est exactement celui qui me faut pour mon amie. C’est un travail remarquable savez vous qui là fait? J’aimerais le félicité pour son travail.»


Il chercha au plus profond de lui le sourire charmant que ses vieux démons cherchaient à terrer sous l’oublie pour lui faire perdre tout d’espoir. Il sourit au vendeur, se voulant un brin séducteur.

« Je savais qu'en venant ici je trouverais mon bonheur, s’il n’y a aucun autre tapis avec ce symbole je vous prend celui-ci déjà. Puis je avoir le prix ? »




Tahn Celhán

Dhol Vokonov
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t164-dhol-ou-les-explorations-chimeriqueshttp://tahncelhan.forumactif.com/t141-dhol-vokonov
Informations généralesAge : 22 ansSexe : MasculinMonnaie : 265 agrilsInventaire : • Chevalière en or : portée à l'annulaire. Lui rappelle sans arrêt d'où il vient. Il la hait mais refuse de s'en séparer, ultime lien entre sa vie passée et celle ci.
• Sirop de Draën
Dhol VokonovVithang

Dim 12 Avr - 12:38

Exorbitant



Le fameux symbole.
Déjà oublié d’ailleurs.
Je le laisse faire à sa guise.

Comme on dit, on n’est jamais mieux servi que par soi-même, alors d’un geste de la main, je le laisse fouiller. Ce n’est pas la coutume de la boutique mais le Farfelu me rassure guère. Autant raccourcir sa présence dans les lieux. Je l’observe s’agiter. Je connais bien du monde mais celui-ci ne me disait strictement rien. Charpenté de la sorte, dans quoi pouvait-il travailler ? Le divertissement, pour sûr. Le Cirque ? Mon regard s’attarde sur sa musculature, ses traits du visage, ses mains parfaitement manucurées.

Stop Dhol,
Tu me fais quoi là ?

Je lui fais dos pour masquer mon égarement et sursaute légèrement quand il me questionne. Décidément, je ne suis guère à l'aise avec sa personne. Et c'est bien rare qu'on me déclenche de quelques ressentiments.

« Il y a-t-il d’autre tapis avec ce symbole ? C’est exactement celui qui me faut pour mon amie. C’est un travail remarquable savez-vous qui la fait ? J’aimerais la féliciter pour son travail. »


Je me racle la gorge pour faire partir ce troublant malentendu de mon fort intérieur. C’est ce foutu Astilbe qui me fout en vrac. Quelle stupide idée ai-je eu encore ? Je soupire longuement, j’arrivais à m’agacer moi-même.

« De mémoire, je pense que c’est le seul exemplaire que nous disposons. Et je vous avoue que je ne l’avais pas remarqué jusqu’à présent. Et non, je n’ai pas fait celui-là. J’en suis encore aux simples arabesques. Mais je transmettrais vos éloges à mon partenaire. »


De plus, la personne en question, ne supporte pas d’échanger avec les clients. C’était trop d'efforts à lui demander sachant le taciturne personnage qu’il était. Mais l’idée de les faire rencontrer pouvait être assez plaisant à voir. Risquée voire violente. Je marque une pause dans mes pensées. Aux oubliettes. Je remonte mon attention sur .. Ce charmant sourire.

STOP DHOL !


Faut que je raconte tout cela à Astilbe ou l’engueuler ! Les deux, à vrai dire. Ca soulagera ma conscience. Je conserve un visage assez neutre mais prêt à vendre mon grand-père s’il le fallait.

Funeste pensée.

« Je savais qu'en venant ici je trouverais mon bonheur, s’il n’y a aucun autre tapis avec ce symbole je vous prends celui-ci déjà. Puis je avoir le prix ? »

Celui avec le Paon, il est vrai qu’il est d’une rare beauté. Six mois être confectionné avec une peau venue d’un autre pays. On n’en a jamais su plus de notre patronne. Je ne sais pas trop, si je dois le vendre. M’enfin, il y a un preneur. Je m’approche, frôlant l’homme et me hisse sur la pointe des pieds afin de lire l’étiquette.

Je reste sans voix.
Ah .. D’accord ..
Je ne pensais pas autant.
Comment lui annoncer ?

« Vous devez savoir qu’il vient d’une lointaine contrée et la confectionner a été étalé sur des moins, afin de conserver toute la noblesse de la peau. C’est un unique exemplaire. Savez-vous où vous comptez l’exposer ? »


Est-ce que je gagnais du temps avant de lui couper tout espoir ? Fort probable ! Mais au moins, j’étais certain qu’il allait repartir avec au moins un tapis. Une vente est une vente. Cela éclaircirait ma journée, faut bien l’avouer.


Tahn Celhán

Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Dim 12 Avr - 14:57

Le loup montre les dents et  le paon fait la roue


Le brun prit mal le sursaut du vendeur, il allait pas lui sauté dessus pour le forcer à payer quoique ce soit. Dès que les gens remarquent qu’ils étaient des poupées, leurs comportement changeait radicalement, ils devenaient mauvais, tendu, pensant certainement qu’ils allaient, leurs retirer toute la puretés putride, qu’ils se gavait durant la messe, pour se rassurer.  Il cacha son amertume en gardant son sourire.

Calanthe écouta la réponse du jeune homme, ne le quittant pas une seule seconde du regard. Dommage que le travail n’était pas de lui, il aurait fait en sorte de le mettre encore plus mal à l’aise en la présence d’une poupée, juste pour s’amuser ou pour qu’il ne vienne jamais mettre les pieds dans la fabuleuse, la grandiose boutique du plaisir interdit et pourtant légale, car l’argent est aveugle et sans odeur.

Dans tous les cas, il y avait une bonne nouvelle dans cette histoire,  il avait le tapis. Prochaine mission, il devait donner l’argent au blondinet et reprendre le chemin du Gloria, remettre le bien de sa mission avant de pouvoir espérer, pouvoir aller boire un coup avec d’autre langues noire, avant d’aller travailler dans une tenue légère et gérer les attaques lubrique, des clients idiots près à vendre leurs secrets, pour des mots doux et du plaisir illusoire afin de les rassurées.

Les regards du blond fit sortir de son esprit le brun. Ils étaient troublant et la poupée ne savait pas comment les prendre.Dégoût? pitié? envie? colère cacher? Non il ne fallait pas chercher ce qui se cachait derrière, une des nombreuses règles qu’il avait apprise en arrivant au Gloria. Il les laissa alors à leurs place sans chercher à comprendre plus de ce que le tanneur avait en tête.

Attendant la réponse à ses questions , il traça à nouveau son regard charmeur, coulant presque sur Dhol. Quand il s’approcha, le frôlant innocemment, Calanthe eu l’envie de le mettre encore plus mal à l’aise. Non il fallait chasser de son esprit cette idée, il risquerait de lui posé des problèmes par la suite, bien plus qu’il n’allait en tirer la moindre satisfaction…c’était pourtant tentant… tellement satisfaisant... Et puis tant pis, pour les remontrances d’Astilbe, au moins il allait pouvoir s’amuser de la réaction du blondinet et au pire, dire que c’est lui qui avait cherché le contacte.

Il se recula un peu pour lui laisser la place de regarder, attardant son regard sur le tanneur et se rapprocha de sa démarche féline qui ne le quittait plus, sauf quand il se concentrait pour la chasser. Comme pour entendre un peu mieux ce qu’il avait à lui dire. Un sourire taquin s'affiche sur ses lèvres quand il entendit ce qu’il lui disait. Tapis… terre lointaine… des mois… bla bla bla. Plus le jeune homme parlait plus Calanthe arrivait dans son dos, frôlant le corps qui le renseigne et répondit dans un murmure proche de l’oreille du vendeur.

« Dans ma chambre au dessus de la cheminé, en face de mon lit. »


Le brun faisait attention de ne pas toucher le corps du vendeur. Le tanneur avait beau tourner autour du pot, la poupée savait déjà que le tapis coûterait cher, bien trop cher pour que Calanthe puisse ce l’acheter sans avoir de l’aide. Mais pourquoi pas jouer un peu plus maintenant que la partie venait de commencer. Restant aussi proche que le permettait le vendeur il continua à parler.

« Les plus belle choses viennent de contré lointaine et traîne sur la longueur. »



Tahn Celhán

Dhol Vokonov
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t164-dhol-ou-les-explorations-chimeriqueshttp://tahncelhan.forumactif.com/t141-dhol-vokonov
Informations généralesAge : 22 ansSexe : MasculinMonnaie : 265 agrilsInventaire : • Chevalière en or : portée à l'annulaire. Lui rappelle sans arrêt d'où il vient. Il la hait mais refuse de s'en séparer, ultime lien entre sa vie passée et celle ci.
• Sirop de Draën
Dhol VokonovVithang

Mar 28 Avr - 9:41

Anthropie



« Dans ma chambre au-dessus de la cheminé, en face de mon lit. »

Je ..Qu’est-ce que .. ? Souffle qui chatouille mon oreille. Il me fait quoi là ? Je ne savais plus comment réagir. Je serre le maxillaire. Je n’étais pas prêt à sentir un homme dans mon dos. Enfin .. Si .. Quoi que non .. Aaaargh, je ne sais plus ! Et je me fais violence pour ne pas le repousser. Parce que là, maintenant, tout de suite, dans ma boutique, je n’étais pas préparé pour un masculin contact. En dehors de l’autre nain. Et puis, je ne voulais pas perdre mon emploi. Je me demande lequel des deux serait en faute ?  Et si quelqu’un surgissait, et nous surprenait dans cette position, qu’allait-il penser ? Ca m’est arrivé une fois de surprendre mais c’était un couple autorisé. Cesse de penser Dhol, tu as un job à faire.

« Je vous conseillerais plutôt de l’éloigner d’une source chaude directe, c’est accélérer sa fin de vie. »

Je crois que je suis tétanisé ou une partie de moi, s’exerce à accepter le contact de la gente masculine. Je déraille, c’est officiel. Et pourtant, je continue à me mettre en difficulté en lui faisant face.

« Mais libre à vous, je ne suis pas le tapis après tout, je ne suis qu’un simple vendeur. »

Cette fois, je ne peux plus le nier, je suis bon à être interner. Torses frôlés, je le détaille plus que de raison. Et je me sens comme prisonnier, j’étais la proie d’un prédateur. Désagréable sensation. Et pourtant, je ne bouge pas. L’affronter. Non, assumer ce déviant penchant. Du moins, y travailler.

« Les plus belles choses viennent de contrées lointaines et traîne sur la longueur. »

Peau légèrement halée venait-il d’une de ses fameuses contrées lointaines ?

« Comment pouvez-vous l’affirmer ? »


Je devenais curieux de l’excentrique personne. Et cette fois, j’impose une distance … En croisant mes bras mais je ne recule pas. DE toute façon, j’étais coincé entre lui et le portant de tapis.

« Est-ce pour cette raison que vous êtes prêt à payer pour un tapis hors-de-prix ? »

Et plus rien n’existe, quand je le questionne, cela devenait une curieuse et anthropique conversation. Je relève lentement mon regard doré vers mon ainé. Je suis entrain de signer mon arrêt de mort à jouer ainsi.

Tahn Celhán

Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Mar 28 Avr - 14:04

Troubles


Calanthe s’attend à être repousser par le tanneur. Il attendait quoi pour le faire ? La poupée regarde la nuque du blond, mais le discours que lui sortit le jeune homme perturba le brun. Il était tellement professionnel et cela était impensable vu la situation. Calanthe cherche à comprendre si le blond voulait lui faire passer un autre message que le côté professionnel de sa phrase. Quand le tanneur lui fait enfin face, le brun le regarde, perturber par les dire du blond.

Calanthe se secoue la tête, il ne devait certainement pas dire ce qu’il pensait. Il donnait juste un conseil, il ne cachait pas de message dans son texte. Voilà qu’ils étaient tout les deux en face à face, si près...si près… le tanneur le regardait c’était étrange comme situation, même pour lui. Est ce qu’il s’était tromper ? Est ce qu’il savait vraiment ce qu’il était ?

Des questions, elles arrivaient toujours au bout d’un moment, mais celles-ci étaient différentes. Il restait dans son travail comme-si de rien n’était. Peut être qu’il jouait lui aussi ? Et si c’était le cas est ce qu’il devait continuer ? Voilà le retour des question sans réponse.

Le tanneur avait croisé les bras, une position pour paraître plus détendu, faire comprendre que ce n’était que comme ça, rien de plus qu’un jeu ou un moyen de se protéger ? Mais si Calanthe avait l’impression d’être le seul vrais joueur de la partie, quand le regard de Dhol se pose dans les siens. Il le sentit, il n’était plus seul et là c’était une foule de question qui lui venait en tête. Est ce qu’il était nécessaire de continuer à jouer ? Allait il pas avoir des problèmes à faire cela  plus que de raison ? Le jeu était il vraiment utile ? Et si cela allait trop loin pouvait il s’échapper ? Une crispation se glissa dans sa mâchoire. Le brun se frappa mentalement pour se pousser à répondre aux questions. Jouer les innocents, il verrait après.

«  Je m’y connais un peu en belle chose qui traîne sur la longueur. »

La poupée lâcha un sourire séducteur en continuant de regarder le jeune homme en face de lui. Il était plutôt mignon à le regarder de plus près et il aurait bien suivit, de sa langue, la cicatrice sur le nez du blondinet. Mais ce n’était ni le moment, ni une bonne idée.

«  C’est possible ou bien c’est pour une amie qui m'est très chère qui sait. »

Il lâcha un petit rire amusé, laissant leurs position comme elle était, ne s’approchant pas plus de lui et ne reculant pas non plus.

« Donc cette beauté à un prix élevé, je peux le connaître ou vous souhaitez me le dire d’un peu plus près au creux de l’oreille? »

Sa phrase lui donnait envie de vomir, cela sonnait comme ses affreuses paroles que lui disait les clients du Gloria. On fond de lui, il voulait que le tanneur le repousse, qu’il ne souhaite plus jouer. Soit il voulait vraiment vendre le tapis soit il était intéressée et ce n’était pas bon signe.

A quoi bon réfléchir à ce qui allait se passer, de toute façon ils étaient que tout les deux pour le moment et il allait se faire jeter avec cette attaque. Calanthe se pencha vers le tanneur, un geste calculer pour lui donner l’impression qu’il allait l’embrasser, mais se décalant juste assez pour frôler la joue du blond et regarder le prix du tapis. Son torse entrait en contacte avec les bras de Dhol. Le prix était exorbitant comment c’est possible qu’une tel chose soit à ce prix. Le brun garda sa surprise pour lui, murmurant d’un léger souffle.

« Je vais vous le prendre, mon cher. »

Ce qu’il fait n’a aucun sens, la poupée le sait bien, mais l’envie de le faire et plus forte. La même phrase tourne dans ça tête « rejette moi ! ». Il pouvait le faire, il le ferait, il devait le faire, c’était la la logique des choses. De jours, les gens comme lui rejetait les poupées, c’est l’ordre des choses. Deux hommes n’ont pas à agir ainsi entre eux, alors pourquoi il laissait faire ? Il restait là attendant de le sentir le repousser. Le tanneur était une belle chose, légèrement brisé physiquement en vu de sa cicatrice, mais d’une triste perfection à l’intérieur. Il n’avait pas d’intérêt pour la poupée si ce n’est physiquement. Trop de beauté, cela avait le goût de cendre pour Calanthe. Un masque immonde que les clients du Gloria porte pour jouer les princes et princesse d’un monde merveilleux, mais qui l’instant d’après crache à la figure tel les sheigs qui les dégoûtent tant.

Tahn Celhán

Dhol Vokonov
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t164-dhol-ou-les-explorations-chimeriqueshttp://tahncelhan.forumactif.com/t141-dhol-vokonov
Informations généralesAge : 22 ansSexe : MasculinMonnaie : 265 agrilsInventaire : • Chevalière en or : portée à l'annulaire. Lui rappelle sans arrêt d'où il vient. Il la hait mais refuse de s'en séparer, ultime lien entre sa vie passée et celle ci.
• Sirop de Draën
Dhol VokonovVithang

Mar 28 Avr - 15:18
Dhol Vokonov a écrit:


Revelation


Le prédateur s’approche de sa proie. Mais je ne fais rien. Bien au contraire. Je veux connaitre mes limites. Je veux savoir jusqu’où je peux tenir, aussi près d’un autre homme. Je ne détourne pas le regard. Et pire, il s’approche. Moment de panique. M’embrasser. Non, il n’oserait quand même pas … Je retiens ma respiration. Et de nouveau, il vient taquiner mon oreille.

« Je vais vous le prendre, mon cher. »


Tornade qui se fait dans mon fort intérieur. Je devais tenir mon masque. Qui pouvait-il être pour déclencher tout et son contraire en moi ? Un prestidigitateur, à coup sûr. Je décroise lentement mes bras, et dans un élan d’audace, de curiosité et d’assouvir un besoin de défi ultime, je pose mes paumes sur son torse. Une insoupçonnée musculature se révèle à moi. Et je pense que j’apprécie. Je n’en suis pas certain. Dhol, tu touches un second homme. Et cela ne me dégoute pas. J’ai peur de cette conclusion. Je n’arrive pas à croire ce que je fais. Comme si, c’était un autre qui avait pris possession de mes moyens. Je décale mon visage, s’il le voulait, nos lèvres seraient scellées. Que fais-tu Dhol ? Tu perds la tête bon sang ! Je me concentre pour respirer normalement et masquer à quel point la situation me depassait. La folie s’est emparé de moi. C’est ce que je dirais si on nous surprend. Je ne l’accuserais même pas.. Parce que j’ai provoqué ce duel. Quoi qu’il l’a aussi cherché. Coupables tous les deux. Dois-je notifier que j’avais cru comprendre, je vais vous prendre mon cher ? J’en rougis de plus belle. Il est grand temps que je me tourne vers la gente feminine afin de remettre de l’ordre dans mes idées.

« Comme vous semblez determiner à aller jusqu’au bout. Il va me falloir, un nom, une adresse afin de vous le livrer et l’heure, serait bien aussi. Quand vous voudrez-vous le recevoir ? »

Je passe discrètement ma langue pour humidifier mes pulpeuses, et ne pas restait sans rien faire. Oubliant que je le touche. Mes mains ne tremblent pas, et je les descends même pour .. Qu'est-ce que je suis entrain de faire .. ?

Tahn Celhán

Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Mar 28 Avr - 16:28

Troubles


Les mains du tanneur posé sur son torse auraient dû le rassurer, mais c'était tout le contraire qui se déroulait. Rien ne se déroulait comme prévue. Pourquoi il ne le repoussait pas ? Pourquoi il restait là? Il faisait cela pour vendre son tapis à n'importe quel prix? Quel idée de juste les poser là sans rien faire. Bon il est vrais qu’il avait cherché le contacte, qu’il faisait tout pour que cela soit ambiguë. Ils devaient avoir l’air de deux amants près à se sauté dessus au moindre mouvement de l’autre. Le brun cherchait à se calmer doucement, ne rien montré du trouble dans son esprit. Il ne récoltait que ce qu'il avait semer.

Si elles n’étaient pas là pour le repousser, elles étaient comme les autres. Lui brûlant le torse, une brûlure qui revenait comme chaque soir, il était encore étonné de ne pas voir les marques des mains sur son corps. Il n'y avait que deux camps possible dans son esprit et les deux étaient mauvais. Calanthe, les yeux suspendu à se regard, vois à peine les rougeurs qui naisse, glissant son regard sur les lèvres dont des mots sortent. Elles ne devaient avoir aucune saveur, mais la certain avait l’effet de couteau se plantant avec violence dans sa tête et dans son coeur.

Il voulait un nom… Il voulait une adresse pour livrer le tapis… Il pouvait pas juste partir avec ? Merde… le voilà dans une belle affaire… Il se mordit la lèvre inférieur… alors que le tanneur lui semblait animé d’une tout autre ferveur… qui livrait un tout autre sens au message précédent… Il manquait plus que le combien.

La poupée laissa les mains sur lui peu importe ou elles allaient ce n’était qu’une habitude, une brûlure qu’il tenterait d’effacer sous la douche en rentrant.

«  Je ne peux pas le prendre dès maintenant ? »

Sa voix était douce, mais un peu troublé. Il voulait qu’il lui dise oui, lui serrer la main et partir avec le tapis rien d’autre. Il ne voulait pas de rendez vous avec le blondinet, il voulait pas le caresser et coucher avec lui, pour avoir son argent et partir le voir partir comme un bienheureux et lui toujours un peu plus dégoûter du monde. C’était juste un bel écrin, il était comme les autres. Il sait ce qu’il veut et peut être qu’il l’aura s’il le retrouvait au Gloria. S'il allait trop bas, il lui donnerait juste ce qu'il voulait et au moins cela serait terminer.


Tahn Celhán

Dhol Vokonov
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttp://tahncelhan.forumactif.com/t164-dhol-ou-les-explorations-chimeriqueshttp://tahncelhan.forumactif.com/t141-dhol-vokonov
Informations généralesAge : 22 ansSexe : MasculinMonnaie : 265 agrilsInventaire : • Chevalière en or : portée à l'annulaire. Lui rappelle sans arrêt d'où il vient. Il la hait mais refuse de s'en séparer, ultime lien entre sa vie passée et celle ci.
• Sirop de Draën
Dhol VokonovVithang

Mer 29 Avr - 13:47
Dhol Vokonov a écrit:


Curiosité

« Je ne peux pas le prendre dès maintenant ? »

Je m’attendais à me faire violenter. J’ai mes mains posées sur lui. N’est-ce pas une violation de son intimité ? Enfin de sa zone de confidentialité. Car je n’aurais jamais osé aller plus en bas. Pas ainsi, ni ici. Suis-je vraiment entrain de penser à de chastes ébats ? Le Nain m’avait fait découvrir les plaisirs masculins. Je devais bien l’avouer, fort plaisant. Mais tout aussi déroutant, je ne devais aimer cette déviance. Tu dérailles, reprends-toi, pardi ! Je le regarde, encore et encore, le détaillant. Était-il aussi déboussolé par ce qui se passe ? Son esprit s’envole – t – il vers des interdits ? Sa question me fait doucement rire.

« Nous devons vérifier qu’il n’y ait aucun défaut sur les tapis. Procéder au dernier vernissage afin qu’ils perdurent dans le temps et surtout les répertorier pour suivre nos comptes. D’autant vous n’avez pas pris les bas coûts. Nous devons vous montrer toute notre gratitude afin de vous fidéliser. Il y a toute une procédure à respecter. Vous m’en voyez désolé. »

J’étais déjà entrain de me trahir à commencer à apprécier ce contact, je n’allais pas en prime, gâcher tout mon travail. J’avais l’impression de me vendre également, pour qu’il ait vraiment ces deux tapis. Avais-je envie qu’il m’embarque ? Malicieux comportement dirait oui pour assouvir ma curiosité. Mais mon sérieux me hurlait de me détacher de lui.

« Un souci ? »

J’arque un sourcil, curieux. Pourquoi avait-il la crainte que je sache où pouvait-il vivre ? Cela redoublait mon attention pour sa personne.

« Si vous ne voulez pas de moi, je peux envoyer quelqu’un d’autre. Il n’y aura aucune offense à ce sujet. »


Je ne sais pourquoi, je dis ça. Parce qu’en soit, on s’en fout de qui livrera ces fichus tapis. La vérité est que je voulais comprendre l’engrenage qu’il était. La Folie qu’il représentait. Il devenait un sujet à mes yeux. Comment pouvait-il être aussi léger dans ce monde ? J’aimerais avoir des réponses. Mes mains ne bougent pas et je n’ai toujours pas la force de le repousser. Etre enveloppé dans une étrange chaleur que je n’assume pas.

L’issue de ce silencieux échange entre nos deux corps me fait peur.

Tahn Celhán

Calanthe Saeter
Afficher le résumé
Voir le profil de l'utilisateurhttps://tahncelhan.forumactif.com/t227-calanthe-saeterhttps://tahncelhan.forumactif.com/t220-calanthe-orchide-des-rues
Informations généralesGroupe : HaarvarnAge : 27Sexe : MasculinClasse sociale : SheigMonnaie : 90 agrilsInventaire : Tenue Ordinaire
2 coupons de 30%
une broche ayant la forme d’une Calanthe
surin
Bandeau : https://i.servimg.com/u/f11/20/16/55/32/sans_t15.jpg

Mer 29 Avr - 15:01

Troubles


La réponse ne convenait pas du tout. Il voulait juste prendre les tapis et partir rien de plus. Pourquoi il y avait besoin de tant de chose pour deux tapis. Voilà qui était vraiment problématique pour Calanthe, s’il lui demandait de livrer les tapis au Gloria, il allait savoir d’où il venait. Il avait bien eu l’idée de faire livré cela dans l’habitation de son enfance, mais rien que d’y penser un frisson lui parcouru l’échine de bas en haut. Une terreur qui n’avait plus de raison d’être, mais qui pourtant était nettement présente.

Le vendeur montrait déjà sa gratitude avec son attitude, mais la poupée se garda bien de lui dire. Il disait être désolé. Peut être que c’était vrais, mais pour le moment cela lui posait problème. Il ne savait pas bien ce que voulait vraiment faire le tanneur. Il avait dû sentir le trouble dans l’esprit du brun, car celui-ci lui demanda s’il avait un souci. Calanthe le regarda, voyant qu’il arquait le sourcil. Il lui aurait bien tout balancer. Tout lui dire pour pas qu’il pose d’autres questions. Puis pourquoi il voulait lui cacher d’ailleurs ? Il savait déjà qu’il était une poupée alors savoir s’il était de l’une ou de l’autre maison. Il se mordit légèrement la lèvre inférieur, jusqu’à entendre la suite, qui le fit légèrement sourire. S’il voulait pas de lui, un sourire plus franc s'affiche sur le visage de la poupée. Le brun pose doucement sa main sur la joue de Dhol.

« Non cela ne me dérange pas que cela soit vous qui me livrer. »

Il glissa ses doigts sur la joue, descendant dans le cou du tanneur, jusqu’à sa clavicule. Regardant le chemin qu’il traçait sur cette peau si blanche.

« Je me demandai juste si … » Il laissa un léger silence avant de retirer ses doigts. «  Si je devais le faire livré chez moi ou chez mon amie. »

Calanthe le regarde dans les yeux, juste un instant de plus avant d’approcher son visage de celui du vendeur. Le but de cette action est de simplement s’approcher de son oreille, pour lui murmurer.

« Quelle serait la meilleurs option  vous qui êtes de si bon conseil ? »

Il recule doucement son visage, appuyant un peu plus son torse contre les mains du tanneur. Si finalement la livraison se fait au Gloria, il allait pouvoir le regarder de loin à travers une vitre et laisserait quelqu’un d’autre prendre les tapis. Ils devaient pas se revoir. Cela ne servirait à rien et le secret des messages peuvait être découvert.

Calanthe posa ses mains sur les hanches du tanneur et pose doucement ses lèvres contre la joue.

« J’aimerai juste que cela soit livré le plus tôt possible, s’il vous plais. »




Tahn Celhán

Afficher le résumé
Informations générales
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum